Nouvelle attaque « non-identifiée » à Al Bukamal dans l’Est syrien

Publié par

 

Hier vendredi, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a révélé qu’un drone non identifié avait attaqué, le matin, des sites de milices iraniennes dans la ville syrienne d’Albuqmal, près de la frontière irakienne.

Dans un rapport publié sur son site officiel, l’observatoire a affirmé que le drone a provoqué de nombreux tirs provenant de certaines des milices iraniennes, à proximité de l’hôpital Aisha de la ville d’Albuqmal, dans la banlieue du district de Deir a-Zour.

 

Il a déclaré que l’UAV non identifié a attaqué un quartier général militaire, « en parallèle avec des tirs nourris dans la ville d’Albuqmal, dans une tentative des milices iraniennes pour repousser l’attaque de l’UAV par des tirs anti-aériens ».

L’Observatoire syrien des droits de l’homme à Londres a révélé fin septembre qu’un autre avion non identifié avait bombardé des zones à la frontière syro-irakienne, près de la ville même d’al-Bukamal, et qu’en même temps un autre bombardement avait été perpétré dans la ville de al-Mayadin dans le district de Deir a-Zor, sans informations sur le nombre des victimes jusqu’à présent.

 

L’observatoire syrien a indiqué à l’époque que des explosions avaient retenti dans la zone frontalière entre la Syrie et l’Irak près de la ville d’al-Bukamal, où siègent des milices iraniennes, à la suite du bombardement d’un avion non identifié, notant qu' »aucune victime n’a été signalée jusqu’à présent. »

Il a déclaré que le bombardier avait frappé peu après midi un rassemblement armé dans la ville septentrionale d’al-Mayadin, près de la ville du district de Deir a-Zour.

Le 25 septembre, l’Observatoire syrien a signalé que la milice des gardiens de la révolution iranienne avait transféré des missiles Burkan H2 de fabrication iranienne depuis un dépôt d’armes de la milice près du site archéologique d’al-Shibli dans le désert d’al-Myadin, à l’est de Deir a-Zor. Il les a transportés vers d’autres zones sous contrôle des milices identifiées à l’Iran stationnées dans la zone de Madan, dans la zone rurale orientale de la province d’a-Raqqa.

 

Il a ajouté qu’au milieu du mois, il avait rapporté le meurtre de trois personnes de la milice irakienne « des Unités de Mobilisation Populaire » (Al-Hashd al-Shaabi), à la suite d’une frappe aérienne sur la frontière syro-irakienne le soir du Mardi 14 septembre.

À l’époque, la coalition dirigée par les États-Unis avait nié avoir lancé des frappes aériennes sur des sites de milices iraniennes près de la frontière syro-irakienne.

Ces derniers jours, le chef d’état-major de Tsahal, le général de division Aviv Kochavi, a déclaré qu’Israël continuerait d’attaquer la présence iranienne dans toute la région.

Assurez-vous de cliquer sur le lien à côté de la page actuelle.

Crédit photo : Orient News

 

Laisser un commentaire