La Journée Internationale Al Quds, par Albert Naccache

Publié par

LA JOURNÉE INTERNATIONALE AL-QODS

Chronique d’un papy flingueur Albert NACCACHE

Qods Charif

Prélude à la journée internationale Al Qods, le deuxième congrès international de Qods Sharif (sacré) a commencé le mardi 5 mai 2021 à Qom (Iran) avec la participation (à distance) de 30 personnalités d’Iran, des territoires palestiniens, de la Malaisie, de l’Inde, de l’Afghanistan, du Pakistan, de la France, de l’Argentine, d’Irak, de la Turquie, du Chili, des Émirats Arabes Unis, du Liban, de la Syrie, du Grande-Bretagne, du Canada et de la Tunisie.

La Journée internationale Al-Qods qui a lieu le dernier vendredi du mois de Ramadan, (le 7 mai pour l’année 2021), a été instituée en 1979 par l’imam Khomeini, fondateur de la République islamique d’Iran. Les orateurs du congrès reproduisent leurs poncifs rhétoriques.

Ayatollah Alizera A’rafi

Ainsi pour l’ayatollah Alireza A’rafi : «Nous demandons à toute l’Oumma islamique de rejeter toutes sortes de conspirations et de compromis et d’aider le peuple palestinien sur le chemin de la résistance à lutter contre les plans de l’impérialisme et du sionisme … Nous devons savoir ce qui s’est passé au cours des sept dernières décennies. Lorsque la tyrannie du régime sioniste a atteint un point où, sur la base de sa politique arrogante, il a voulu occuper les terres de l’Oumma islamique du Nil à l’Euphrate et diriger le sionisme usurpateur et oppressif sur les nations de la région…   Ils se sont développés pour qu’ils essayent d’avoir une force militaire forte et impitoyable pour commettre facilement la corruption sur terre…  ce qui pourrait empêcher cette agression contre le monde islamique, c’est l’esprit du jihad des jeunes et …les fatwas des autorités suprêmes concernant la nécessité du djihad contre les occupants de la terre de Palestine et de tout le monde islamique, et ce djihad se poursuivra jusqu’à la victoire finale et la destruction de la tumeur cancéreuse du sionisme des terres saintes de l’Islam…, nous déclarons explicitement que défendre les droits du peuple palestinien et combattre les occupants de la Palestine et d’autres terres islamiques est un obligation religieuse».

Le cheikh Bahreïni Abdollah Daghagh, a déclaré : «L’axe de la Résistance dans la région est très forte, honorable et respectée. Cette terre sacrée a été occupée par les sionistes par la force, nous devons donc reprendre Qods par la force et la rendre à ses propriétaires d’origine et aux musulmans. …Contrairement aux propagandes des sionistes et des médias occidentaux, Israël est un tigre de papier qui n’a aucun pouvoir et est en défaite complète».

Nasser Abu Sharif


        Le représentant du mouvement du Jihad islamique palestinien Nasser Abu Sharif présente la défaite du régime sioniste dans la région comme la victoire du monde islamique sur tous les colonialistes : «Ceux qui réclament la justice dans le monde ne peuvent pas être indifférents à la question de la Palestine, à la judaïsation de Qods sacré et à l’usurpation des terres islamiques».  Il envisage la lutte contre Israël « comme la victoire finale de la cause de Qods sacré…nous devons nous doter de l’arme de la foi et de l’équipement militaire ; Israël est en déclin, et la défaite du régime sioniste usurpateur signifiera la victoire de toute Oumma islamique sur les colonialistes…Notre position sur Qods sacré est innée et rationnelle, et quiconque n’a pas une telle position sur le sionisme n’est pas musulman».

Hussam Badran, membre du bureau politique du Hamas

Hussam Badran, membre du bureau politique du Hamas : «Le soulèvement à Jérusalem et autour d’Al-Aqsa confirme ce que nous avons toujours dit que notre peuple en général, et le peuple de Jérusalem en particulier, est toujours capable de créer un événement et confondre l’occupation à chaque étape de la confrontation avec lui… La confrontation est le seul langage que l’ennemi comprend» proclame Hussam Badran, membre du bureau politique du Hamas. 

Les différentes factions palestiniennes ont publié un avertissement à l’approche de la «journée internationale Al-Qods» qui appelle tous les Palestiniens à «l’insurrection générale et à une nouvelle Intifada» dès vendredi. Le 14 avril, le cheikh Muhammad Hussein, grand mufti de Jérusalem et prédicateur de la mosquée Al-Aqsa a appelé les Arabes et les musulmans à intervenir pour qu’Israël cesse de harceler les Palestiniens dans les sanctuaires sacrés d’Al Qods, à Jérusalem-Est occupée.

Ayman Oudeh

Ayman Oudeh président de de la Liste arabe de la Knesset, a lancé un appel aux «jeunes palestiniens de Jérusalem» pour qu’ils poursuivent «la lutte» : «Cette occupation est provisoire alors que Jérusalem est éternelle pour son peuple et ses lieux saints ! (…) L’occupation ne prendra fin que grâce au courage des jeunes de Jérusalem ! Toutes nos bénédictions depuis le littoral, la Galilée, le Triangle et le Néguev à cette jeunesse de Jérusalem qui s’insurge contre l’occupation ! »

Dans cette analyse publiée par le Jerusalem post, le journaliste Khaled Abu Toameh, estime que la vague de violence constatée à Jérusalem est le résultat de la surenchère à laquelle se livrent le Hamas et le Fatah pour conquérir le leadership auprès des populations arabes. Dans son article «Le Hamas lance une vague-éclair de 36 roquettes pour soutenir les émeutes Arabes anti-juives», Marc Brzustowski explique : «À Jérusalem, les forces de police ont brisé de force les batailles de rue enflammées qui ont explosé après que les jeunes israéliens se sont mobilisés à la fin de la semaine dernière pour riposter à la violence palestinienne qui a éclaté à Jaffa et à Jérusalem-Est et qui s’est propagée depuis lors au reste de la ville et à certaines parties de la Cisjordanie. Les sources de renseignement de DEBKAfile expliquent ce ph »nomène par le nombre d’acteurs qui sont impliqués et agitent secrètement le climat de violence montant crescendo. L’un des protagonistes est le renseignement jordanien, sur ordre du palais royal, et le Waqf jordanien. Deuxièmement, le mouvement Fatah qui dirige la Cisjordanie depuis Ramallah ; troisième et quatrième joueur, le Hamas et le Jihad islamique pro-iranien et, cinquièmement, le mouvement islamiste extrémiste clandestin appelé al-Mourabitun. Ils maintiennent tous des cellules souterraines à Jérusalem-Est et une présence à Jaffa, un autre foyer de la flambée de violences».

Les Islamo-gauchistes comme Asa Winstanley parlent de «pogroms israéliens à Jérusalem» dans charleroi-pourlapalestine.be/ du 25 avril 2021. «Affrontements à Jérusalem : la presse française passe sous silence les violences palestiniennes» par InfoEquitable du 26 avril 2021. « France Inter, Le Monde, RFI… rejettent l’entière responsabilité des violences sur les «Juifs extrémistes» et occultent les nombreux incidents et agressions commis ces derniers jours par des Palestiniens… Pour la radio de service public, la cause est entendue : les Juifs sont les fauteurs de trouble. Les musulmans (entendez, les Palestiniens) sont présentés comme les victimes… Cette présentation pour le moins sans nuance témoigne d’une ignorance ou d’une grande cécité sur la situation qui prévaut à Jérusalem… Radio France internationale rejette la faute sur les «suprémacistes juifs».

Mordechai-Kedar

Et…En prévision des violences musulmanes traditionnelles, l’accès au Mont du Temple a été interdit…aux Juifs. Pour le Prof. Arié Bakhrakh, «Le coeur du problème réside dans la légitimation de la violence comme moyen d’agir…La responsabilité incombe aux responsables politiques et religieux arabes, ceux qui incitent à la violence dans les mosquées». Le Dr. Mordehaï Kedar du Centre Begin-Sadate développe : «Depuis des années, nous nous sommes habitués à considérer qu’il existe un « monde arabe », avec ses institutions monolithiques telles que la Ligue arabe, une instance de direction appelé « Sommet arabe»…Cette vision du monde appartient au passé. Ce qu’était «le monde arabe» a cessé d’exister et à la place nous avons deux camps hostiles voire ennemis, qui se combattent avec beaucoup de détermination et sans aucune sensibilité, causant morts et blessés. Il y a le camp autour de l’Iran : l’Irak, la Syrie, le Liban, le Yémen, le Qatar et Gaza, avec le soutien extérieur de la Turquie, de la Russie et de la Chine. L’autre camp autour de l’Arabie saoudite : les Émirats arabes unis, Bahreïn, l’Égypte, la Jordanie, le Maroc, le Soudan et Israël… Depuis des années, Israël frappe l’Iran, sur le sol syrien, avec une fréquence moyenne de deux fois par mois, semant la destruction parmi l’armée iranienne et les milices pro-iraniennes, sans que ceux-ci osent riposter. Cette frilosité à répondre s’appelle tout simplement la «dissuasion».

Dans la situation actuelle du Moyen-Orient, … Israël devient une partie de la solution, alors qu’il était auparavant le «problème». Il s’avère rétrospectivement que la sacro-sainte «cause palestinienne», se fracture sur les nouvelles réalités régionales. Mais comme l’unité du «monde arabe» fait partie du passé, la pertinence de la cause palestinienne fait également partie du passé».

Les accords d’Abraham entre Israël et les principautés du Golfe sont une réalisation politique d’importance historique pour le statut régional d’Israël. Rien ne pourra arrêter leurs retombées économiques dans de nombreux domaines : tourisme, aviation, technologies, football, médias.

Par Albert Naccache

Laisser un commentaire