Israël : préparatifs du commandement du front intérieur pour une guerre multi-fronts

Publié par

Un haut fonctionnaire de Pekar (diminutif de Pikoud HaOref- פיקוד העורף) révèle les préparatifs du commandement, en vue d’une guerre multifronts et parle un peu du rôle de cette unité dans l’exercice « Chariots de Feu ».

 

 

Avant que ne commence l’exercice et le déploiement du Commandement du Front Intérieur, nous avons vérifié auprès de la source l’incident survenu dans le nord hier matin, 19 mai, au cours duquel on a lancé des intercepteurs du Dôme de Fer et émis une alerte rouge : « Depuis Haïfa, vers notre drone suite à une erreur d’identification, il n’y a pas eu d’intrusion de drone du Hezbollah depuis le Liban, nous allons enquêter sur l’incident. »

« On fait sonner les alarmes par peur des rechutes d’interception, elles peuvent être assez importantes et tomber sur la tête d’un citoyen et le tuer ou le blesser. Donc, on déclenche une alerte, en général on est en train de réduire ces alertes et en réalisant le ciblage le plus précis possible. « Autant que possible, les opérateurs de l’alerte ont réduit l’étendue des localités concernées autour de la zone de l’incident. »

 

De là, nous évoquons le mois de préparatifs de guerre et l’exercice important que Pekar (Pikoud HaOref) a réalisé ces deux dernières semaines, et qu’il continuera de faire pendant les deux prochaines semaines :

L’ensemble de l’exercice revient à faire entrer en jeu tous les systèmes de Tsahal jusqu’au chef d’état-major au quartier général, en pratiquant une campagne importante qui est multiarènes (multifronts), « L’idée n’est pas de dire que tout ce qui est mis en œuvre ensuite se passera exactement comme ça, selon le même type de scénarios, mais de pratiquer les scénarios complexes que nous pourrions rencontrer, notamment dans la chaîne de décisions et la gestion des opérations. « 

La première semaine a principalement traité de la transition abrupte entre la routine et l’urgence des journées particulières des premiers jours de combat, et de là à une campagne qui grimpe en intensité, « Cette semaine, nous sommes dans la campagne la plus intensive, préparant la manière dont nous menons une opération en nous coordonnant avec tous les défis que nous avons tirés des leçons durant ‘Gardien des Murs’, également dans le contexte de la cadence de tir de roquettes.

« Elle sera très élevée, certainement avec le Hezbollah, lors de la prochaine campagne, des émeutes à l’intérieur du pays sur toute sa longueur et sa largeur, comme c’était le cas durant  ‘Gardien des murs, l’évacuation des civils des espaces sous de lourdes charges de missiles et des difficultés de fonctionnement continu, tout cela est largement pratiqué. »

« Nous sommes aux commandes dans un processus d’effort de sauvetage, et d’un effort général pour assurer la continuité de fonctionnement, afin de continuer à opérer de la manière la plus régulière possible, en comprenant que nous ne sommes pas dans un état de routine tout à fait normal, mais en état d’urgence.

Le premier effort est de sauver des vies, et nous comprenons l’importance de l’état de préparation :

« Par conséquent, l’exercice est combiné et conjoint, pour mener un effort conjoint avec toutes les organisations d’urgence, la semaine prochaine, lorsque la police sera libérée des festivités à Meron (où des ultra-orthodoxes antiétatiques l’agressent gratuitement, comme si elle n’avait pas assez à faire avec le terrorisme!!!), ils seront plus libres d’approfondir l’action avec nous dans l’exercice lui-même, que nous pratiquons dans 42 municipalités différentes et grandes usines.

Ultra orthodox jews clash with Police during Lag Baomer celebrations, in Meron, on May 19, 2022. Photo by David Cohen/Flash90 

« Dans l’espace civil, des avertissements sont émis dans 61 localités concernant les missiles et les roquettes qui tombent dans des espaces dangereux, et nous pratiquons ces exercices dans l’espace civil avec à la fois des applications -téléphoniques- et des alertes sonores. »

 

« Hier, nous étions à Tirat Carmel (quartier de Haïfa), nous pratiquons également des exercices sur des zones de terroristes infiltrant la ligne de contact dans le secteur du Liban et de Gaza, et la grande difficulté dans notre pratique est de construire une image fiable et correcte de ce qui se passerait sur le front intérieur.

Je pense que nous avons fait de grands progrès dans le système de commandement et de contrôle qui se trouve aujourd’hui représenté dans 13 ministères du gouvernement et dans toutes les municipalités locales. De cette façon, nous pouvons avoir une bien meilleure image de ce qui se passe sur le front intérieur, en progressant constamment.

Le Grand Mois de la Guerre

Tirant les leçons des événements internes de l’opération Gardien des murs, le département de police d’Egged s’entraîne de manière significative, en coopération avec la police de la circulation, afin de pouvoir isoler les principales voies de circulation où s’accumuleraient les convois affectés par la Direction de la Technologie et de la Logistique de Tsahal :

« Nous entraînons huit bataillons de deux brigades de Tsahal qui sont censées s’occuper de la liberté de mouvement des convois de Tsahal en territoire israélien et cela se passe en coopération avec la police israélienne, nous sommes en pleine coordination avec eux. »

A military convoy carrying APCs near Israel’s border with the Gaza Strip, on July 19, 2014, on the second day of the Israeli ground invasion into Gaza Strip in order to destroy the Hamas’ terror tunnels infrastructure. Photo by Gili Yaari /FLASH90

« Nous construisons deux composantes de force, une composante d’amélioration comme la police de la circulation, qui vise à isoler les axes principaux lors de l’envoi de renforts de la Direction de la Technologie et de la Logistique, pour éviter les embouteillages et vouloir prévenir les risques pour les autres usagers.

C’est un outil qui travaille en collaboration avec la police de la circulation, il permet d’éviter les bouchons sur les axes importants.

La deuxième force est une force qui se préoccupe de la protection des convois du SDK (Département Technologie et Logistique), nous voulons prévoir ce qui se passerait s’il y a une perturbation sur la route 6 ou la route 4 où un convoi du SDK se déplacerait, donc nous préparons une force et l’entraînons et l’équipons de moyens alpha et de munitions non létales, pour faire face aux perturbations devant les convois.

Donc, nous la préparons et faisons l’agencement, la formation et la dotons d’équipement pour assurer la continuité du mouvement sur les parcours prévus ou improvisés, en cas de déploiement de cette manière. Ce service peut également accompagner, bien sûr, aussi, les véhicules et camions voyageant pour renforcer plusieurs batteries Dôme de Fer, parce que « la question de l’ordre public est sous la responsabilité de la police israélienne, donc cette action se déroule en étroite coordination avec la police et les officiers de liaison qui sont sur le terrain. »

Image de combat multi-bras et d'arène dans les airs, la mer, la terre et le cyber: 4 semaines d'exercice unique.

« Nous pratiquons également la réaction à la multiplicité des sites de destruction: Après « Gardien des murs », nous avons augmenté notre capacité de réponse, à de plus en plus de points affectés, grâce à la construction d’une nouvelle unité d’intervention (HFK) sur des points précis, et nous nous exerçons à la capacité de contrôler cette question de manière significative et bien plus efficacement, pour atteindre des points chauds en préparant d’autres forces :

À Tel Aviv, il y a eu des exercices à la fois  : dans le centre du marché de Sarona et dans le complexe de la gare,

en pratiquant la même chose à Carmel et Acre et ce sont des exercices importants dans l’espace civil,

et, à la fois des sites de destruction lourde et des sites de destruction légère. Nous nous exerçons de manière significative avec les commandements des grandes régions : avec le Commandement du Nord et le Commandement du Sud, nous pratiquons sérieusement, tous les scénarios décrits que nous pourrions rencontrer, qui incluent, par exemple :

  • une longue panne de courant de 18 heures dans toute la région de Haïfa – et ce que cela signifie pour la continuité de fonctionnement, pour transmettre l’information au public dans ce schéma, et de nombreux défis importants que nous pouvons apprendre avec l’espace.
  • L’histoire de la prise de décision et de la différenciation entre les arènes et leur impact les unes sur les autres,
  • Nous pratiquons de manière significative la façon dont nous gérerions l’opération de prise de décision, du niveau de l’état-major général jusqu’au bas de l’échelle de commandement- et cette pratique apporte jusqu’à présent beaucoup de matière, d’apprentissages et de leçons.
  • Également, dans le contexte de l’évacuation de la population, nous avons un bataillon de sauvetage qui pratique à l’intérieur du campus et s’y est exercé. Il ya eu un événement d’absorption importante et ce bataillon a donné une réponse très ciblée et nous tenons à le souligner. »

« Nous attendons avec impatience, après un mois de préparatifs de guerre, une conférence de juin sur la préparation du front intérieur, qui comprendra tout ce que nous avons pratiqué pour expliquer l’importance du dialogue avec les citoyens et diverses organisations, pour être mieux préparés aux urgences et pour parler ensemble de l’amélioration de la coordination des attentes et des défis. »

« La nôtre en tant qu’armée, mais aussi comment tous les facteurs font partie de la préparation du front intérieur. »

Le chef d'état-major a décidé aujourd'hui : L'exercice

Crédit : Dan Assulin – du groupe de crédit photo de Tsahal

 

Un commentaire

Laisser un commentaire