République tchèque : un document stratégique complet traitant des menaces hybrides

Posted by


 Nziv Europecyber

Le Conseil de sécurité nationale tchèque a approuvé le premier document de stratégie globale traitant des menaces hybrides, la principale préoccupation étant les activités de la Russie et de la Chine dans le pays.

Le ministère tchèque de la Défense a été prié, dès 2016, de formuler un plan pour faire face aux menaces hybrides, mais il n’y a pas eu de progrès sur la question même si le pays faisait face aux menaces à un rythme croissant. Le tournant est survenu juste après que Martin Povejšil,, ancien conseiller principal du secrétaire général de l’OTAN, a été nommé vice-ministre de la stratégie et de la politique de sécurité en octobre dernier et a dirigé la rédaction du document.

Le document a été approuvé hier soir lors d’une réunion du Conseil national de sécurité et sera soumis à l’approbation du gouvernement dans les semaines à venir. Martin Povejšil, a exprimé l’espoir que l’approbation finale interviendra au début de l’été et qu’il sera possible de commencer à mettre en œuvre la stratégie.

Selon la stratégie, les menaces hybrides sont une combinaison de mesures non relatives au combat, telles que la propagande secrète, la désinformation, les opérations de renseignement et la pression économique, afin de saper le fonctionnement des institutions démocratiques, l’état de droit et la sécurité intérieure.

« L’action hybride a pour but de brouiller les lignes entre paix, crise et conflit », lit-on dans un document révélé sur le site d’information aktualne. « Il est délibérément destiné à se dissimuler et à rendre difficile la réaction contre l’opération. Il cherche à exploiter les faiblesses et les contradictions sociales existantes et à les approfondir. »

Les auteurs des attaques peuvent être des acteurs étatiques ou privés, mais la capacité d’influence des Etats est plus grande. Le document note que les pays tyranniques utilisent la guerre hybride pour devenir des acteurs de premier plan sur la scène internationale, mais il s’est abstenu de désigner directement la Russie et la Chine, même si les renseignements tchèques ont marqué les deux pays comme sources plus que probables de ce type d’actions stratégiques.

<< Les objectifs peuvent inclure de ralentir le processus de prise de décision ou de le paralyser, d’affaiblir la confiance des citoyens dans l’ordre constitutionnel et les institutions démocratiques, de perturber les processus économiques, de gagner en influence dans les secteurs économiques clés et les initiatives stratégiques, d’effectuer des manipulations médiatiques et d’affaiblir les infrastructures critiques. »

Menaces hybrides pour une société.  Points clés par Ioanna Georgia Eskiadi |  par DigiComNet |  Moyen

Il a ajouté que « l’opération hybride peut être réalisée en utilisant des technologies modernes et des solutions technologiques, telles que les réseaux 5G ou l’intelligence artificielle, qui proviennent de pays avec une orientation différente de l’idéologie et des valeurs, à travers le secteur privé ».

Pour relever le défi, le document propose aux autorités tchèques de construire un «État robuste» au niveau de la société, de l’appareil gouvernemental et des infrastructures critiques. Entre autres, il appelle à réduire la dépendance énergétique vis-à-vis des pays non démocratiques et à examiner les investissements ou acquisitions systématiques de propriétés publiques et privées par des entités étrangères (Intelligence économique).

La stratégie exhorte également les institutions gouvernementales à « parler aux citoyens du problème d’une voix unifiée » et à partager des informations avec le public sur les menaces hybrides. Une autre dimension pour relever le défi consiste à approfondir la coopération avec l’UE et l’OTAN, et avec elles également à présenter publiquement l’identité des responsables des attaques.

« La République tchèque est prête à répondre à une activité hybride hostile par des mesures de rétorsion (y compris des sanctions) et d’autres outils qui lui sont propres et ceux des organisations internationales dont elle est membre », conclut le document. « Une réponse appropriée comprendra le développement d’une capacité à évaluer son efficacité, afin qu’elle puisse être utilisée comme rétroaction pour de futurs progrès. »

Crédit: Dr Chaim Haïsrowitz חיים איסרוביץ-  Channel  World Showcase

Laisser un commentaire