France: un champ de bataille entre les valeurs laïques et l’islamisme turc

Publié par

par Ioannis E. Kotoulas
Spécial à IPT News
22 avril 2021


Des groupes liés au président turc Recep Tayyip Erdogan s’opposent aux efforts du président français Emmanuel Macron pour freiner l’influence islamiste.

L’idéologie et l’héritage laïques de la France forment l’épine dorsale des tentatives européennes pour arrêter la montée de l’islamisme et des sociétés parallèles. En raison de l’évolution des modèles démographiques et de l’ingérence extérieure des États qui promeuvent une version conservatrice ou politiquement engagée de la foi musulmane, comme la Turquie de Recep Tayyip Erdogan, la France est devenue un champ de bataille symbolique entre l’État laïque et les organisations islamiques radicales qui rejettent les valeurs laïques. Le fait que l’opposition aux tentatives françaises de réduire l’islamisme vienne principalement des organisations de migrants turco-islamiques en France montre l’implication directe de la Turquie et l’utilisation d’un lien politique étrangère-religion. La Turquie a assumé le rôle d’un instigateur idéologique de tension entre les éléments islamistes et l’Occident. Désormais, le champ de bataille est passé d’un niveau diplomatique interétatique à l‘intérieur de la société française elle-même.

La France tente de supprimer les réseaux radicaux qui promeuvent le séparatisme islamiste. Mettant en œuvre une stratégie d’intégration ambitieuse , la France vise à freiner l’islamisme et réintégrer des segments spécifiques de sa population musulmane qui se trouvent en désaccord avec la société d’accueil laïque française. En collaboration avec le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), le réseau officiel des communautés islamiques supervisé par l’État, les autorités françaises ont annoncé en janvier un cadre général pour les relations entre la société laïque française, ses institutions religieuses et les islamistes. Présentant 10 articles essentiels, la Charte des principes stipule que cette croyance religieuse ne peut pas être utilisée comme excuse pour éviter d’obéir à la loi. Il introduit la notion de «liberté de conscience» et condamne fermement toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle. Il introduit également une perception essentielle de «l’islam politique» comme une menace interne grave pour la stabilité de la République française. Dans ce contexte d’opposition à l’islam politique, la Charte de principes mentionne le salafisme, les Frères musulmans et l’organisation Tablighi Jamaat, tous actifs en France.

La plupart des organisations musulmanes françaises ont accepté la charte proposée, affirmant ainsi leur attachement idéologique aux principes de la République française et leur rejet de l’islam radical. Pourtant, il y a eu de fortes objections, y compris une réaction coordonnée de groupes affiliés à la Turquie d’Erdogan. Trois grandes organisations islamiques ont publié le 6 avril un communiqué conjoint condamnant «l’ingérence de l’Etat» dans la religion et «l’instrumentalisation politique» de cette question par les autorités françaises.

La déclaration a été signée par la Confédération islamique Millî Görüş (CMIG), le Comité de coordination des musulmans turcs (CCMTF) et Foi et Pratique, une émanation du revivaliste ultra-conservateur Tablighi Jamaat .

Le rôle de la Turquie dans la promotion de la confrontation islamiste

Millî Görüş, active en France depuis 1995, est une organisation islamiste turque proche du parti AKP au pouvoir d’Erdogan. Millî Görüş contrôle 30% des mosquées fréquentées par des résidents turcs et musulmans en France, selon Samim Akgönül, directeur du Département d’études françaises de l’Université de Strasbourg. Son président, Fatih Sarikir, est également secrétaire général du Conseil français de la foi musulmane.

« La cible n’est pas seulement les imams, mais aussi les musulmans en général », a déclaré Sarikir à l’agence de presse turque Anadolu, contrôlée par l’Etat en février. Sarikir aurait été sur le radar des autorités françaises pour son activité. Les services de sécurité français le décrivent comme « une personne liée au mouvement islamiste radical« , rapporte le Journal du Dimanche. Le CCMTF, sous la direction de son président Ibrahim Alci, a également des liens particuliers avec le gouvernement turc et agit comme le bras long de la politique étrangère turque dans ses relations avec les États européens. Le CCMTF, bien qu’étant une organisation représentant les citoyens musulmans français, a des liens directs avec le gouvernement turc par l’intermédiaire de Diyanet, la Direction des affaires religieuses de Turquie.

Le refus de Millî Görüş et du CCMTF de signer la Charte de principes est enraciné dans la crainte que la Turquie ne perde son influence et son contrôle sur les imams en France.

La Charte fournira également un cadre pour un nouveau Conseil national des imams qui nommera des imams en France, réduisant ainsi l’influence extérieure des autorités religieuses turques. Chems-Eddine Hafiz, recteur de la Grande Mosquée de Paris, est généralement favorable à l’initiative car elle réduit le contrôle externe sur les imams. Un manque de ressources parmi les mosquées, ainsi qu’une absence de reconnaissance officielle française des imams, conduisent certains à se tourner vers des pays étrangers pour obtenir un soutien, a- t- il déclaré.

Diyanet est souvent le lieu vers lequel ils se tournent, ce qui lui permet d’agir comme le bras long du régime islamocentrique d’Erdogan dans divers pays européens et aux États-Unis. La France, avec une population islamique approchant les 10 pour cent, a toujours été l’un des domaines les plus actifs de Diyanet. Diyanet et DITIB, la branche allemande des organisations religieuses sous contrôle turc, contrôlent environ 250 mosquées en France et paient les salaires d’environ 150 imams turcs qui y travaillent.

Dans ses tentatives de réduire l’activité islamiste et l’ingérence de la Turquie d’Erdogan, la France se trouve souvent en contradiction avec les autorités municipales contrôlées par le spectre politique de gauche du pays. La ville de Strasbourg a récemment accordé 2,5 millions d’euros pour achever la grande mosquée Eyyub Sultan. Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a critiqué ce qu’il considérait comme le soutien de Millî Görüş, le qualifiant de «fédération qui défend une version de l’islam politique» et qui présente «un caractère islamiste, car elle ne condamne ni l’islam politique ni l’homophobie».

La mosquée de Strasbourg deviendra la plus grande de France. L’ingérence turque a été particulièrement active à Strasbourg, avec la mobilisation des organisations politiques locales qui partagent les vues islamo-centriques du régime d’Erdogan.

Jeanne Barseghian (vaguement d’origine arménienne mais qui l’occulte totalement dans son allégeance veule), l’ultra-islamogauchiste qui roule pour Erdogan et l’Islamisme radical au cœur de l’Europe

Le Parti de l’égalité et de la justice (PEJ), fondé par des migrants turcs en 2015, travaille avec le parti AKP d’Erdogan pour promouvoir l’image et les intérêts de la Turquie en France. Les liens du PEJ avec la Turquie d’Erdogan ont été mis en évidence en mai 2017 par Mine Günbay, en charge des droits des femmes au conseil municipal de Strasbourg. Grâce au travail du PEJ, dit-elle, Strasbourg est devenue « un laboratoire politique du parti AKP« . Les membres du PEJ ont également fondé une autre ONG qui promeut la propagande de l’État turc, comme le refus de reconnaître le génocide arménien.

Cette alliance apparemment étrange entre les gauchistes et les ambitions islamistes a suscité des inquiétudes. Selon un sondage IFOP de février, 58% des Français considèrent que l’islamo-gauchisme est un courant de pensée largement répandu dans leur pays.

La France est confrontée à une double guerre contre les réseaux islamistes qui agissent en coordination avec des acteurs extérieurs comme la Turquie, et contre une perception naïve du bilan de l’islam politique dans les sociétés européennes. C’est une bataille que la France, dans sa défense des valeurs laïques et de la paix intérieure, ne peut se permettre de perdre.

Ioannis E. Kotoulas (Ph.D. en histoire, Ph.D. en géopolitique) est maître de conférences en géopolitique à l’Université d’Athènes.

investigativeproject.org

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s