Jean Castex ou la Belle au Bois Dormant

Publié par

Par Michèle Mazel

Le premier ministre français a appelé solennellement Israël à   « protéger les civils » et à « permettre l’accès de l’aide humanitaire à Gaza » réclamant aussi la protection du « personnel humanitaire et médical » sans oublier  « la sécurité des journalistes ». Il est regrettable que Monsieur Castex, si prompt à exprimer sa sollicitude pour les habitants de Gaza, vient seulement de se raviser et de condamner « aussi » les exactions du Hamas.

Il ignorait  sans doute que voilà quinze ans que le Hamas qui a pris le pouvoir en 2006 après avoir chassé les représentants de l’Autorité palestinienne dans un coup d’état sanglant, cible depuis sans les populations civiles d’Israël.

Pour mémoire,  Israël s’était totalement dégagé de la Bande de Gaza en 2005, et ses soldats, la mort dans l’âme, avaient évacué par la force les familles juives qui s’y étaient établies. Il n’y a plus de contentieux territorial entre ce que les médias aiment appeler « l’enclave palestinienne » et l’Etat d’Israël qui s’est retiré à l’intérieur de sa frontière internationalement reconnue.  

Sauf que le Hamas, organisation qualifiée de terroriste par nombre de pays occidentaux, ne l’entend pas de cette oreille. Il ne reconnait pas la légitimité de son voisin et fait de sa destruction sa raison d’être. Il suffit de lire sa charte. « Le Hamas] est l’un des épisodes du jihad mené contre l’invasion sioniste… La terre de Palestine est une terre islamique pour toutes les générations de Musulmans jusqu’au jour de la résurrection. Il est illicite d’y renoncer en tout ou en partie, de s’en séparer en tout ou en partie »  

Emanation des Frères Musulmans, il ne fait pas mystère de sa volonté d’édifier un califat islamique gouverné par la Charia sur les ruines de l’Etat hébreu mais aussi sur les territoires relevant de l’Autorité palestinienne.  Délaissant les besoins des Gazaouis pour ce qu’il considère comme sa raison d’être, il mobilise toutes les ressources dont il dispose et toute l’aide qu’il reçoit de la communauté internationale pour la création d’un formidable arsenal de guerre. 

Alors depuis quinze ans maintenant il harcèle sans relâche les villes, les villages et les Kibboutzim qui se trouvent de l’autre côté de la frontière. Pluie de roquettes visant maisons, jardins d’enfants et hôpitaux ; ballons incendiaires dévastant champs et forêts, tentatives d’incursions terrestres. Petit à petit les habitants ont appris à vivre avec.

Ils construisent des pièces sécurisées dans leurs maisons,  des abris de béton un peu partout. Lorsque l’alerte sonne, ils se précipitent pour se mettre à l’abri. Une génération d’enfants a grandi dans cette ambiance, traumatisée pour avoir attendu dans l’angoisse des heures durant que le danger soit écarté. Quant aux personnes âgées, combien d’entre elles sont arrivés à l’hôpital après avoir fait une mauvaise chute dans leur précipitation. Israël a sans doute mis au point « Dôme d’Acier » un système unique au monde pour aller à la rencontre des missiles et les détruire, mais même les débris de ces engins de mort peuvent tuer et le Dôme n’élimine « que » 90 % des roquettes. Voilà longtemps que ces victimes innocentes que sont les civils israéliens,  attendaient une expression quelconque de solidarité de la part de la France. La condamnation des tirs du Hamas n’est qu’un premier pas en ce sens, encore très insuffisant.

Par Michèle Mazel

2 commentaires

Laisser un commentaire