Le Hamas menace les Palestiniens: interdit de parler des sites ciblés par Israël, sinon…

Publié par
Exécution de présumés « collaborateurs » pour purger les défaites répétitives des barbares du Hamas

Les Palestiniens ont également été avertis de ne pas faire de déclarations à des «parties suspectes se faisant passer pour des institutions humanitaires ou caritatives».

Par KHALED ABU TOAMEH   22 MAI 2021 18h16

   

Les partisans du Hamas regardent défiler des militants armés du Hamas dans le centre de la ville de Gaza.  (crédit photo: REUTERS)

Les partisans du Hamas regardent défiler des djihadistes armés du Hamas dans le centre de la ville de Gaza.(crédit photo: REUTERS)

Le Hamas a averti samedi les Palestiniens qu’il leur est interdit de parler des sites ciblés par Israël pendant les 11 jours de combats. L’avertissement, émis par l’Agence de sécurité intérieure du Hamas (ISA), appelait les Palestiniens à «élever le niveau de sensibilisation à la sécurité».

L’ISA a mis en garde les Palestiniens contre «la transmission d’informations et la tenue de conversations inutiles sur ce qui s’est passé pendant l’agression [israélienne], en particulier sur les lieux et les sites qui ont été ciblés» [Et qui sont forcément d’importance « militaro »-terroriste].

L’ISA a affirmé qu’Israël avait intensifié ses activités de renseignement «pour recueillir des informations sur la résistance et ses mouvements dans le cadre d’un effort pour mettre à jour sa banque de cibles». L’agence de sécurité du Hamas a également mis en garde les Palestiniens contre les déclarations aux «parties suspectes se faisant passer pour des institutions humanitaires ou caritatives».

Des sources palestiniennes dans la bande de Gaza ont déclaré que l’avertissement avait été donné pour tenter de cacher les dommages causés à ses tunnels et à ses arsenaux d’armes lors des frappes aériennes israéliennes. Les sources ont souligné que le siège de l’ISA avait été complètement détruit par Israël pendant les combats. D’autres sources ont prédit que le Hamas arrêterait bientôt des dizaines de Palestiniens dans la bande de Gaza, soupçonnés de «collaboration» avec Israël pendant les combats.

« Justice » Palestinienne

Eyad al-Bozom, porte-parole du ministère de l’Intérieur dirigé par le Hamas, a menacé que son groupe «continue de frapper d’une main de fer les agents des services de sécurité et de renseignement de l’occupation». Bozom a déclaré que les forces de sécurité du Hamas avaient commencé à se redéployer après l’annonce du cessez-le-feu vendredi matin. «Nous assurons à notre peuple la stabilité de la situation sécuritaire et la force du front intérieur, et nous n’abandonnerons pas notre devoir, quels que soient les sacrifices, et nous resterons fidèles au sang des martyrs» [Quitte à en faire beaucoup d’autres], a-t-il ajouté.

jpost.com

Laisser un commentaire