Israël et Etats-Unis vont frapper intensivement les fabriques de drones en Iran

Publié par

Israël et les États-Unis intensifient leurs actions directes contre la production de drones iraniens

 

“Ce n’est pas un nouveau front, mais à présent les actions seront plus fréquentes et plus agressives“, a déclaré une source de la défense israélienne à Breaking Defence.

Par   ARIE EGOZI

le 02 novembre 2021 à 15:13

Une photo fournie par le site officiel de l’armée iranienne le 11 septembre 2020, montre un drone iranien Simorgh lors de la deuxième journée d’un exercice militaire dans le Golfe, près du détroit stratégique d’Ormuz dans le sud de l’Iran (bureau de l’armée iranienne/AFP via Getty Images)

Les attaques de drones iraniens se démultiplient

TEL AVIV : Alors que l’Iran et ses milices supplétives s’appuient de plus en plus sur des systèmes sans pilote pour mener des attaques dans la région, Israël et les États-Unis ont décidé d’intensifier les opérations ciblant l’industrie iranienne des drones, selon des sources ici citées.

“Ce n’est pas un nouveau front, mais à présent, les actions seront plus fréquentes et plus agressives”, a déclaré une source de la défense israélienne à Breaking Defence, peu de temps après qu’Israël a lancé une frappe militaire en Syrie pour détruire ce que la source a décrit à Breaking Defense comme une livraison de drones et de matériel d’avions.

Les responsables à Jérusalem font pression depuis des mois pour que les Etats-Unis soient plus agressifs dans le traitement des drones iraniens, en particulier après une attaque suicide par drone – liée à l’Iran par les États-Unis – sur un navire de commerce au cours de l’été (le Mercer Street). Dans les coulisses, les responsables israéliens ont estimé que l’administration Biden traînait les pieds en3 évitant soigneusement de faire face à la menace.

Sanctions de Washington et frappes de Jérusalem

Une attaque de drones le 20 octobre contre les forces américaines en Syrie, cependant, a donné l’espoir à Jérusalem que Washington serait en train de cerner la menace.

Le 29 octobre, le département du Trésor américain a, pour la première fois, lancé des sanctions contre deux entreprises et une poignée d’individus qui, selon Washington, sont liés au soutien des systèmes sans pilote du Corps des gardiens de la révolution islamique et de sa force Qods. Parmi les personnes sanctionnées se trouve le général de Brigade Saeed Aghajani, qui dirige le commandement des UAV des gardiens de la révolution ; les États-Unis l’ont directement lié, à la fois à l’attaque maritime de juillet et à une frappe de 2019 contre une raffinerie de pétrole saoudienne.

CONNEXES: Une attaque de drones en Syrie peut être un avertissement des problèmes à venir

“La prolifération des drones réalisée par l’Iran dans la région menace la paix et la stabilité internationales”, a déclaré le secrétaire adjoint au Trésor Wally Adeyemo dans un communiqué. « Le Trésor continuera de tenir l’Iran pour responsable de ses actes irresponsables et violents. »

Le renseignement israélien met des noms sur les cibles

Une deuxième source de la défense israélienne a déclaré à Breaking Defence que la décision américaine est intervenue après qu’Israël a fourni des détails sur l’industrie iranienne des drones armés. Les sources ont ajouté que le ministre israélien de la Défense Benny Gantz et le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, lors d’une réunion en août avec des responsables américains ont spécifiquement identifié les noms de personnes que Washington doit sanctionner, Ganz faisant pression pour qu’Aghajani soit tenu responsable des attaques menées par des drones. Il a aidé à fournir un autre nom lancé par les Israéliens, le commandant de l’armée de l’air des gardiens de la révolution, Amir Ali Hajizadeh, mais il n’a pas été inclus dans les sanctions.

Amir Ali Hajizadeh

Alors que Washington a pris des mesures avec des sanctions, Israël, comme c’est souvent le cas, a adopté une approche plus directe un jour plus tard.

Le 30 octobre, l’agence de presse officielle syrienne a rapporté qu’Israël avait lancé des missiles sur un convoi dans la banlieue de Damas et que le système de défense aérienne du pays avait été activé. Selon des reportages, Israël a attaqué une cargaison d’armes destinée au Hezbollah au Liban. Le Centre syrien des droits de l’homme a indiqué que l’attaque visait des dépôts d’armes du Hezbollah et des milices soutenues par l’Iran au nord-ouest de Damas.

Des drones dans le convoi frappé le 30 octobre

Une attaque en Syrie qui se produit en plein jour, et surtout à midi, est très inhabituelle. Le fait que la frappe ait eu lieu en plein jour signifie qu’Israël tentait d’envoyer un signal. Bien qu’Israël n’ait pas officiellement confirmé cette attaque, la première source de la défense a confirmé l’attaque et a déclaré qu’elle avait été menée à l’aide de missiles sol-sol, ciblant un convoi de pièces pour la défense aérienne iranienne et des systèmes sans pilote.

“Le convoi était en route, et des renseignements en temps réel ont abouti à cette attaque inhabituelle“, a déclaré la source.

Il rester à savoir ce qui surviendra ensuite – une frappe de drones de représailles des milices soutenues par l’Iran, d’autres frappes d’Israël ou une action américaine. Mais à la date du 31 octobre, le président Joe Biden n’exclurait rien.

Les Marines Américains pour la première fois en exercice à Eilat

“En ce qui concerne la question de savoir comment nous allons répondre à leurs actions contre les intérêts des États-Unis, qu’il s’agisse de frappes de drones ou de quoi que ce soit d’autre, il est certain que nous allons réagir”, a déclaré Biden lors d’une conférence de presse après le G20. sommet à Rome.

Par coïncidence, la Task Force 51 du Corps des Marines des États-Unis a commencé à s’entraîner en Israël près d’Eilat, mardi ; selon Nir Dvori de la chaîne israélienne Channel 12, c’est la première fois que cette unité s’entraîne en Israël.

breakingdefense.com

Israël et les États-Unis intensifient leurs actions directes contre la production de drones iraniens

Un commentaire

Laisser un commentaire