La Médiation entre le Golfe et le Qatar pénalise le Hamas et la Turquie

Posted by

Les Frères Musulmans seront-ils pour autant démantelés?


Un autre accord de paix à l’horizon? 
Le commentateur de l’actualité sur les affaires arabes, Zvika Yehezkeli, s’est entretenu mardi matin 4 janvier avec Golan Yokfaz et Anat Davidov dans leur émission sur 103FM sur les effets de l’ accord de renouvellement des relations entre l’ Arabie saoudite et le Qatar à travers la médiation américaine, et a expliqué:  » . Cela met le Qatar de notre côté plus que du côté iranien. « 

Nouvel accord?
«Il y a un accord très important ici et un processus que beaucoup pensait que Trump parviendrait à réaliser à la dernière minute : le Qatar se rapproche de l’Arabie saoudite.

«Vont-ils (les Qataris) Arrêter de soutenir les Frères musulmans?»

Il est impossible de dire avec certitude ce que cela signifie, mais c’est une approche du Qatar à l’égard de l’axe avec lequel nous avons conclu les accords de paix – le Golfe, l’Arabie saoudite, Israël et les États-Unis. Ce la se fait aux dépens du Hamas, au détriment d’Erdogan qui veut aussi se rapprocher de nous, il se passe quelque chose ici dans la région. Si le Qatar était en suspension au milieu, il est maintenant clair qu’il reviendra dans notre direction et que cela favorise les relations avec l’Arabie saoudite. « Le plus important est le soutien au Hamas. Il doit y avoir des clauses cachées dans l’accord. L’Arabie saoudite a exclu le Hamas. -donc dû demander au Qatar de prendre ses distances-« 

Un arrêt du flux d’argent?
« Cela se pourrait. L’argent qatari afflue à Gaza pour des raisons « humanitaires », mais cela donnera moins de soutien moral au Hamas pour poursuivre ses activités terroristes. Il se pourrait que le Hamas, dos au mur, nous propose autre chose. Mais cela montre une chose – le bloc d’Israël, l’Arabie saoudite, Bahreïn, Oman, tout cela forme un bloc qui contraint le Qatar lequel ne se contente pas de le rejoindre. C’est la résultante d’une guerre diplomatique de harcèlement de la part de Trump. « 

Qu’est-il arrivé?
«Le Moyen-Orient s’est scindé en deux, l’ Iran est devenu une menace pour la stabilité et les pays arabes ont demandé à Israël une alliance de défense, Israël apporte une alliance de défense aux pays menacés par l’Iran. « Israël est un pays qui fournit une alliance de défense, tout comme l’Arabie saoudite. »

Si Netanyahu ne remporte pas les prochaines élections, que va-t-il se passer?
« Netanyahu a établi des liens, cela ne le choquera pas ni ne changera de direction. Même si Biden devient président, il ne pourra pas remettre l’accord à plus tard, c’est l’histoire des accords – pour fixer des bornes »

Dans quelle mesure l’habileté de Netanyahu a-t-elle été un facteur?
« C’était un facteur très central, mais il y en a un qui était plus central encore et c’est Trump. Ils ont permis d’établir le dialogue avec Netanyahu. »

La défaite électorale de Trump est-elle une perte réelle pour les avancées au Moyen-Orient?
« Très grande, je pense qu’il peut se comporter de manière étrange en tant que dirigeant, mais après 4 ans au pouvoir, il a fait beaucoup mieux pour le Moyen-Orient, beaucoup de pays disent que c’est la vérité, à la fin il a amené certains pays à devenir membres d’une grande alliance avec Israël et c’est une nouvelle ère qui commence. »

Que devient l’enrichissement d’uranium en Iran?
«Les marchandages ont commencé à dire « voulez-vous un accord? « Ici ça commence. « L’Irzan dit : je veux que l’argent commence à couler. Tout dépend de Biden s’il est prêt à revenir aux principes du JCPOA ou globaliser la formule précédente (missiles, expansion régionale). Apparemment, les Iraniens vont largement s’exprimer dans un proche avenir. »

Trump est-il susceptible de faire un geste brusque (attaque) à la dernière minute?
« Il y a une odeur de poudre dans la zone sujette à des mouvements brusques. Ceux qui y poussent le plus sont les Saoudiens qui veulent vraiment une opération, comme une explosion dans une centrale nucléaire d’enrichissement, arrêter un autre réacteur ou une élimination majeure, disons comme celle qui a provoqué le remplacement de Suleimani (par Ismaïl Qaani. » 

maariv.co.il

Percée franchie dans le conflit du Golfe avec le Qatar grâce à l’Administration Trump

Ce développement est le dernier d’une série d’accords au Moyen-Orient recherchés par Washington, sous l’égide de Kushner, Berkowitz et Pompeo.

Par REUTERS   4 JANVIER 2021 21h08

Le prince héritier d'ABU DHABI, Cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyan, assiste au sommet du Conseil de coopération du Golfe à La Mecque, en Arabie saoudite, l'année dernière.  (crédit photo: BANDAR ALGALOUD / COURTOISIE DE LA COUR ROYALE SAOUDITE / REUTERS)

Le prince héritier d’ABU DHABI, Cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyan, assiste au sommet du Conseil de coopération du Golfe à La Mecque, en Arabie saoudite, l’année dernière.(crédit photo: BANDAR ALGALOUD / COURTOISIE DE LA COUR ROYALE SAOUDITE / REUTERS)

 Une percée a été franchie dans le différend vieux de trois ans, entre le Qatar, l’Arabie saoudite et trois autres pays arabes. Un accord pour mettre fin à leur rupture doit être signé mardi en Arabie saoudite, a déclaré un haut responsable de l’administration Trump. »

Nous avons réalisé une percée pour réduire la fracture au sein du Conseil de coopération du Golfe », a déclaré le responsable, qui s’est entretenu avec Reuters sous couvert d’anonymat.

Ce développement est le dernier d’une série d’accords au Moyen-Orient recherchés par Washington – les autres impliquant Israël et les États arabes – visant à construire un front uni contre l’Iran. Tous les pays impliqués dans les accords sont des alliés américains. Le conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner, chargé de travailler sur le différend par le président américain Donald Trump, a aidé à négocier l’accord et n ‘a pas raccroché ses téléphones du bureau, jusqu’aux petites heures de lundi matin, a déclaré le responsable. Lorsqu’en décembre, le ministre des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite a déclaré qu’une résolution du différend semblait à portée de main, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, dans un message sur Twitter, a déclaré qu’il espérait que la réconciliation du Golfe «contribuera à la stabilité et au développement politique et économique de tous les peuples de notre région». Ce qui signifie que l’Iran n’était pas forcément hostile à cette réconciliation, mais espère peut-être en tirer des avantages à la marge…

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont imposé un embargo diplomatique, commercial et sur les voyages au Qatar depuis la mi-2017, l’accusant de soutenir le terrorisme. Le Qatar le nie et affirme que l’embargo vise à saper sa souveraineté.

Kushner, accompagné de l’envoyé du Moyen-Orient Avi Berkowitz et de Brian Hook, un conseiller spécial du département d’État, se rendront dans la ville saoudienne d’al-Ula pour assister à la cérémonie, a déclaré le responsable. Les dirigeants arabes du Golfe devraient se réunir mardi en Arabie saoudite pour un sommet annuel qui devrait annoncer un accord visant à mettre fin à la fracture. Dans le cadre de l’accord émergent, les quatre pays mettront fin au blocus du Qatar et, en échange, le Qatar ne poursuivra pas les poursuites liées au blocus, a déclaré le responsable. »

Lors de la signature, aujourd’hui le 5, les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe et de l’Égypte se réuniront pour signer un accord qui mettra fin au blocus et mettra fin aux poursuites du Qatar », a déclaré le responsable. Si l’accord tient, la modération du différend du Golfe s’ajoutera à une série de victoires diplomatiques remportées par l’équipe de Kushner, une liste qui comprend des accords de normalisation l’année dernière entre Israël et les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Soudan et le Maroc.

Kushner, qui est également le gendre de Trump, a travaillé sur d’autres accords de normalisation entre Israël et d’autres pays du monde arabe mais pourrait manquer de temps avec l’arrivée du président élu Joe Biden qui prendra la présidence le 20 janvier. . »C’est vraiment une percée massive », a déclaré le responsable. « Le blocus sera levé. Il permettra les déplacements entre les pays ainsi que les marchandises. Il conduira à plus de stabilité dans la région. »

jpost.com/

Adaptation Lessakel

Laisser un commentaire