«  Nous aussi sommes sous occupation  »: Black Lives Matter blanchit le terrorisme palestinien

Publié par

Image de Une : Yasser Arafat, à droite, et le révérend Jesse Jackson [guide spirituel d’Obama, proche de l’ultra-gauche de la Squad, affiliée à Sanders et Soros] s’embrassent à Beyrouth, au Liban, en 1979. | Photos chez AP

Pourquoi le mouvement Black Lives Matter pourrait aider à déplacer le débat sur un conflit situé à des milliers de kilomètres.

Des manifestants agitent le drapeau palestinien lors d'une marche avant la Convention nationale républicaine à Cleveland, Ohio, en 2016.

Des manifestants brandissent le drapeau palestinien et scandent des slogans lors d’une marche de divers groupes, dont « Black Lives Matter » et « Shut Down Trump and the RNC », avant la Convention nationale républicaine de 2016 à Cleveland. | Adrées Latif via Reuters

Par SAM KLUG

30/05/2021 à 06h45 HAE

Sam Klug est un historien vivant à Washington, DC.

« Bassem était l’un des nôtres. Il s’est déclaré présent (à Ferguson).

C’est ainsi que la représentante Cori Bush (D-Mo.) a décrit feu Bassem Masri, un activiste palestino-américain de Saint-Louis, à la tribune du Congrès, le 13 mai. C’était ce jour où les gros titres ont attiré l’attention de l’opinion publique sur l’escalade des frappes aériennes d’Israël sur Gaza, qui a finalement tué 232 Palestiniens en 11 jours, le discours de Cori Bush a lié la cause palestinienne à des événements plus proches de chez nous. Masri, décédé en 2018, était l’un des nombreux Palestiniens en première ligne des manifestations à Ferguson, Missouri, en 2014 après la mort de Michael Brown.

« En tant que Palestinien », a poursuivi Bush, Masri « était prêt à résister, à se rebeller, à se soulever avec nous » pour lutter pour « la fin des occupations policières militarisées de nos communautés ».

La violence qui a éclaté en Israël et en territoires palestiniens à la fin de ce printemps-là a activé un puissant sentiment de solidarité parmi de nombreux Afro-Américains. Des personnalités publiques noires bien connues, du meneur des Brooklyn Nets Kyrie Irving à l’actrice Viola Davis , ont exprimé leur soutien aux Palestiniens. 

Viola Davis

Les militants de Black Lives Matter ont joué un rôle actif dans l’ organisation et la promotion de manifestations pro-palestiniennes dans tout le pays . Un organisateur de Black Lives Matter dans le New Jersey a résumé les sentiments du mouvement en disant : « nous-mêmes connaissons l’occupation (« i.e : « policière »), nous connaissons la colonisation, nous connaissons la brutalité policière ».

Bassem Masri, un militant américano-palestinien, est photographié en octobre 2014 face à un policier de Saint-Louis sur les lieux d'une fusillade mortelle impliquant un policier.
Bassem Masri, un militant américano-palestinien, est photographié en octobre 2014 face à un policier de Saint-Louis sur les lieux d’une fusillade mortelle impliquant un policier. | David Carson/St. Louis Post-Dispatch/Tribune News Service via Getty Images

La montée de la violence ce printemps est intervenue au milieu d’un changement notable dans l’opinion publique américaine. Selon un sondage Gallup de février, une majorité de démocrates pensent maintenant que les États-Unis devraient exercer plus de pression sur Israël que sur les Palestiniens pour résoudre le conflit – le plus haut niveau de soutien pour faire pression sur Israël depuis que Gallup a commencé à suivre cette question en 2007. Ce changement, selon les commentateurs qui à la fois le célèbrent et le déplorent  peut être dû au mouvement Black Lives Matter, qui a encouragé les Américains à considérer la situation israélo-palestinienne à travers le prisme de la justice raciale. Alors que les Israéliens et les partisans américains du gouvernement israélien ont contesté ce cadrage, identifiant le bombardement israélien de Gaza comme une réponse légitime à une menace terroriste, il est clair que de nombreux Américains voient le conflit différemment.

Ce changement dans l’opinion publique peut présager une nouvelle phase dans l’histoire de plusieurs décennies de la solidarité des Noirs américains avec la cause palestinienne – une histoire qui a été mal comprise, en partie parce que ses effets sur le débat national ont jusqu’à présent été limités. Au cours des années passées, des militants noirs ont attiré l’attention d’autres mouvements sociaux sur la cause palestinienne, et des politiciens noirs l’ont défendue dans les débats sur la politique étrangère américaine. Mais rarement ces deux formes d’influence ont-elles opéré simultanément. Aujourd’hui, il semble y avoir un lien entre les efforts des organisateurs de terrain et des législateurs aux racines militantes pour pousser l’opinion nationale et la politique américaine vers une position plus amicale envers les Palestiniens. Des expériences partagées de violence et d’oppression étatiques ont toujours animé la solidarité noire-palestinienne. Si le mouvement Black Lives Matter continue de façonner les débats sur l’injustice raciale aux États-Unis comme il l’a fait au cours de l’année écoulée, il peut également aider à transformer l’approche des Américains sur la question des territoires palestiniens.


Pendant une grande partie du vingtième siècle, de nombreux militants afro-américains ont exprimé leur admiration pour la cause sioniste, la considérant comme une lutte alliée à une autre minorité opprimée dans le monde occidental. La participation de nombreux Juifs américains, dont certains ont sacrifié leur vie dans le mouvement des droits civiques des années 1950 et 1960, ne semblait que consolider ce soutien.

En haut : Enfants et adultes palestiniens sans foyer à la suite de la guerre au Moyen-Orient, juin 1967. En bas à gauche : Des prisonniers de guerre égyptiens sont montrés pendant la guerre israélo-arabe des Six jours en juin 1967. En bas à droite : les troupes régulières égyptiennes retiennent les Palestiniens des réfugiés saluant et criant lors d'une manifestation anti-américaine dans la bande de Gaza en Égypte en 1967.
En haut: enfants et adultes palestiniens sans domicile à la suite de la guerre israélo-arabe de juin 1967. En bas à gauche: prisonniers égyptiens de la guerre de 1967. En bas à droite: les troupes égyptiennes retiennent les réfugiés palestiniens alors qu’ils organisent une manifestation anti-américaine dans la bande de Gaza en 1967. | Photos chez AP

Mais vint ensuite la guerre de juin 1967, quand Israël conquit la Cisjordanie et Gaza, deux régions de l’ancien mandat britannique de Palestine qui étaient respectivement sous le contrôle de la Jordanie et de l’Égypte. Le conflit a attiré l’attention des militants noirs à un moment où la guerre du Vietnam les poussait déjà à condamner ce qu’ils considéraient comme l’impérialisme américain à l’étranger. De nombreux membres du mouvement pour la liberté des Noirs voyaient la conquête par Israël des terres palestiniennes, comme la guerre des États-Unis au Vietnam, soit un parallèle impérial à la violence raciale vécue par les Afro-Américains chez eux. Le Comité de coordination étudiant non-violent a publié une introduction sur le «problème de Palestine» décrivant le sionisme comme un projet impérial soutenu par les «gouvernements coloniaux blancs occidentaux» des États-Unis et de l’Europe.

Le Black Panther Party, quant à lui, a exprimé son soutien à la résistance palestinienne qui a émergé au lendemain de la guerre, dépeignant al-Fatah et les Panthers comme engagés dans une «lutte commune» contre «le racisme, le sionisme et l’impérialisme». Pour ces groupes, les Afro-Américains étaient un peuple «colonisé à l’intérieur», dont la position aux États-Unis était analogue au statut des peuples du «tiers monde» dans le monde – Palestiniens compris.

La guerre de 1967 a également provoqué une vague d’activisme de la part des Arabo-Américains, qui ont construit des ponts avec des militants et des politiciens noirs tout au long de la fin des années 1960 et au début des années 1970. L’Organisation des étudiants arabes a invité le dirigeant du Black Power, Stokely Carmichael [Interviewé par Gilles Munier, fondé de pouvoir de Le Drian, NDLR], à prendre la parole lors de leur convention nationale en 1968, où il a lancé un appel ardent au soutien des Noirs à la révolution palestinienne. «Les Palestiniens ont droit à la Palestine», a déclaré Carmichael. Travaillant dans un registre différent, les membres de l’Association des diplômés universitaires arabo-américains ont souligné les liens économiques et militaires entre Israël et l’Afrique du Sud de l’apartheid aux législateurs du Congressional Black Caucus, et ont fait pression sur Shirley Chisholm lors de sa course présidentielle de 1972.

Le leader du Black Power, Stokely Carmichael, est photographié avec des assistants.  À la fin des années 1960, Carmichael a lancé un appel enflammé au soutien des Noirs à la révolution palestinienne.
Le chef du Black Power, Stokely Carmichael, est photographié avec des assistants. À la fin des années 1960, Carmichael a lancé un appel ardent au soutien des Noirs à la révolution palestinienne. Ollie Noonan, Jr./The Boston Globe via Getty Images

Dans le mouvement ouvrier, les organisateurs arabo-américains des usines automobiles du Michigan ont formé un caucus des travailleurs arabes en 1973, qu’ils ont explicitement modelé sur un ensemble de caucus noirs radicaux qui s’étaient formés pour contester les pratiques racistes dans les entreprises automobiles et les travailleurs unis de l’automobile. Avec le soutien des travailleurs noirs, le Caucus des travailleurs arabes a réussi à faire pression sur sa section locale syndicale pour qu’elle se désengage des obligations d’État israéliennes. Cette vague d’activisme noir et arabo-américain a coïncidé avec les manifestations de masse contre la guerre du Vietnam et les soulèvements noirs dans les villes du pays, plaçant la question palestinienne à l’ordre du jour des mouvements sociaux de la gauche américaine – mais ayant rarement un impact dans le domaine de la haute politique.


En 1980, ce ferment d’activisme de solidarité entre les Noirs et les Palestiniens s’était dissipé. Comme tant d’institutions de la gauche des années 1960, les groupes incubant ces connexions sont tombés en désarroi: beaucoup ont été déchirés par des conflits de direction et des divisions idéologiques, ou épuisés par la surveillance et la répression gouvernementales. Le déclin institutionnel a été compensé par l’attrait décroissant d’une identification politique au «tiers monde». Alors que les mouvements de décolonisation du milieu du XXe siècle reculent, de nombreux militants afro-américains ont cessé de voir la lutte pour l’égalité raciale aux États-Unis comme faisant partie d’une lutte mondiale unifiée.

Mais plusieurs politiciens noirs ont pris le relais pour faire avancer la cause palestinienne. Travaillant aux plus hauts niveaux de la diplomatie américaine et du Parti démocrate, ces personnalités ont évité le soutien des radicaux noirs antérieurs à une révolution palestinienne militante contre l’occupation israélienne. Ils recherchaient plutôt un règlement négocié diplomatiquement qui accorderait aux Palestiniens une plus grande autonomie. En 1979, l’ambassadeur de l’ONU et ancien leader des droits civiques Andrew Young a été contraint de démissionner après avoir secrètement rencontré un représentant de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Les batailles dans la presse après la démission de Young se sont concentrées sur le déclin des relations entre les Noirs et les Juifs au niveau national, mais elles ont également permis à un point de vue plus pro-palestinien de trouver une place dans le débat national.

L’un des défenseurs les plus vigoureux de Young était le révérend Jesse Jackson (mentor d’Obama). Jackson a conduit une délégation au Moyen-Orient immédiatement après l’affaire Young, rencontrant à la fois des responsables israéliens et des représentants de l’OLP, dont Yasser Arafat. Jackson a poussé les États-Unis à négocier directement avec l’OLP, alors même qu’il faisait allusion aux parallèles entre la lutte des Palestiniens et celle des Afro-Américains: «Nous comprenons le cycle de la terreur, le cycle de la douleur», a-t-il dit, « et pourtant, si l’Amérique est libre de parler, elle peut peut-être rechercher la réconciliation.

Yasser Arafat, à droite, et le révérend Jesse Jackson s'embrassent à Beyrouth, au Liban, en 1979.
Yasser Arafat, à droite, et le révérend Jesse Jackson s’embrassent à Beyrouth, au Liban, en 1979. | Photos chez AP


Jackson marquera alors son empreinte la plus profonde sur la vision américaine d’Israël-Palestine près d’une décennie plus tard, lors de sa campagne présidentielle de 1988. Sa campagne a travaillé avec l’Institut arabe américain pour adopter des résolutions approuvant une solution à deux États dans onze conventions du Parti démocrate. Lors de la Convention nationale démocrate de 1988, les délégués de Jackson ont distribué des drapeaux et des T-shirts palestiniens dans le cadre d’une tentative d’insérer une planche similaire dans la plate-forme du parti. Bien que la campagne ait finalement abandonné le combat dans son programme, le refus de Jackson de se soustraire à la question a ouvert ce que l’historien Nikhil Pal Singh a appelé «le premier débat public américain important sur l’idée d’une solution à deux États au Moyen-Orient».

Jackson déploiera occasionnellement l’image d’une lutte anticoloniale partagée qui animait la solidarité entre Noirs et Palestiniens dans les années 1960, déclarant à un moment donné, «nous comprenons la vie sous occupation parce que nous avons été occupés.» Dans l’ensemble, cependant, sa rhétorique était plus discrète, même lorsqu’il a souligné les liens étendus entre Israël et l’Afrique du Sud de l’apartheid. Plutôt que d’approuver la révolution palestinienne, comme Carmichael l’avait fait deux décennies plus tôt, Jackson a insisté sur le fait que les États-Unis devraient servir de «médiateur honnête» entre Israël et l’OLP pour négocier une résolution du conflit. En se concentrant sur la politique étrangère américaine, les campagnes de Jackson représentaient un changement tactique par rapport à l’activisme radical des années 60 et 70. Alors que les efforts antérieurs se concentraient sur le renforcement de la pression par le bas, Jackson et Young ont cherché à influencer directement le processus d’élaboration des politiques.


Aujourd’hui, il y a des signes que les défenseurs afro-américains de la Cause Palestinienne renouvellent les deux stratégies simultanément – avec des militants de base de Black Lives Matter renforçant l’action législative des politiciens noirs. En 2017, 11 membres du Congressional Black Caucus ont coparrainé le projet de loi de la représentante Betty McCollum (D-Minn.) Visant à interdire l’utilisation de l’aide américaine à Israël à cause de la détention de mineurs palestiniens. 

La Squad dans le Missouri

Les nouveaux représentants noirs dont les campagnes se sont appuyées sur l’organisation de Black Lives Matter – notamment Ilhan Omar, Cori Bush, Ayanna Pressley et Jamaal Bowman – ont adopté des positions pro-palestiniennes plus énergiques que la plupart de leurs collègues de CBC, notamment en coparrainant la récente résolution conjointe désapprouvant une vente d’armes américaines de 735 millions de dollars à Israël.

Des partisans brandissent des drapeaux et des affiches lors d'un rassemblement en mai 2021 à Chicago en réponse aux violences persistantes entre Israéliens et Palestiniens au Moyen-Orient.
Des partisans brandissent des drapeaux et des affiches lors d’un rassemblement en mai 2021 à Chicago en réponse aux violences persistantes entre Israéliens et Palestiniens au Moyen-Orient. | Anthony Vazquez / Chicago Sun-Times via AP

Pour les militants de Black Lives Matter qui défendent les Palestiniens, le Parti démocrate a encore un long chemin à parcourir. Mais le retrait des législateurs au cours des dernières semaines d’une position pro-israélienne sans faille peut suggérer que même les démocrates modérés réagissent aux changements dans l’opinion publique. Ces changements sont particulièrement prononcés chez les jeunes juifs américains, qui prennent une position critique envers Israël et sont majoritairement des électeurs démocrates. Les législateurs, dont Cori Bush et Rashida Tlaib, la seule Palestino-Américaine présente au Congrès, ont profité du climat changeant pour mettre leur point de vue sur la Palestine au premier plan des débats intrapartis. Un soutien franc aux Palestiniens à la Chambre et une résolution symbolique contre une vente d’armes unique ne marquent guère un changement radical dans la politique américaine. Mais ils suggèrent que la politique du mouvement et la politique institutionnelle se renforcent mutuellement d’une manière que ni Jackson ni Carmichael n’ont expérimentée.

Les gens passent devant une peinture murale montrant le visage de George Floyd peint sur une section de la barrière de séparation controversée d'Israël dans la ville de Bethléem en Cisjordanie occupée.
Les gens passent devant une peinture murale montrant le visage de George Floyd peint sur une section de la barrière de séparation controversée d’Israël dans la ville de Bethléem en Cisjordanie/Judée-Samarie. | EMMANUEL DUNAND/AFP via Getty Images

Les expressions récentes de solidarité entre les Noirs et les Palestiniens ont mis l’accent sur une expérience commune de violence persistante de la part des forces de sécurité. Plus tôt ce mois-ci, alors qu’un soldat israélien tenait son genou sur le cou d’un manifestant palestinien dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, l’homme a été filmé en faisant dire au Palestinien « Je ne peux pas respirer. » 

video-3_mp4_dvd

Lors d’un rassemblement à Brooklyn à l’occasion de l’anniversaire de la mort de George Floyd, des chants de «Palestine libre» ont éclaté. Tant que les militants continueront de se mobiliser autour de la violence étatique qu’ils identifient comme planant de façon similaire sur la vie à la fois afro-américaine et palestinienne, la politique relancée de la solidarité noir-palestinien – et son influence sur le débat plus large – a toutes les raisons de se développer, attisant les violences gratuites et de plus en plus « irrationnelles » contre les Juifs dans les villes et les pays contaminés par cette fièvre.

politico.com

Laisser un commentaire