La France fait pression au CSNU sur Gaza pour que cesse la lutte antiterroriste d’Israël

Publié par

Macron, allié objectif du Hamas?

La France fait pression pour une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur Gaza de façon à contraindre Israël à mettre fin à sa campagne militaire.

Par TOVAH LAZAROFF   19 MAI 2021 08:28

   

LA HAUTE COMMISSAIRE AUX DROITS DE L'HOMME Michelle Bachelet prononce un discours aux Nations Unies à Genève, en Suisse, en février.  (crédit photo: DENIS BALIBOUSE / REUTERS)

LA HAUTE COMMISSAIRE AUX DROITS DE L’HOMME Michelle Bachelet prononce un discours aux Nations Unies à Genève, en Suisse, en février.(crédit photo: DENIS BALIBOUSE / REUTERS)

La France fait pression en vue d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies sur Gaza pour aider à faire pression sur Israël afin qu’il mette fin à sa campagne militaire. Le CSNU n’a pas adopté de résolution sur Israël depuis 2016, date à laquelle il a condamné l’activité de « colonisation » israélienne (comme le fait de vivre à Jérusalem, capitale d’Israël) en vertu de la résolution 2334, à laquelle Obama n’avait pas opposé de veto, afin de san6ctionner l’Etat Hébreu.

Le CSNU s’est réuni quatre fois sur la violence israélo-palestinienne au cours des neuf derniers jours; deux fois la semaine dernière, suivie d’une réunion publique dimanche et d’une réunion à huis clos mardi.

À chaque réunion, l’organe de 15 membres a discuté de la publication d’une déclaration appelant à un cessez-le-feu à Gaza. Le projet déplore la violence contre des civils innocents, mais ne mentionne pas le Hamas ni ses roquettes.  Les États-Unis ont bloqué la publication d’une déclaration à chaque fois. Avec la Chine, la Russie, le Royaume-Uni et la France, les États-Unis sont l’un des cinq membres du CSNU disposant d’un droit de veto. Une telle déclaration a moins de poids qu’une résolution du CSNU, que la France propose maintenant.

« Globalement, les 3 pays se sont mis d’accord sur 3 éléments simples: les échanges de feu doivent cesser, l’heure est venue d’un cessez-le-feu, le Conseil de sécurité de l’ONU doit se saisir du sujet et nous avons également appelé à un vote sur une résolution sur le sujet », a déclaré la présidence française dans un communiqué après des entretiens entre Emmanuel Macron, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi de Jordanie Abdallah.

La déclaration a ajouté que les trois pays avaient également convenu de lancer une initiative humanitaire en faveur de la population civile de Gaza en collaboration avec les Nations Unies.La France a évoqué la possibilité d’une résolution du CSNU lors de la réunion de mardi. Des diplomates ont déclaré que l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré au CSNU que l’attention de Washington continuerait de mener une diplomatie intensive pour tenter de mettre fin à la violence, notant qu’il y avait eu jusqu’à présent 60 appels de haut niveau par de hauts responsables américains, le président Joe Biden. Elle a ajouté: « Le président Biden a exprimé son soutien à un cessez-le-feu ».

« Nous ne sommes pas restés silencieux et vous non plus », a déclaré Thomas-Greenfield, selon un diplomate de l’ONU familier de l’interprétation de ses propos.

« En ce qui concerne la poursuite de l’action du Conseil de sécurité, nous devons évaluer si une action ou une déclaration donnée fera progresser les perspectives de mettre fin à la violence », a-t-elle déclaré. « Nous ne jugeons pas qu’une déclaration publique en ce moment contribuera à la désescalade.

« Les diplomates français ont déclaré croire qu’une résolution du CSNU pourrait faire pression sur les parties (jugeant toujours le Hamas terroriste à la hauteur -équivalence – des Etats démocratiques) pour qu’elles mettent fin aux hostilités, ajoutant que toute action à New York compléterait d’autres initiatives diplomatiques et ils pensent qu’il y a un moyen de faire « évoluer » les Etats-Unis.

Séparément, l’Assemblée générale des Nations Unies prévoit de tenir un débat sur la question jeudi, à la demande de l’Autorité palestinienne, du Groupe arabe et de l’Organisation de la coopération islamique.

jpost.com

Laisser un commentaire