Pierres, incendies criminels et tentatives de lynchage: les manifestations hostiles ont débordé dans les rues arabes

Posted by

à travers le pays, des centaines de personnes arrêtées

L’escalade des événements sur le mont du Temple et les affrontements avec le Hamas et le Jihad islamique à Gaza ont conduit les Arabes israéliens à descendre dans la rue, blessant des civils, des membres de la police et endommageant des symboles du gouvernement. Une école préparatoire militaire a été incendiée à Lod, et ses stagiaires ont réussi à extraire des rouleaux de la Torah. A Wadi Ara, des émeutiers ont tenté d’écraser des policiers. Les bédouins du nord et du sud se sont également joints aux émeutes. «J’ai demandé :« Ne nous tuez pas »», a déclaré un chauffeur qui a survécu à une tentative de lynchage.

Ilana Kuriel, Eli Senor, son frère Rabed, Roi Rubinstein

Publié: 11.05.21, 09:21

Une nuit d’émeutes dans le sud, le nord et le centre: des véhicules à proximité des camps bédouins ont été saccagés sur les routes du Néguev, et un véhicule appartenant à un chauffeur a été incendié. Près d’Umm al-Fahm, une voiture a été lapidée et ses passagers ont été légèrement blessés. Dans le village de Kanna, un habitant du Haut-Nazareth a été attaqué et une école préparatoire a été incendiée à Lod. La dégradation de la sécurité ces derniers jours avec les événements du Mont du Temple à Jérusalem et la flambée lancée par les organisations terroristes dans la bande de Gaza ont poussé les Arabes israéliens à descendre dans la rue et à nuire aux civils, à la police et aux symboles du gouvernement.

Dommages Dommages Talmud Torah prépare le feu Dommages par allumage Ramat Eshkol Lod Escalade de la sécurité Émeutes conflits judéo-arabes
Dommages Dommages Talmud Torah prépare le feu Dommages par allumage Ramat Eshkol Lod Escalade de la sécurité Émeutes conflits judéo-arabes
Dommages Dommages Talmud Torah prépare le feu Dommages par allumage Ramat Eshkol Lod Escalade de la sécurité Émeutes conflits judéo-arabes

Dans la ville mixte de Lod, le bâtiment de l’école préparatoire militaire du quartier de Ramat Eshkol a été incendié. Les pensionnaires qui ont été évacués du bâtiment, ont sauvé les rouleaux de la Torah et sont sortis indemnes. Au même moment, un arbre a été incendié près du poste de police du quartier. En outre, des véhicules ont été incendiés et d’autres véhicules ont été endommagés. Lors des affrontements, qui se sont concentrés à Ramat Eshkol et dans la vieille ville, des pierres ont été lancées sur des habitants, des passants et des policiers. La police a arrêté 17 suspects dans les troubles.

De nombreuses perturbations dans la ville de Lod
De nombreuses perturbations dans la ville de Lod
Drapeaux palestiniens accrochés à Lod

Le maire de Lod, Yair Revivo, a déclaré à la suite de la série d’incidents violents: << Je condamne fermement les violents incidents de jeunes Arabes de Lod et j’appelle au calme à Lod et à éviter d’être entraînés dans des provocations. La police qui s’occupe des émeutes conduira les auteurs face à leur punition avec la plus grande sévérité.

« Nous travaillerons ensemble avec une tolérance zéro à l’égard de toute manifestation de violence, de trouble et d’atteinte à la sécurité publique et nous ferons tout pour préserver les symboles du gouvernement et de la gouvernance à Lod. »

À la suite des événements, Revivo a ordonné de supprimer le déroulement du marché municipal hebdomadaire, « afin d’éviter les risques pour les commerçants et les acheteurs ». Un haut responsable de la police a déclaré: « Lod brûle vraiment. Les troubles tout au long de la nuit étaient fomentés par des jeunes qui cherchaient à jeter des pierres et à incendier des véhicules. »

Et si cela ne suffisait pas, pendant la nuit, Musa Malakh Hassuna, un habitant de Lod âgé de 25 ans, a été abattu ce matin. Les circonstances ne sont toujours pas claires et le contexte fait actuellement l’objet d’une enquête. Les détails et témoignages en possession de la police indiquent qu’un groupe de jeunes a violé l’ordre public, jeté des pierres et tenté de mettre le feu à des poubelles. À un moment donné, des coups de feu ont été tirés sur les jeunes hommes depuis une direction encore mal définie. Quatre d’entre eux ont été blessés dans la fusillade, Musa Malakh Hassuna a été mortellement blessé et est décédé de ses blessures.

L'homme assassiné à Lod Musa Hasson

Au cours de la nuit, des centaines d’émeutiers se sont rassemblés dans la salle d’urgence de l’hôpital Assaf Harofeh à Tzrifin suite à l’absorption de leurs amis blessés lors des émeutes à Lod et Ramla . Les émeutiers ont jeté des pierres, vandalisé du matériel, insulté et menacé le personnel médical qui a été forcé de se cacher par peur de mise en danger de sa vie. Il y avait aussi des menaces explicites contre les Arabes du personnel médical de continuer à travailler aux urgences pendant cette période (auprès du personnel juif).

L’hôpital a déclaré que le personnel médical avait dû évacuer certains des patients vers des zones protégées et les enfermer pendant de longues minutes par peur de menaces directes contre leur vie. La police et les forces du Yamas appelées sur les lieux ont dispersé les émeutiers à l’aide de grenades assourdissantes.

Au cours de la nuit, de nombreuses émeutes de jeunes bédouins ont été enregistrées dans le Néguev, notamment des tentatives de porter atteinte aux postes de police, l’incendie de véhicules et le lancement de pierres. Dans la ville de Segev Shalom, des policiers ont affronté des émeutiers qui leur ont jeté des pierres. 15 suspects ont été arrêtés. Dans la ville de Rahat, des dizaines d’émeutiers ont tenté de s’attaquer au poste de police. 10 personnes ont été arrêtées. À Tel Sheva, des émeutiers ont attaqué le poste de police local. La police a arrêté cinq suspects ayant jeté des pierres. Au même moment, de jeunes Bédouins ont jeté des pierres sur un bus et des véhicules sur les routes 6, 25 et 80.

Émeutes à Segev Shalom

Un incident particulièrement grave s’est produit au carrefour de Shoket. Plusieurs émeutiers ont arrêté une femme conduisant son véhicule, l’ont faite sortir d’une voiture et ont incendié celle-ci. Un chauffeur de camion qui est passé a secouru la femme. Les policiers arrivés sur les lieux ont évacué la conductrice vers un poste de police voisin.

Avichai Marciano et son ami ont été légèrement blessés par des pierres lancées sur leur véhicule sur la route 25.

« Vers 1h00 du soir, nous étions sur le chemin du retour vers Be’er Sheva. Près d’Abu Cape, nous avons vu des pneus brûler sur la route et environ 30 jeunes autour d’eux, ils se sont séparés, j’ai ralenti puis ils se sont jetés sur le véhicule. «Un des jeunes hommes accroché à ma fenêtre l’a fait éclater avec un rocher qui m’a ricoché sur le visage. Il n’arrêtait pas de me frapper à la tête et à la mâchoire avec le morceau de pierre. C’étaient des moments d’horreur, il était impossible de savoir jusqu’où ça irait. Je leur ai demandé «ne nous tuez pas», mais ils s’en moquaient.

« Ils ont continué à nous battre et pendant que j’appelais la hotline 100, on m’a dit que dans quelques minutes un mobile et une ambulance allaient arriver. J’ai roulé en avant, essayé pour m’échapper, mais nous ne pouvions pas nous échapper. « Marciano a ajouté: « Le chauffeur de l’ambulance m’a appelé et m’a dit qu’il comprenait où j’étais, mais la police lui a dit de ne pas entrer avant l’arrivée des renforts. J’ai réalisé que nous étions bloqués, j’ai essayé de lui dire que s’il attendait, il n’y aurait personne à sauver. J’ai vu une ambulance à 800 mètres avec des lumières clignotantes. « Mais je n’avais aucun moyen de m’y rendre. L’un des ambulanciers a franchi un poste de contrôle de la police et nous a sauvés de là. Jusqu’à présent, la police n’est pas revenue vers moi, je Je n’ai aucune idée de ce qui s’est passé avec l’appel que je leur ai lancé. « 

Avichai Marciano a été touché par des jets de pierres près des colonies bédouines

Le véhicule d’Othniel de Shmulik Payne a également été lapidé, mais il a heureusement réussi à franchir un point de barrage mis en place par des émeutiers. «Vers 00h30 du soir, j’ai conduit avec ma femme à Soroka. Jusqu’à la jonction Hura, le trajet était calme. Soudain, nous voyons des lumières et à notre approche, nous avons réalisé qu’ils brûlaient des pneus. Des dizaines de Bédouins avec des pierres dans leurs mains, ont mis un clôture en fer sur la route dans les deux sens…

Nous avons une Subaru, une voiture qui a l’air » arabe « , il leur a donc fallu une seconde pour iden*tifier qui venait par là. J’ai ouvert une fenêtre et j’ai crié » Nous allons à l’hôpital. « Ils ont jeté une pierre sur la lunette arrière. Je me suis rendu compte que cela ne les intéressait pas et j’ai accéléré. La clôture s’est enroulée vers le Bédouin et j’ai continué à conduire. « La voiture a zigzagué, ma femme s’est mise à pleurer. Si je n’avais pas eu l’aide de D. et l’ingéniosité d’en haut, nous aurions pu rester là. Nous avons appelé la police et leur avons demandé d’envoyer des prenforts par téléphone portable, mais ils ne nous ont plus rappelés depuis. « 

Au même moment, un bus d’étudiants de yeshiva sur la route 80 dans le Néguev a été lapidé avec une grande violence. Le rabbin Eliav Turgeman a déclaré: « Nous sommes revenus de la danse du drapeau à Jérusalem. On nous a dit que la route 25 était fermée, cela n’a pas de sens de fermer une route principale comme celle-ci. J’ai appelé la police et ils nous ont dit de continuer sur la route 80. Nous avons reçu pleins de pierres à un kilomètre avant la jonction d’Ar’ar. J’ai été officier de réserve et cela m’a rappelé des émeutes en Judée et en Samarie. »

Il y avait une voiture de police qui restait sur-place et qui ne faisait rien. Il y avait quatre voitures au carrefour d’Ar’ar. La seule raison pour laquelle je n’ai pas tiré était la crainte d’une enquête policière. Il y avait des dizaines d’émeutiers, et la police n’a pas bougé Ils n’ont pas dégagé la route bloquée par des pneus en feu. Je ne sais pas quoi penser. « Ce qui s’est passé. Nous étions constamment au numéro 100 au téléphone et pendant tout ce temps, des pierres nous étaient lancées. J’ai demandé aux élèves de se coucher sur le sol et de se protéger la tête. « 

Des étudiants de Yeshiva dont le bus a été bombardé de pierres près des colonies bédouines
Des étudiants de Yeshiva dont le bus a été bombardé de pierres près des colonies bédouines

Le mouvement Regavim a déclaré en réponse aux événements violents dans le sud et ailleurs dans le pays: «Depuis des années, nous crions que la non-application de la loi et le manque de gouvernance créent des ex-territoires (perdus) où tout est permis.

Deux policiers ont été légèrement blessés lors d’une tentative de les écraser

Au terme d’une nuit d’émeutes dans les quartiers nord de la police, près de 100 émeutiers arabes ont été arrêtés qui ont manifesté, bloqué des routes, incendié des pneus et des poubelles et également attaqué des passants et des policiers. Les principaux événements ont eu lieu à Haïfa et à Wadi Ara, mais des manifestations ont eu lieu dans presque toutes les localités arabes, y compris les localités bédouines de Galilée.

À Haïfa, des dizaines de personnes ont manifesté dans la colonie allemande, ont affronté la police et leur ont jeté des bouteilles et des pierres, et ont incendié des pneus au milieu de la rue Ben Gourion, la rue principale de la colonie.

À Wadi Ara, les manifestants ont bloqué la route 65 pendant de longues périodes et, à deux reprises, ont frappé la police et tenté de les écraser. Deux policiers ont été légèrement blessés. La police a arrêté 31 émeutiers dans les deux incidents.

Sur la route 79, dans le quartier du camp bédouin de Bir al-Maksur, des émeutiers ont lancé des pierres sur un véhicule qui passait et son chauffeur, âgé d’environ 25 ans, a été légèrement blessé. Il a été évacué par le MDA vers l’hôpital Rambam de Haïfa. Le carrefour de HaMovil a également été parfois bloqué par des pneus et des poubelles en feu, ainsi que la route 85 dans la zone de l’implantation de Nahaf près de Karmiel. Les manifestants ont été dispersés en tirant des grenades assourdissantes.

« Des dizaines de personnes ont été attaquées avec des pierres et des bâtons »

Dans le village de Kanna , des émeutiers ont attaqué Reuven Ben-Hamo, un homme ultra-orthodoxe de de Galilée, âgé d’environ 50 ans. Ils ont jeté des pierres sur son véhicule et l’ont attaqué avec une grande violence. D’autres résidents l’ont aidé à s’échapper, l’ont mhébergé chez eux et l’ont aidé à se rendre à l’hôpital de Poria à Tibériade, où il a reçu des soins médicaux et il a, plus tard, été renvoyé chez lui.

Son beau-frère a dit à l’hôpital qu’il allait de Tibériade à son domicile, après avoir apporté des produits d’épicerie à une fête qu’il dirige. «J’ai été sauvé par les miracles et les merveilles. Ce n’est pas évident. J’étais dans une situation très incompréhensible. J’étais en voyage de routine de Tibériade vers l’arrière-pays de Galilée. J’ai été attaqué par des foules, des dizaines de personnes, avec des pierres et des bâtons, et si ce n’est pas grâce à Dieu qui a envoyé de bonnes personnes de la région, je ne serais pas en mesure de m’asseoir maintenant pour raconter cette affaire.

« Dans l’ensemble, c’était une journée de routine. Je suis allé à Tibériade pour rencontrer de bonnes personnes, amener des produits et de l’argent pour la fête de Hassidim Menahem. C’est incroyable que ‘organisation de la fête aide les gens de toutes sortes : Juifs, Arabes, tout le monde. » Je n’ai pas des mots pour ces gens qui se sont risqués pour sauver une personne qu’ils ne connaissaient pas du tout, un étranger. « 

A l’hôpital de Tibériade, 11 blessés lors des manifestations dans le village de Kanna, Bir al-Maksur, Shefar’am et le carrefour de Gazit, ont été soignés pendant la nuit . Parmi les blessés, il y avait trois enfants et deux policiers. Exceptionnellement, des manifestations ont également eu lieu dans les localités bédouines de la Basse Galilée, dont Zarzir et Shibli. 46 personnes ont été arrêtées dans le quartier dans la nuit, et la police dit que d’autres arrestations sont attendues. « La police israélienne réitère son appel aux dirigeants pour qu’ils agissent afin de prévenir les tentatives d’intimidations et les comportements violents », a déclaré le district nord. « Ces événements peuvent jeter une ombre lourde de conséquences et endommager le tissu existant des relations entre les résidents. »

À la suite d’une consultation de sécurité tenue par le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana avec le commissaire de police général Yaakov Shabtai et d’autres hauts responsables de l’establishment de la défense, suite aux violences dans tout le pays toute la nuit, on a décidé de mobiliser immédiatement 8 compagnies de la police des frontières en réserve pour renforcer la police et les gardes-frontières dans tout le pays.

ynet.co.il

Laisser un commentaire