Syrie: Israël et la Russie sont-ils sur une trajectoire de collision?

Publié par

Insider : Israël et la Russie pourraient être sur une trajectoire de collision en Syrie 

Le coup de sonde stratégique du contre-amiral Kolit

Des déclarations récentes d’un amiral russe et d’une source russe anonyme ont soulevé des spéculations quant à savoir si la Russie change son approche concernant les attaques israéliennes contre l’Iran et les cibles du Hezbollah en Syrie. 

Si un tel changement se produit, cela pourrait être un problème pour les États-Unis, car la situation entre Israël et la Russie, bien que toujours amicale, est fragile et complexe. 

Le 19 juillet, Israël a lancé une offensive contre le Hezbollah et des cibles identifiées avec l’Iran en Syrie. 

 

Le vice-amiral Vadim Kolit, directeur adjoint du Centre russe pour la réconciliation entre les parties combattantes en Syrie, a affirmé que les systèmes de défense antimissile russes ont intercepté sept des huit missiles israéliens tirés sur des sites près de la ville d’Alep.

Quelques jours plus tard, Kolit a affirmé qu’Israël avait tiré quatre autres missiles sur des cibles près de Homs, et que des systèmes russes BUK M-1 les avaient tous interceptés, a-t-il dit.

Contre-offensive médiatique israélienne

Israël n’a pas répondu aux remarques de l’officier supérieur russe, mais a veillé à ce que des images de dommages importants sur un site syrien soient largement diffusées sur les réseaux sociaux.

Les observateurs ont remis en question les affirmations de Kolit et leur véracité. À peu près à la même époque, le site Web Asharq al-Aswat d’informations arabes localisé à Londres, a rapporté qu’une source russe anonyme a déclaré qu’à la suite de la rencontre du président américain Joe Biden avec le président russe Vladimir Poutine, Moscou avait reçu le message que Washington était « mécontent de l’escalade » des activités d’Israël en Syrie.

 

Biden n’entrave pas l’action d’Israël en Syrie

Mais rien n’indiquait que les États-Unis étaient préoccupés par l’activité militaire d’Israël en Syrie, ni que la Russie avait obtenu des succès  aussi spectaculaires contre les missiles israéliens.

 

Pressée de blâmer Israël pour l'avion abattu près de Lattaquié, la Russie pourrait mener une opération pour sauver la face - Syrie - Haaretz.com

N’importe laquelle de ces indications peut changer complètement la situation, et il est difficile de croire que personne ne les contesterait aux États-Unis et en Israël si les deux étaient vraies. Mais si les allégations sont exagérées, quel est le but de telles déclarations de la Russie ?

 

Kolit a l’aval de ses supérieurs

Il est clair que Kolit a parlé avec autorité et légitimité, car on n’a pas entendu qu’il avait reçu une réprimande pour ses déclarations. Les dirigeants russes n’ont pas publiquement réprimandé ni soutenu les déclarations de Kolit, renforçant l’idée qu’il a fait ces allégations à des fins stratégiques.

Elles surviennent à une époque de grands changements. Joe Biden a remplacé Donald Trump et le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont remplacé Benjamin Netanyahu.

 

Poutine teste la détermination de Biden, Bennett et Lapid

Il est probable que Poutine veuille tester la détermination des dirigeants israéliens relativement inexpérimentés et veuille avoir une idée claire de la façon dont Biden, avec son approche moins conciliante envers Moscou par rapport à Trump, gérera l’équilibre délicat établi en Syrie.

 

Cet équilibre repose sur un accord conclu par l’administration Trump avec la Russie en 2017, dont Israël n’était pas très satisfait.

Il a permis aux milices soutenues par l’Iran, dont le Hezbollah, de continuer à opérer dans une zone de sécurité créée dans le sud de la Syrie. Le cessez-le-feu qui était censé régner sur cette zone était destiné à faciliter les efforts américains et russes pour combattre Daesh dans la région, mais Israël est bien plus concerné par la présence des milices chiites.

L’entente Trump-Poutine par-dessus l’épaule d’Israël

Les plaintes israéliennes sont tombées dans l’oreille d’un sourd, mais l’administration Trump a clairement indiqué qu’Israël était libre de poursuivre ses objectifs. Israël et la Russie ont ouvert une ligne de communication directe, qu’Israël a utilisée pour informer Moscou de ses attaques imminentes, dans l’espoir d’éviter des pertes du côté russe et pour ne pas perturber cet équilibre délicat.

Bien qu’il y ait eu plusieurs incidents au fil des ans qui ont menacé de changer le statu quo, la diplomatie entre Israël et la Russie a réussi à neutraliser les tensions lorsqu’elles sont apparues. Mais actuellement, des reportages prétendent que les communications entre Israël et la Russie seraient interrompues.

Soldat de l'armée M2 Bradley véhicule de combat Syrie

Crédit photo : armée américaine

Un commentaire

Laisser un commentaire