Après les 3 tirs contre Barel Shmueli, Tsahal construit une bande de sécurité à Gaza

Publié par

Après la tentative de meurtre d’un garde-frontière : Tsahal construit une bande de sécurité à Gaza.

Une nouvelle confrontation militaire contre la branche armée du Hamas devient de plus en plus probable, à mesure que progresse le nombre de lancers de ballons incendiaires et que de nouvelles émeutes frontalières se préparent.

À la suite de discussions au sein du commandement sud sur l’incident au cours duquel un terroriste palestinien a grièvement blessé Barel Hadaria Shmueli, le QG du Sud a décidé de changer la manière de traiter les manifestations à la frontière de Gaza. Sur la base des conclusions de l’enquête sur l’incident, les tireurs d’élite seront placés à une distance plus éloignée de la clôture lors des prochaines émeutes.

Question terre-des-juifs.com : pourquoi n’a t-on pas sanctuarisé un no-man’s-land d’au moins 300 m avant que les émeutiers ne se répandent le long du mur d’enceinte?

L’enquête révèle que les troupes sont entravées par des angles morts et une mauvaise planification. Le trajet vers l’hôpital a mis plus d’une heure.

Sources à Tsahal : le Hamas aurait mis le tireur en détention pour empêcher que Tsahal ne l’élimine.

Amir Bohbot. Walla !

Amir Bohbot

Tsahal a commencé hier (lundi 23 août) à étendre la bande de sécurité entre les manifestants à la frontière de la bande de Gaza et les soldats, à la suite des récents affrontements. Le génie établit la construction d’un monticule qui permettra aux forces de mieux contrôler la zone.
L’enquête sur l’incident a révélé que des tireurs d’élite de l’unité d’infiltration de la police des frontières devaient tirer sur des Palestiniens à une distance trop rapprochée depuis des angles morts, et les tireurs d’élite de l’unité Maglan devaient tirer sur des Palestiniens à distance de la clôture – mais ne l’ont fait que dans des cas isolés et pas quand ils étaient près de la clôture.
Les troupes n’étaient pas préparées à la ruée soudaine d’émeutiers vers la barrière de sécurité, au cours de laquelle un agent de la police des frontières a été grièvement blessé et un émeutier a failli volé l’arme d’un soldat.
Yossi Shmueli, le père d'un combattant de la patrouille frontalière et du Premier ministre, Naftali Bennett. Walla !, Site officiell’échange âpre entre Bennett et Yossi Shmueli :

עימותים בין פלסטינים לחיילי צה

Foule émeutière proche de la clôture. Affrontements samedi à la frontière de la bande de Gaza (Photo : Reuters)

Les soldats stationnés à la frontière n’ont pas immédiatement ouvert le feu sur les masses qui ont soudainement attaqué la clôture, craignant qu’ils ne frappent les civils (tous les terroristes sont en civil, à Gaza) qui se trouvaient dans la région, a déclaré un responsable militaire.

Les Forces de défense israéliennes n’ont pas encore terminé une enquête complète sur les événements de samedi et examinent tous les aspects de la journée, de la façon dont les troupes ont été (mal) déployées le long de la frontière à la période exacte avant la fusillade, et comment les forces y ont répondu , a-t-elle dit, ajoutant que l’armée considérait l’incident comme une grave violation de la souveraineté israélienne.

L’armée avait prédit à tort que la manifestation serait beaucoup moins violente, à la lumière des déclarations publiques du Hamas, à l’avance. On croit le Hamas sur sa bonne mine. Pour donner le change, le Hamas envoie une soi-disant force de retenue, censée « maintenir l’ordre ».

La mère du sergent Barel Hadaria : « Netanyahu a appelé, s’est intéressé à son état de santé et a pleuré. Bennett ne savait pas que je m’appelais Livni « Walla
Dans le même temps, les Forces de Tsahal ont décidé de renforcer leurs forces le long de la frontière. Le Commandement Sud a souligné qu’on pouvait largement utiliser l’équipement de lutte contre les émeutes lors d’une manifestation, mais que les drones larguaient des grenades lacrymogènes dans le sens du vent sur les soldats qui les dirigeaient, et qu’ils n’ont aucun effet dissuasif sur les manifestants.
Selon des sources de commandement du sud, les forces de sécurité du Hamas ont arrêté le responsable de la sécurité du Hamas qui a tiré sur Bar-El, dans ce qu’on appelle une « détention défensive » afin d’empêcher Israël de l’éliminer ou de le kidnapper dans les heures qui suivent sa tentative de meurtre.
Des manifestants palestiniens tentent de s’emparer des armes dépassant des meurtrières, à la frontière de la bande de Gaza (Photo : réseaux sociaux arabes)
La section du mur de béton où l’attaque a eu lieu a été spécifiquement construite à la suite d’une série d’émeutes régulières le long de la frontière de Gaza en 2018. Cependant, elle ne fonctionne comme une position défensive appropriée que lorsque les émeutiers sont à bonne distance, car les tireurs d’élite peuvent tirer sur des menaces potentielles à travers la petite ouverture, tout en étant protégé des tirs de tireurs d’élite ennemis et d’autres attaques.

Cependant, si les émeutiers s’approchent du mur, les soldats israéliens de l’autre côté perdent effectivement toute visibilité et restent exposés aux attaques, comme cela semble s’être produit samedi, selon les premières conclusions de l’armée.

סמ

Le traitement des manifestations va changer. Barel Hadaria Shmueli (Photo : porte-parole de la police israélienne)

L’establishment de la défense a estimé hier que le tireur qui a tenté d’assassiner Shmueli, 21 ans, de Be’er Ya’akov, avait agi de son propre chef. L’armée israélienne a confirmé que les observations le long de la frontière de Gaza n’ont pas relevé qu’un homme armé s’est approché du mur et a tiré sur Shmueli. Selon l’enquête, le terroriste lui a tiré trois balles à bout portant, dont l’une a touché Shmueli au visage.Shmueli a subi ces blessures graves dans le cadre d’affrontements importants entre des soldats de Tsahal et des Palestiniens qui ont manifesté près de la clôture en plusieurs points de la bande de Gaza. Les Palestiniens ont jeté des pierres sur la clôture et certains d’entre eux ont même réussi à l’escalader. Les Forces de Tsahal ont riposté en tirant des balles en caoutchouc, puis des tireurs d’élite ont tiré à balles réelles. Le ministère palestinien de la Santé a annoncé que 23 manifestants avaient été blessés, deux dans un état critique, dont un garçon de 13 ans qui a reçu une balle dans la tête.news.walla.co.il

Un commentaire

Laisser un commentaire