Institut « scientifique » de Damas : à 300 mètres de profondeur, avec des experts de 3 pays?

Publié par

 Nziv L’Iran

Un rapport des renseignements révèle des informations, qui, selon lui, sont publiées pour la première fois, sur le Centre Jamraiya pour la recherche scientifique, situé au nord-ouest de Damas, à quelques kilomètres du palais présidentiel où vit le président Bashar Assad.


Le rapport, publié par la chaîne d’information libanaise  Al-Hadat ”, a déclaré que le Centre de recherche scientifique a 5 entrées principales, une entrée alternative et deux entrées secrètes.


Le rapport explique que la zone centrale est de 3 kilomètres carrés et qu’elle contient 51 tunnels à une profondeur de 100 mètres sous terre, et il y a même des tunnels à une profondeur de 300 mètres sous terre.


Il a noté que la taille des sections correspond à la superficie de 4 terrains de football et que les portes, apparemment, ont une épaisseur de deux mètres et sont en acier et en ciment.


Le rapport a souligné la présence d’experts de la Corée du Nord, de la Russie et d’Iran dans le centre. Il a également indiqué que l’Iran y avait récemment ouvert un département dans le but de développer des avions sans pilote.


Il convient de noter que le Centre de recherche scientifique de Damas, ainsi que plusieurs autres sites tels que l’aéroport international de Damas et les installations des milices iraniennes, sont périodiquement exposés aux frappes aériennes de l’armée de l’air israélienne, sans qu’Israël en assume la responsabilité, et sans aucune réponse de la part de l’armée de l’air de Russie.

Le commentateur militaire du site Web Netziv.net commente ce rapport, en disant qu ‘ »il n’y aurait pas de souterrain significatif sur le site du CERC à Jamhariya. Le site a été attaqué au moins quatre fois par Israël dans le passé, chaque fois qu’il y avait une arme destinée au Hezbollah… D’ailleurs, le complexe n’a que 4 entrées.

Ceci pour, un peu expliquer qu’il ne faut pas trop tendre l’oreille et qu’il faut comprendre l’absurdité des chiffres révélés et la fertile imagination arabe. Le site de Fordow a été excavé en dessous de 60 mètres sous la montagne. Le site de Natanz, qui est topographiquement similaire à Jamraiya, a été creusé dans le cadre d’un projet d’ingénierie complexe à environ 30 mètres sous terre. On peut donc comprendre qu’il n’y a pas de logique d’ingénierie ni de capacité à creuser un projet à 300 mètres sous terre et plus, dans les mesures ici décrites. Un tel projet aurait nécessité des années de travail pour lesquelles il n’y a aucune preuve qui permettraient de mentionner les matériaux et les quantités de terre accumulée qui auraient dû être extraits. Il n’y a donc aucune preuve de l’existence d’un tel complexe souterrain

Laisser un commentaire