Israël frappe des positions du Hezbollah sur le Golan

Publié par

Une attaque israélienne (présumée) vise un site près de la frontière syrienne – rapport

Selon l’agence libanaise UNews affiliée à l’Iran, quatre missiles ont été tirés vers le site et elle ne recense aucune victime.

Par TZVI JOFFREPublié:  11 MAI 2022 03:44 Un pompier éteint les flammes après que les médias d'État syriens ont rapporté une prétendue attaque de missiles israéliens dans une zone de stockage de conteneurs, dans le port syrien de Lattaquié, en Syrie (crédit photo : SANA/HANDOUT VIA REUTERS)Un pompier éteint les flammes après que les médias d’État syriens ont dénoncé une attaque de missiles israéliens dans une zone de stockage de conteneurs, dans le port syrien de Lattaquié, en Syrie(crédit photo : SANA/HANDOUT VIA REUTERS)

Une frappe de missile israélienne présumée a ciblé le site de Qurs al-Nafl à Quneitra, dans le sud-ouest de la Syrie, près de la frontière avec Israël tôt mercredi matin, selon des informations syriennes et iraniennes.

Selon l’agence libanaise UNews affiliée à l’Iran, quatre missiles ont été tirés vers le site et elle ne relève aucune victime.

La zone a fait l’objet d’attaques pour la dernière fois en août, lorsque Al-Mayadeen a rapporté qu’une frappe de missiles israéliens visait le site. Al-Araby Al-Jadeed a rapporté à l’époque que deux sites étaient visés par la frappe : un point d’observation appartenant au Hezbollah et un autre site appartenant à l’armée syrienne.

Peu de temps après la frappe en août, des dépliants avertissant les habitants de ne pas travailler avec le Hezbollah auraient été largués dans la région.

On a signalé la dernière frappe aérienne imputée à Israël en Syrie fin avril, alors que des frappes ciblaient un certain nombre de sites près de Damas.

Au début de ce mois-ci, les médias syriens locaux ont rapporté une frappe aérienne qui visait un convoi appartenant au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), tuant un officier dans un véhicule, bien que les rapports aient été divisés sur la question de savoir si Israël ou la coalition internationale dirigée par les États-Unis étaient à l’origine de cette mise hors d’état de nuire. Les médias d’État syriens ont préféré censurer la nouvelle de cette frappe, qui ressemble à une élimination ciblée d’un officier ennemi.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti mardi que le mouvement était en état d’alerte, alors que Tsahal menait l’exercice « Chariots de feu », le plus grand exercice que Tsahal ait mené depuis des décennies.

Nasrallah a déclaré qu’il avait reçu des messages indiquant qu’Israël n’était pas intéressé à attaquer le Liban à ce stade, mais a ajouté : « nous ne faisons pas confiance à l’ennemi israélien ».

Le Hezbollah a publié une vidéo peu après le discours de Nasrallah montrant Nasrallah avertissant que « toute erreur, toute stupidité, toute action agressive, grande ou petite, que l’ennemi israélien pourrait mener, fera l’objet d’une réponse rapide et directe ». La vidéo comportait des sous-titres en hébreu et montrait un certain nombre de missiles différents, prêts au lancement.

jpost.com

Un commentaire

Laisser un commentaire