La percée iranienne parvient aux dernières étapes de la bombe

Publié par

L’avancée ne concerne pas seulement l’enrichissement d’uranium

Ce serait une erreur de la part d’Israël de penser qu’il a encore le temps de s’occuper du programme nucléaire iranien pour le freiner.

Téhéran travaille simultanément sur toutes les composantes de son programme nucléaire • C’est déjà clair pour de plus en plus d’experts : l’Iran est parvenu aux dernières étapes du processus de production de bombes • Interprétation

Dr Dore Gold|N12| Publié le 26/09/21 12:01 
Salle de surveillance de la centrale nucléaire de Bushehr, Iran (Photo: Reuters)
L’Iran, un État au seuil nucléaire ? Selon quels tests | Photo : Reuters

La naïveté embarrassée de Lapid

Début août, le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont tenu un briefing devant les ambassadeurs des États membres du Conseil de sécurité de l’ONU. La majeure partie de l’attention mondiale s’est concentrée sur la déclaration du ministre de la Défense Gantz : selon lui, l’Iran a violé toutes les directives énoncées dans l’accord nucléaire et, par conséquent, il se trouve maintenant environ dix semaines après la décision d’atteindre l’enrichissement d’uranium de qualité militaire. Ce n’était pas la spéculation d’un commentateur, mais des faits clairement établis et poignants énoncés par le ministre de la Défense lui-même.

Quelques semaines plus tard, le ministre des Affaires étrangères Lapid a déclaré au Yedioth Ahronoth dans une interview de vacances qu’il voulait apaiser les craintes des lecteurs que l’Iran soit devenu un État nucléaire. Il fonde sa suggestion sur la distinction entre un pays qui est devenu un pays du seuil au sens plein du terme et un pays qui n’est devenu un pays seuil qu’en fonction de la quantité d’uranium enrichi en sa possession. Bien que Lapid n’ait pas explicitement indiqué de combien de temps l’Iran avait besoin pour produire une bombe, il a dit que ce n’était pas une question de mois. Lorsqu’on lui a demandé à nouveau à quel point l’Iran est proche de la bombe, il a répondu que « c’est bien plus grave que cela ».

 

La situation d’Israël vis-à-vis de l’Iran pose un défi diplomatique complexe. D’une part, la diplomatie doit être crédible et précise, contrairement aux Iraniens qui excellent dans la fraude et la fuite en avant. Israël ne doit pas suivre cette voie.

Le sentiment d’urgence insuffisamment partagé

Dans le même temps, Israël doit former une coalition internationale contre la détermination de l’Iran à déployer des forces nucléaires et à mettre en danger la sécurité d’Israël, du Moyen-Orient et du monde. Nous devons faire comprendre aux membres potentiels de la coalition l’urgence de la question et la nécessité d’agir ensemble immédiatement.

Les usines de missiles iraniennes
Élément clé du projet nucléaire, le programme de missiles iraniens

Pas de limite de lancement

Il est important de comprendre ce que veulent dire les experts lorsqu’il s’agit d’un programme nucléaire opérationnel en Iran. Cette déclaration a trois aspects. Premièrement, la bombe de l’Iran a besoin d’un système de lancement pour atteindre sa destination. En 1998, l’Iran a d’abord effectué des tests sur le missile Shahab-3 basé sur la technologie nord-coréenne. En 2003, le missile Shahab-3 est devenu opérationnel au sein de l’armée iranienne. La portée du missile – 1 300 km – lui permet de toucher des cibles en Israël depuis des bases stationnées sur le territoire iranien.

Entre 1998 et 2017, l’Iran a mené 21 essais de lancement sur le Shahab-3. En 2015, les Iraniens ont publié des vidéos qui montraient pour la première fois que l’Iran avait mis en place un réseau souterrain de bases de missiles. À partir d’elles, des missiles peuvent être lancés à partir de lanceurs existants. En d’autres termes, la nécessité d’un système de lancement d’armes nucléaires ne retardera plus l’Iran – cet objectif a déjà été atteint.

 

Placer l’ogive nucléaire sur le missile porteur

Deuxièmement, les commentateurs réitèrent que le développement du processus d’assemblage d’armes prend beaucoup de temps.

Cependant, les rapports trimestriels de la Commission internationale de l’énergie atomique contiennent des informations inquiétantes sur cette question depuis 2011. Le rapport de mai 2011 présente une étude militaire iranienne qui comprend le retrait d’un engin explosif conventionnel de la tête du Shahab-3 et l’installation d’une bombe nucléaire à sa place.

 

La rencontre des puissances avec l'Iran dans le cadre des pourparlers nucléaires à Vienne (Photo : Reuters, Shay Franco, Reuters)
L’Occident voulait garder les contacts – ce qui a permis les progrès nucléaires iraniens, grâce aux pourparlers à Vienne | Photo : Reuters, Shay Franco, Reuters

Largage à la hauteur d’Hiroshima

Des documents iraniens trouvés par le comité confirment que l’explosion de la pointe de flèche (ogive) est censée se produire à une altitude de 600 mètres. C’est exactement la hauteur de la première bombe atomique larguée sur Hiroshima.

Troisièmement, l’uranium se trouve dans deux types d’isotopes – U-238 et U235, mais seul l’U-235 convient à la production de bombes nucléaires. L’uranium naturel ne contient que 0,7% d’U-235. Le processus d’enrichissement vise à porter ce niveau à 3,5 % pour les usages civils et à 90 % pour les armes nucléaires. L’accord avec l’Iran a limité le niveau d’enrichissement autorisé à 3,5% d’ici 2019, mais Téhéran a atteint un enrichissement de 4,5% puis 20% et a même annoncé qu’il était prêt à atteindre 60%.

L’Iran produit de l’uranium métallique

L’enrichissement d’uranium est l’étape la plus complexe pour les pays cherchant à atteindre l’arme nucléaire, donc l’énorme investissement de l’Iran dans ce domaine est l’indicateur le plus significatif de la détermination de l’Iran à achever le processus jusqu’à produire la bombe. Enfin, au début du processus d’enrichissement, l’uranium est injecté dans des centrifugeuses dans un état d’accumulation de gaz, mais la production d’une tête nucléaire nécessite de l’uranium comme métal. En août 2021, la Commission de l’énergie atomique a découvert que l’Iran produisait de l’uranium métallique. C’est-à-dire qu’il est clair que l’Iran est dans les dernières étapes du processus de fabrication de bombes, et ce n’est plus une question d’années ou de mois, mais de bien moins.

Réacteur nucléaire iranien à l'uranium Iran (Photo: Reuters, Shay Franco, Reuters)
Uranium généralement métallique, Illustration | Photo : Reuters, Shay Franco, Reuters

Ce serait une erreur de la part d’Israël de penser qu’il a le temps – l’Iran travaille sur toutes les composantes de son programme nucléaire en même temps. L’Institut de recherche de Washington, ISIS, qui a accès aux archives nucléaires israéliennes (exfiltrées par le Mossad en janvier 2018), a déclaré que les Iraniens travaillaient en partant du principe qu’ils ne pouvaient pas séparer le travail des composants, mais devaient fonctionner en parallèle.

Les chroniques de Dore Gold sur la N12 :

Les politiciens en Israël s’accusent mutuellement de la situation qui s’est présentée sous nos yeux, mais les vrais coupables sont les dirigeants iraniens. Immédiatement après les premiers accords nucléaires entre l’Iran et l’Union européenne en 2005, Téhéran a caché les preuves de l’activité nucléaire dans un certain nombre d’installations qui étaient censées être sous surveillance. C’est le modèle d’action iranien depuis lors. Malheureusement, les pays occidentaux agissent par naïveté d’une part et par désir de maintenir des liens commerciaux avec l’Iran d’autre part. C’est l’inaction de l’Occident qui a permis au programme nucléaire de se développer, de s’intensifier et de réussir à travailler simultanément sur toutes les composantes du programme nucléaire, à très courte distance de la première bombe.

>>> L’auteur est président du Centre de Jérusalem pour les affaires publiques et étatiques, a été ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU et directeur général du ministère des Affaires Etrangères de Netanyahu. 

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :