« Israël a suffisamment de cibles pour continuer à frapper le Hamas à Gaza  »

Publié par
A ball of fire erupts from the Jala Tower as it is destroyed in an Israeli airstrike in Gaza city controlled by the Palestinian Hamas movement, on May 15, 2021. – (Photo by Mahmud Hams / AFP)

d’après des officiers de Tsahal

Alors que la communauté internationale fait pression pour un cessez-le-feu, Tsahal est prête, plus que jamais, à continuer.

Par ANNA AHRONHEIM   16 MAI 2021 16:52

   

Les soldats de Tsahal participent à des activités opérationnelles liées à la violence entre Israël et Gaza.  (crédit photo: UNITÉ DE PORTE-PAROLE DE L'IDF)

Les soldats de Tsahal participent à des activités opérationnelles liées à la violence entre Israël et Gaza.(crédit photo: UNITÉ DE PORTE-PAROLE DE Tsahal)

Alors que les combats entre l’armée israélienne et les groupes terroristes dans la bande de Gaza se poursuivent, les officiers de la banque cible de Tsahal travaillent jour et nuit sous le feu pour fournir à l’armée ce dont elle a besoin.

S’adressant au Jerusalem Post depuis le sud d’Israël entre les sirènes de roquettes entrantes, le major T., chef du département des roquettes et des mortiers sol-sol, a déclaré que son équipe construisait sa banque cible depuis plus d’un an – la moitié avec des officiers de l’armée de l’air, du renseignement militaire et du corps d’artillerie. 

Début mai, le chef de la direction des opérations de Tsahal, le major-général Aharon Haliva a ordonné à l’IAF de rafraîchir sa banque de cibles et de se préparer à une détérioration de la situation sécuritaire à Gaza.

Une semaine plus tard, le Hamas a tiré plusieurs roquettes vers Jérusalem, conduisant l’armée israélienne à déclencher l’opération «Gardien des murs», frappant des centaines de cibles appartenant au Hamas et au Jihad islamique palestinien. Les cibles touchées par Israël vont des rampes de lance-missiles et lance-roquettes, des banques, des maisons des principaux commandants, des drones, des installations de recherche et développement pour la production et la fabrication de fusées, ainsi que les commandants supérieurs eux-mêmes et le vaste réseau de tunnels souterrains «métro» du Hamas .Alors que la destruction de l’infrastructure militaire du Hamas est le principal objectif des opérations de Tsahal, l’armée frappe également le Jihad islamique palestinien (JIP) et détruit des dizaines d’actifs militaires appartenant au groupe terroriste soutenu par l’Iran. On pense que le Hamas et le JIP ont un arsenal combiné de 14 000 roquettes, des milliers de roquettes à courte portée et plusieurs centaines qui peuvent atteindre le centre d’Israël et au-delà.

La banque cible étant pleine, l’armée israélienne tente de raccourcir la durée de l’opération autant qu’elle le peut, par opposition à l’opération Bordure protectrice de 50 jours en 2014. «Tout cela ensemble nous a amenés là où nous en sommes maintenant», a déclaré le major T., expliquant que par rapport à la guerre de 2014, Tsahal a frappé plusieurs grandes cibles telles que des immeubles de grande hauteur au début plutôt que d’attendre que l’opération ait traîné sur plusieurs semaines. Ces immeubles de grande hauteur comportent «de nombreuses cibles terroristes» à l’intérieur, telles que des armes, de la main-d’œuvre et plus encore, selon l’officier. Mais, ces gratte-ciel ont aussi des appartements civils et dans le cas du bâtiment Al Jala qui a été frappé samedi, les bureaux de la presse étrangère.

«Nous veillons à évacuer tous les non-combattants de toutes les cibles, en particulier les gratte-ciel», a-t-il déclaré. Des responsables militaires ont expliqué que les frappes aériennes contre ces bâtiments prennent plusieurs heures et ne sont pas effectuées si des non-combattants sont identifiés dans la zone. Néanmoins, sur les 177 personnes tuées à Gaza, 47 d’entre elles sont des enfants et 29 d’entre elles sont des femmes.

Les Forces de Tsahal ont également détruit le réseau de tunnels surnommé le «métro» du Hamas qui s’étendait sur des milliers de kilomètres sous les zones résidentielles, supprimant un «atout stratégique majeur» appartenant au groupe. «C’était un grand événement qui était différent de tout ce que nous avons fait auparavant», a déclaré le Maj. T. «Les tunnels ont été construits sous des immeubles résidentiels. Nous avons transformé leurs tunnels en tunnels de la mort sans toucher aucun civil. »Selon lui, «le Hamas essaie toujours de trouver des moyens d’attaquer Israël, et nous travaillons toujours à déjouer leurs plans. Nous avons frappé beaucoup de leurs commandants supérieurs et de leur infrastructure, frappes qui ramèneront le Hamas des dizaines d’années en arrière après la fin de cette opération. Une semaine après le début des combats, la banque cible sous le commandement du major T reste pleine. Ainsi, même après sept jours de combats et des centaines de cibles détruites, «il y a suffisamment de cibles pour continuer à frapper, au même niveau que nous l’avons fait jusqu’à présent», a déclaré le major T. La communauté internationale demande un cessez-le-feu. Mais les responsables israéliens poursuivent leur opération militaire. Le Hamas a besoin de savoir qu’il ne peut pas tirer de roquettes sur Jérusalem, disent-ils. «La responsabilité de cette violence et de la façon dont les combats se déroulent incombe à 100% au Hamas», a déclaré le major T. 

jpost.com

Laisser un commentaire