Nos missiles à Gaza sont-ils trop précis?

Publié par

L’utilisation de munitions très précises sur le champ de bataille présente des limites qui doivent être prises en compte. Tsahal n’est pas encore en voie de soumettre le Hamas. Une observation d’Amir Rapaport

Amir Rapaport | 19/05/2021 

Le pourcentage de munitions de précision sur le total des munitions utilisées dans les conflits récents. Source: Défense d’Israël 

Les Forces de Tsahal battent des records en termes de niveau de précision des munitions qu’elles utilisent dans la bande de Gaza. En fait, la guerre est l’une des premières de l’histoire dans laquelle l’une des parties n’utilise que des munitions de précision, avec une exactitude d’un ou deux mètres, à l’exception d’un très petit nombre de cas de tir d’obus d’artillerie dans des zones ouvertes où il y a pas d’ennemi tangible.  

Dans « Gardien des Murs », (« Guardian of the Walls »,) toutes les munitions de l’armée de l’air sont équipées de systèmes de guidage GPS JDAM, et ces bombes « intelligentes » sont considérées comme « stupides » par rapport à une grande variété de missiles de toutes tailles et types qui peuvent même frapper des cibles à travers les fenêtres. Le graphique en haut de l’article montre la transition que l’armée israélienne a subie en ce qui concerne l’utilisation de munitions de précision guidées ces dernières années, jusqu’à atteindre le niveau maximal.     

Sans aucun doute, l’utilisation d’armes extrêmement précises est une grande réussite technologique, mais aussi une exigence opérationnelle à la lumière des conditions de guerre contre un ennemi dans un environnement civil surpeuplé. Elle a entraîné une baisse drastique du nombre de victimes non-combattantes (un peu plus de 200 lors du « Gardien des murs », contre plus de 1 400 à la suite d’un nombre similaire d’attaques au cours de l’ensemble de « l’Opération Bordure protectrice », en 2014)   

Le nombre relativement faible de victimes non combattantes dans les combats cette fois donne à Israël une plus grande marge de manœuvre diplomatique pour agir à Gaza (mais pas beaucoup). Mais en même temps, nous devons être conscients que les armes très précises ont un inconvénient opérationnel en ce qu’elles réduisent considérablement la pression sur l’ennemi. Lorsque le Hamas sait que chaque bombe a une cible très précise, il peut simplement éviter d’être dans des endroits ciblés pour l’attaque, ou être très profondément sous terre.    

C’est la raison pour laquelle, sur les champs de bataille non urbains, il est toujours important d’utiliser des armes «statistiques» qui couvrent le territoire et pas seulement des munitions à guidage de précision. 

L’essentiel est que, dans les conditions actuelles de la guerre à Gaza, tout ce qu’Israël peut espérer obtenir est une égalité. La seule façon de faire sortir le Hamas de sa position de confort relatif est d’utiliser des munitions qui frappent des zones plus vastes, augmentant la probabilité de pertes non combattantes, ou par une opération au sol, au prix élevé. Pour autant que l’on sache, ces deux options ne sont pas à l’étude. Tsahal a presque réalisé tout ce qu’elle est capable de réaliser via des attaques très précises à distance.    

Donc, dans ces circonstances, une égalité (qui sera perçue par la partie palestinienne comme une « victoire ») est le maximum qui puisse être obtenu avec ce genre d’armes, en ce qui nous concerne.   

israeldefense.co.il

Un commentaire

Laisser un commentaire