Sécurité d’Israël, l’équation stratégique

Posted by
Members of Israeli security and emergency services work on a site hit by a rocket in Ramat Gan near the coastal city of Tel Aviv, on May 15, 2021, following the launching of rockets from the Gaza Strip controlled by the Palestinian Hamas movement towards Israel. – An Israeli man was killed after a rocket fired by Palestinian militants in Gaza hit the central city of Ramat Gan near Tel Aviv, police and medics said. (Photo by Gil COHEN-MAGEN / AFP)

Le Manuel bleu contre l’antisémitisme et la désinformation :

Extrait de la semaine

Les premières des vérités à dire et à savoir sur Israël sont celles ayant trait au contexte géopolitique et stratégique intriqué auquel le pays est confronté.

Sécurité d’Israël, l’équation stratégique

Le Moyen-Orient est aujourd’hui divisé en deux camps distincts, sunnite et chiite, dont l’antagonisme constitue un risque de déstabilisation pouvant s’étendre au reste de la planète. La menace est d’autant plus concrète que l’Axe du Mal (Iran-Irak-Liban-Syrie), brisé lors de la chute de Saddam Hussein, est rétabli. Simultanément, bon nombre de nations arabes effectuent un rapprochement avec Israël, dont l’Arabie saoudite, le sultanat d’Oman, les émirats. Tandis que les négociations avec l’Autorité Palestinienne sont au point mort, surtout depuis la scission entre Hamas (Gaza) et OLP (Cisjordanie).

1. L’équation stratégique actuelle se caractérise par le fait que l’avantage technologique d’Israël sur ses adversaires est moindre que par le passé. L’Iran et l’Arabie Saoudite disposent d’un arsenal militaire hautement sophistiqué, précis et destructeur.

2. Israël n’a aucune profondeur stratégique. Ses centres de population et d’industrie se trouvent à moins de 60 secondes de vol de ses frontières pour un missile ou un avion de combat. D’où la nécessité d’actions préventives en territoire ennemi.

3. Israël n’a pas de profondeur économique. Etant donné la nécessité de mobilisation de sa population active pour la servir dans la réserve et de par sa structure économique, Israël ne peut soutenir un effort de guerre prolongé. Toute guerre durant plus de quelques semaines plongerait le pays dans la débâcle économique.

4. En Israël, la prise de décision d’entrée en conflit doit être approuvée selon le processus démocratique, par le cabinet et la Knesset. Dans les nations voisines, les chefs d’état peuvent prendre cette décision sans consulter quiconque.

5. En cas de conflit, Israël devra protéger sa population civile (abris, masques à gaz) qui est visée en priorité par l’ennemi. La plupart des nations arabes utilisent leurs populations civiles comme bouclier, plaçant leurs installations militaires à proximité d’écoles et hôpitaux.

6. L’Iran constitue la menace principale pour Israël sur le plan militaire. Mais, sur le plan du terrorisme, l’Iran est une menace à l’échelle globale comme le montrent les attentas commandités en France et au Danemark en 2018 par Téhéran et déjoués grâce à l’aide du Mossad.

7. Au Liban, le Hezbollah, armé par Téhéran, possède un arsenal de plus de 120.000 missiles et suffisamment de rampes de lancement pour tirer 1000 projectiles par jour, par salves de plusieurs dizaines à la fois, sur Israël. Avec l’Iran, le Hezbollah tente d’implanter encore plus de positions offensives en Syrie afin d’élargir son champ de tir.

8. Comme du temps de la guerre froide, les Etats Unis et la Russie se livrent actuellement un dangereux bras de fer au Proche-Orient.

9. Au sud d’Israël, le Hamas constitue un second front, tant terroriste que militaire avec une force de frappe estimée à environ 7500 missiles.

10. En 2018, Israël a déjoué un peu plus de 500 tentatives d’attentats en provenance de l’Autonomie Palestinienne, laquelle verse des ‘dédommagements’ aux terroristes et à leur familles et encourage, à travers les réseaux sociaux et le système scolaire, la violence et le ‘suicide du martyr’ auprès des enfants et des jeunes.

Le public ignore cependant que l’inimitié entre Israéliens et Palestiniens est le fait d’extrémistes et qu’elle ne rend aucunement compte de la réalité quotidienne. Echanges commerciaux et culturels, initiatives pour le dialogue et la paix, gestes de bonne volonté foisonnent. Chaque jour, des dizaines de milliers de travailleurs palestiniens se rendent à des lieux de travail et chantiers situés au cœur d’Israël. Dans notre prochain extrait, nous examinerons quelles réalités sont dénommées par les mots ‘Arabes, Islam, Palestine’.

Participez à la diffusion du Manuel bleu auprès du public juif (synagogues, mouvements de jeunesse, institutions…) aussi bien que non-juif (étudiants, décideurs, journalistes). Offrez-le à vos amis et à vos proches. Concernant les associations ou les institutions, il est possible de commander des exemplaires « personnalisés », avec le logo de l’institution et une préface de son président.

Ecrire à la maison d’édition. Par courrier : Editions Valensin – David Reinharc, 16 boulevard Saint-Germain, 75005 – Paris. Par mail : editions.valensin@gmail.com

Laisser un commentaire