Les allégations « d’Apartheid » de HRW mettent les minorités vulnérables en grand danger-Vidéo

Publié par
How a Human Rights Group Put Vulnerable People at Risk

La semaine dernière, Human Rights Watch a délibérément mis les peuples déshérités et opprimés du monde entier dans une position précaire en manipulant la définition de l’apartheid.

La plupart des pays du monde pensent à l’apartheid en termes de racisme institutionnalisé, et de ségrégation qui en résulte, qui caractérisaient autrefois l’Afrique du Sud – un système qui est encore en place aujourd’hui dans certains pays. Par exemple, la Chine déporte des centaines de milliers, voire des millions, de musulmans ouïghours dans ce que les experts ont qualifié de camps de concentration. L’apartheid est également pratiqué en Égypte et en Algérie, par exemple, où, en vertu de la loi, les chrétiens n’ont pas les mêmes droits.

Lecture connexe: Les  médias ne posent pas de bonnes questions difficiles après l’allégation absurde de HRW au sujet de «l’apartheid» israélien

L’apartheid va bien au-delà du racisme, une réalité rendue criante par le simple fait que sa manifestation s’exprime par un mot unique. Cependant, HRW a spécifiquement déclaré dans son rapport sur Israël qu’il n’utilisait plus  la définition traditionnelle de l’apartheid. Au lieu de quoi, HRW a rédigé un article entier de 60 000 mots juste pour accuser Israël de ce qu’il appelle le «crime d’apartheid». La seule façon pour l’organisation de proférer cette affirmation flagrante était de créer cette nouvelle définition, dont l’explication est profondément enfouie et dissimulée dans le document.

La «définition» de HRW est si large que si vous l’appliquiez équitablement et rigoureusement, presque chaque personne dans chaque pays en serait coupable, d’une manière ou d’une autre. Ce faisant, HRW a mis en danger les populations les plus vulnérables du monde. Comment? Regardez notre vidéo pour le découvrir!

Laisser un commentaire