2 généraux iraniens chargés de dissuader Israël d’attaquer le nucléaire iranien

Publié par

 Ces généraux sont censés dissuader Israël d’attaquer des installations nucléaires

 

Ils font partie des derniers vestiges des diplômés de la guerre avec l’Irak : ils envoient de nombreuses déclarations menaçantes envers Israël et sont à l’origine de certains des plus grands exercices militaires de la région.

 

Le commandant de l’armée de l’air iranienne, le général Aziz Nasirzadeh, et le commandant de son système de défense aérienne, le général Alirza Sabahifard, sont censés dissuader Israël d’attaquer.

Voilà comment ils essaient de le faire dans la pratique

Généraux iraniens (Photo : Fars News / Mohammad Khodabakhsh @ Maher)
Général Nasirzadeh (à droite), Général Shabahifard  (à gauche)| Photo : Fars News / Mohammad Khodabakhsh @ Maher

Un défi omniprésent du Golfe jusqu’au centre de l’Iran

Dans un discours prononcé mardi à la base de Bandar Abbas, le commandant de l’armée de l’air iranienne, le général Aziz Nasirzadeh, a déclaré que « Nous surveillons le ciel du golfe Persique, le détroit d’Ormuz et la mer d’Oman 24 heures sur 24, prêts à protéger tout l’espace (aérien iranien) si nécessaire. »
Les remarques du général Nasirzadeh sont intervenues juste le lendemain du jour où le chef de la défense aérienne de l’Iran, Elireza Shahiphard, a déclaré pour sa part que « les ennemis devraient s’abstenir de tester nos capacités et s’attendre à une réponse destructrice de l’Iran à toute menace et agression ».

Relance des préparatifs d’attaque avec Bennett-Kochavi-Gantz

Les menaces que les généraux iraniens font exploser en l’air ne sont pas prononcées dans le vide. Elles font partie de la tension croissante s’agissant de la confrontation entre l’Iran et Israël, qui devient de plus en plus palpable de jour en jour. Parmi les informations qui ont réchauffé l’atmosphère entre les deux pays, il y avait aussi les rapports en provenance d’Israël, concernant le renouvellement des plans d’attaque des sites nucléaires en Iran. Le général Aziz Nasirzadeh est l’homme responsable de tenter de stopper une telle attaque.

La plupart des frappes militaires infligées à l’Iran par Israël sont dirigées contre les Gardiens de la révolution. L’arme stratégique des missiles est en effet passée sous la responsabilité de cette organisation terroriste. De plus, la forme actuelle de guerre entre Israël et l’Iran rend la partie principale des armées des deux côtés moins pertinente.

Cependant, si un ordre a effectivement été émis pour préparer un plan d’attaque des sites nucléaires iraniens, les planificateurs ont envisagé le rôle de l’armée de l’air iranienne et les généraux à sa tête très au sérieux. Les avions de combat et les missiles anti-aériens du système de défense aérienne iranien, ainsi que le système de contrôle, seront le principal obstacle en cas d’une telle attaque. Ils sont également le principal défi pour les vols de renseignement dans le ciel iranien, que les publications étrangères attribuent régulièrement à Israël.

Nomination personnelle de Khamenei : le Commandant de l’armée de l’air iranienne

C’est le guide suprême Khamenei qui a nommé le général Aziz Nasirzadeh commandant de l’armée de l’air iranienne en août 2018. A son poste précédent, il était chef d’état-major de l’armée de l’air et en fait, le commandant de facto dans l’année précédant sa nomination officielle. En tant que pilote de chasse dans l’armée de l’air iranienne, il a piloté des avions de chasse F-4 Phantom. Il s’agit d’avions de chasse américains achetés par l’Iran avant la révolution islamique en 1979.

Un point intéressant est que les pilotes de F-14 Tomcat à l’époque ont suivi leur formation aux États-Unis. Il n’y a aucune information officielle quant à savoir si le général Nasirzadeh faisait également partie de ceux formés par les pilotes de chasse américains, mais au moins parfois, c’est parfaitement logique.

F-14 utilisé par l'armée iranienne (Photo : www.iranmilitaryforum.net)
Avions de guerre iraniens techniquement dépassés | Photo : http://www.iranmilitaryforum.net

Des performances non-négligeables contre l’Irak

Le général fait partie des rares diplômés de la guerre Iran-Irak encore en service dans l’armée de l’air iranienne. Les pilotes de F-14 Tomcat iraniens ont réussi à remporter les victoires les plus importantes au cours de cette guerre. Entre autres, ils ont abattu plus d’une centaine d’avions irakiens, dont des MiG-25.

Selon les Iraniens eux-mêmes, ils ont abattu 160 avions pendant la guerre. À la lumière des énormes succès qu’ils ont remportés, notamment, première mondiale du F-14, l’abattage d’un certain nombre de MiG-25 et plus, beaucoup d’entre eux ont reçu des décorations.

En tant que commandant de l’armée de l’air iranienne, le général Nasirzadeh était responsable du déploiement de missiles air-air de type Pakur-90 d’une portée d’environ 150 km, avec un guidage radar adapté aux avions F-14. Il s’agit en fait d’une imitation du missile américain Phoenix, que l’Iran a reçu à la fin des années 1970 et a été le premier au monde à le lancer de manière opérationnelle.

An AIM-54A Phoenix air-to-air missile mounted on the wing PAVE Knife pod of an F-14A Tomcat at the open house air show.

La Russie pourrait bientôt suppléer

L’armée de l’air iranienne est principalement construite pour la défense et souffre d’une pénurie de nouveaux avions, de pièces de rechange et plus encore. Le commandant de l’armée de l’air iranienne essaie de promouvoir l’achat d’avions de combat avancés provenant de Russie, ainsi qu’une intensification continue avec l’aide de l’industrie locale.

En outre, cela conduit à l’intensification de l’entraînement conjoint avec le reste de l’armée, en particulier le système de défense aérienne, étant donné que l’Iran n’a presque pas de pilotes ayant une expérience opérationnelle. Depuis la fin de la guerre contre l’Irak, l’armée de l’air iranienne a mené quelques attaques isolées contre l’Etat islamique, accompagné des avions de chasse russes en Syrie ou attaqué des trafiquants de drogue à la frontière afghane, mais pas au-delà.

La force principale de l’armée de l’air iranienne comprend environ 30 F-14 et plusieurs dizaines de Phantom, ainsi qu’environ 40 MiG-29. Du côté offensif, il y a environ 25 Mirage F-1 et 36 Sukhoi 24. On estime que tout scénario dans lequel des avions d’attaque iraniens sont envoyés sur Israël, a une très faible chance d’advenir.

L'avion de chasse (Photo: linceanalista @ Twitter)
Avion de chasse Phantom de l’armée de l’air iranienne | Photo: linceanalista @ Twitter

Dissuasion psychologique : maintenir un haut niveau de menaces

Bien que le général Nasirzadeh soit une figure médiatique moins importante par rapport aux commandants des Gardiens de la révolution, il fait partie des visages envoyés au-devant des médias pour menacer les États-Unis ou Israël après chaque incident.

Quand Israël a parlé, encore une fois, d’attaquer le programme nucléaire iranien, il a écouté et savait que si cela se produisait pendant son temps de travail, il avait la responsabilité de se préparer à une telle attaque et de la contrecarrer. « Nous sommes prêts pour la guerre décisive qui conduira à la disparition d’Israël de la surface de al terre », a récemment déclaré un média iranien. « Nos avions sont prêts pour le jour où Israël sera détruit. »

Ces dernières années, il conduit à faire évoluer la doctrine de l’armée de l’air iranienne, consistant principalement en une combinaison d’avions habités, et d’autres sans pilote et même en coopération avec l’arme aérienne des Gardiens de la Révolution. Ce changement peut être perçu comme un exercice géant de l’Iran, ces deux derniers années, qui a fortement été médiatisé.

« Les manœuvres sont conçues pour mettre en pratique la mise en œuvre de plans opérationnels et établir le bon modèle afin de s’adapter à la bataille future », a-t-il déclaré récemment à la fin d’un exercice qui combinait divers avions de combat, dont des Phantoms, des drones armés Kaman à longue portée, et des Sukhoi 24. « Un armement précis (des missiles) sera utilisé dans des attaques chirurgicales », a-t-il déclaré.

 

L’homme qui dirige l’un des plus grands systèmes de défense de la région

Le général Alireza Sabahifard, qui est en charge du système de défense aérienne de l’Iran, est la deuxième figure sous sa responsabilité devant tenter de déjouer toute éventuelle tentative d’attaque d’Israël en Iran.

L’homme de 58 ans et originaire de la ville de Qom. Il a pris ses fonctions en mai 2018 en tant que nomination personnelle du guide suprême Khamenei. Dans la déclaration de nomination envoyée aux médias en Iran, Khamenei a écrit : « Compte tenu de votre engagement, des compétences et de la précieuse expérience que vous avez acquises, je vous nomme commandant du système de défense (anti-)aérienne de l’armée.

Système iranien (Photo : Defanews.Ir/Wikimedia Commons)
Bavar 373 (copie + ou – conforme du S-300 russe) Systèmes de défense aérienne, Iran | Photo : Defanews.Ir/Wikimedia Commons

Le général Shabahifard a commencé son service dans le système de défense aérienne de l’Iran au début des années 1980 et a servi comme soldat et officier dans la guerre Iran-Irak. Non seulement il a gravi les échelons, mais il a occupé un certain nombre de postes en dehors de l’armée, au sein des Gardiens de la révolution et d’organisations paramilitaires et de renseignement. Apparemment aussi il a agi en tant que consultant auprès de combattants étrangers.

En tant que commandant du système de défense aérienne de l’Iran, le général Shabahifard dirige l’une des armes les plus puissantes de l’Iran, qui comprend des centaines de lanceurs de missiles antiaériens de divers types. On estime qu’il existe environ 160 batteries de missiles antiaériens.

Alors que dans l’armée de l’air, la majeure partie de la puissance comprend des avions de chasse obsolètes, dans le cas du système anti-aérien, il existe également quelques-uns des systèmes les plus avancés au monde, comme le S-300 russe.

A ceux-ci s’ajoutent 7 à 10 batteries de missiles SA-15 et des dizaines de batteries de missiles Hawk. Les Iraniens possèdent également plusieurs dizaines de batteries de missiles antiaériens à moyenne et longue portée qu’ils ont fabriquées eux-mêmes.

 

Défilé militaire en Iran (Photo : FarsNews, Twitter)
Défilé militaire en Iran, 2021 | Photo : FarsNews, Twitter

Comme le commandant de l’armée de l’air, le commandant de la défense aérienne est considéré comme un visage familier jouant dans la série de proférations de menaces contre Israël et les États-Unis dans les différents médias.

Dans des entretiens récents avec les médias iraniens, il a déclaré qu’aujourd’hui la capacité de défense de l’Iran n’est pas similaire à l’ère de la défense sainte (guerre avec l’Irak) et que « la force de défense aérienne de l’armée iranienne évolue et se met constamment à jour. Nous avons les meilleures technologies dans divers domaines. « dont, les missiles et la guerre électronique et nous pouvons dire que nous sommes au plus haut niveau scientifique. »

C’est ainsi que les Iraniens tenteront d’arrêter une attaque israélienne

Israël a investi des dizaines de milliards de shekels dans les préparatifs d’une attaque contre l’Iran. Dans le passé, on a révélé des montants allant jusqu’à 20 milliards de shekels. Il s’agit d’argent destiné à financer le renseignement coûteux, l’achat d’armements (missiles, bombes) et d’avions, dont les F-15 et 16, les F-35, les transports, le renseignement et plus encore.

 

Quand Israël a attaqué les réacteurs nucléaires en Irak et en Syrie, qui étaient une cible dans chaque attaque, huit avions ont été envoyés pour attaquer la cible. Le programme nucléaire iranien est une toute autre histoire. Les Iraniens, qui ont tiré les leçons des précédentes opérations israéliennes de destruction de réacteurs nucléaires, ont déployé leur plan sur des dizaines de sites fortifiés, dont beaucoup sont souterrains.

 
 

 
Avions de l’Air Force et bombardiers américains. Un vol commun dans le ciel d’Israël
 
 

Même si l’opération de l’armée de l’air est dirigée contre certains des principaux sites, il reste encore 10 cibles déployées dans tout l’Iran. Une installation à Natanz, le réacteur de Fordow, enfoui dans la montagne, l’installation de conversion d’uranium à Ispahan, Bushehr, Jetsin et plus encore.

Mobiliser une armada aérienne

Chacun de ces sites nécessitera entre 6 et 8 avions d’attaque, auxquels s’ajouteront le ravitaillement, les avions de renseignement et de contrôle, la guerre électronique et les hélicoptères, chacun ayant besoin de l’escorte d’avions de combat pour les défendre. Cela signifie une attaque qui comprendra un minimum de plus de 100 avions pour des dommages partiels causés uniquement aux principaux sites.

Ce chiffre n’inclut pas les avions qui peuvent être envoyés pour attaquer les batteries de contre-attaque, de commandement, de contrôle et de lutte antiaérienne. Mener une attaque secrète avec huit avions comme cela s’est produit dans le passé n’équivaut pas à attaquer en déployant 100-150 avions.

 

Un autre problème à considérer dans le scénario d’une attaque israélienne est que les pilotes israéliens devront le faire après quelques heures de vol avec des avions chargés de carburant et de bombes. Les Iraniens, de leur côté, décolleront pour protéger leur territoire intérieur, alors qu’ils seront frais, de sorte que même un vieil avion peut causer des dommages.

Un long trajet pour les Israéliens, un match à domicile pour l’Iran

Quand il s’agit de F-14 armés de missiles air-air à longue portée ou d’avions comme le MiG-29, le potentiel iranien existe, auquel il faut ajouter des dizaines de batteries de missiles anti-aériens et des milliers de canons qui poseront un menace pour toute force aérienne étrangère cherchant à attaquer l’Iran.

Avion de chasse russe (Photo : Alain Nogues / Sygma / Getty Images)
Lorsqu’il est armé de missiles, il y a un risque de dommages. MiG-29 | Crédit photo : Alain Nogues / Sygma / Getty Images

Tout au long de ses décennies d’existence, l’armée de l’air israélienne a démontré des capacités énormes, souvent surprenantes. En même temps, lorsqu’on parle d’un scénario d’attaque des sites nucléaires en Iran, il est douteux que le résultat soit le même qu’en Irak et en Syrie, tant en termes de victimes qu’en termes de dégâts. C’est exactement ce que les généraux Nasirzadeh et Sabahifard construisent, dans les préparatifs qu’ils organisent pour les armes qu’ils commandent.

Il y a pas mal de hauts fonctionnaires et d’experts en sécurité en Israël, qui voient toutes les variables et estiment qu’une telle attaque ne sera pas efficace même si elle réussit. Les dégâts sur le programme nucléaire iranien seront limités, probablement par rapport aux victimes potentielles, malgré un investissement de plusieurs milliards. Ce faisant, les Iraniens atteindront ainsi la première cible de leur arme aérienne et de leur système de défense aérienne, en dissuadant Israël de mener une telle attaque.

Shay Levi|PZM| Publié le 13/08/21 07:20 

mako.co.il

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :