Pourquoi l’Iran peut rouler à tous coups l’Occident dans la farine?

Publié par

Pourquoi l’Iran est-il si doué en diplomatie nucléaire?

Parce que la politique américaine est toujours compartimentée et que l’objectif final est un «accord», l’Iran sait qu’il peut exercer une pression par divers moyens.

Par SETH J. FRANTZMAN   23 FÉVRIER 2021 15:34

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif à Caracas l'année dernière.  (crédit photo: FAUSTO TORREALBA / REUTERS)

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif à Caracas l’année dernière.(crédit photo: FAUSTO TORREALBA / REUTERS)

Il est difficile de passer un jour sans lire un nouveau titre sur les efforts nucléaires de l’Iran. D’une part, les États-Unis signalent qu’ils veulent renforcer le Plan d’action global conjoint, ou accord avec l’Iran, qui a été signé en 2015. Les États-Unis ont abandonné l’accord en 2018 sous l’administration Trump. D’autre part, l’Iran cherche un accord avec l’AIEA sur les inspections.

Vous ne commettriez pas de négligence si vous commenciez juste à émerger au fur et à mesure que vous en entendiez parler. C’est l’objectif de l’Iran (noyer le poisson dans l’eau). Son régime comprend que les pays occidentaux aiment la complexité. L’Iran comprend que les nations occidentales compartimentent largement la politique étrangère. 

Cela signifie que l’Occident ne considère pas sa politique étrangère comme une somme clausewitzienne de toutes les parties des différentes dimensions du pays.

C’est pourquoi l’Iran peut faire de la politique économique, de la politique militaire et de la politique étrangère face à l’Irak, tandis que les pays occidentaux poursuivent une politique par le biais de leur armée et une autre politique légèrement différente avec des diplomates et une troisième politique éventuellement avec leurs intérêts économiques. Bien sûr, les pays occidentaux ne disent pas cela. Ils disent qu’ils se soucient de leurs «intérêts». Mais l’intérêt des diplomates est de parler. Ils aiment les discussions, les détails et l’engagement dans le débat. 

Pour un diplomate occidental, les discussions interminables sur les discussions sont appréciées et préférées à l’usage de la force. Les décideurs politiques occidentaux ont tendance à considérer le recours à la force comme un dernier recours, malgré les propos affichant de «tenir l’Iran pour responsable» de ses récentes attaques en Irak, ou que «toutes les options sont sur la table» ou qu’on envisage «une réponse proportionnée». Dans l’esprit des diplomates occidentaux, la diplomatie a échoué avant le début des combats. Ce n’est pas le cas des diplomates turcs, iraniens et russes. La diplomatie fait partie du jeu de la carotte et du bâton, où la carotte et le bâton font tous partie de la même séquence d’actions.

Le plus haut diplomate iranien, Javad Zarif, ne considère pas les attaques par procuration contre les États-Unis en Irak comme sapant d’une manière ou d’une autre sa mission d’engager les discussions avec l’Occident; cela fait plutôt partie de l’effet de levier.

Les responsables du département d’État américain ont parfois considéré les troupes du commandement central comme «gênantes». L’ancien envoyé américain en Syrie James Jeffrey, l’un des diplomates les plus chevronnés d’Amérique et une voix très pro-turque, a déclaré que le commandement central américain était «incontrôlable». «Nous ne sommes juste ici que pour lutter contre les terroristes», a-t-il déclaré à Al-Monitor en décembre, tout en décrivant sa vision de l’armée américaine. «Laissons les chefs du département d’État s’occuper de la Turquie, et nous pouvons dire ou faire tout ce que nous voulons qui nous plaît et plaît à nos petits alliés, et cela n’a pas d’importance.

Comment aimerait-on être un commandant militaire occidental menant une patrouille en Syrie ou sécurisant des installations à Erbil, où les troupes américaines ont récemment été attaquées à la roquette par un supplétif soutenu par l’Iran, sachant que les diplomates américains parlent ainsi de votre rôle?

Pendant ce temps, l’ambassadeur iranien en Irak, le CGRI et les séides de l’Iran, tels que le Kataib Hezbollah, peuvent s’asseoir en secret et planifier des attaques à la roquette.

Cette compartimentation affecte la manière dont les États-Unis gèrent le jeu nucléaire iranien par des effets de miroirs et des menaces. Parce que la politique américaine est toujours compartimentée et que l’objectif final est un «accord», l’Iran sait qu’il peut exercer des pressions par divers moyens.

Il peut, par exemple, encourager les États-Unis à mettre fin à la désignation terroriste des rebelles houthis au Yémen, puis intensifier immédiatement les attaques contre l’Arabie saoudite. Il n’y a pas d ‘«accord» ou de contrepartie.

Au Liban, l’Iran sait qu’il peut faire assassiner Lokman Slim, un éditeur et commentateur par procuration en le demandant au Hezbollah, sans aucune répercussion. En Irak, les Iraniens savent qu’ils peuvent tirer des missiles sur les forces américaines à Erbil ou sur des diplomates américains à Bagdad, et il n’y aura pas de répression.

Dans chaque cas, le message discret est le suivant: « Si vous revenez à l’accord, nous pourrons peut-être arrêter ces attaques. »

L’Iran comprend qu’un simple message indique la fin de ses négociations: le seul moyen d’empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire est la guerre. Les pays occidentaux et les États-Unis ne veulent pas de guerre. Par conséquent, le seul moyen de ralentir la production iranienne d’une arme nucléaire est de donner à l’Iran ce qu’il veut.

Si l’Iran n’obtient pas ce qu’il veut, il aura le «droit» d’utiliser des milices supplétives en Irak, au Yémen, en Syrie et au Liban pour attaquer les autres. Si l’Iran obtient ce qu’il veut, il pourrait peut-être réduire ces attaques et apporter à l’Occident une période de calme très relatif dans la région. Cette méthodologie, reliant les unes aux autres les actions de l’Iran dans toute la région – y compris le commerce de stupéfiants du Hezbollah, qui s’étend sur l’Afrique et l’Amérique du Sud – est la façon dont l’Iran réussit à intégrer chaque groupe par procuration et son programme général et à obtenir ce qu’il veut.

L’Iran peut même ne pas vouloir d’armes nucléaires. Mais il sait qu’il peut utiliser chaque étape de l’enrichissement de l’uranium, chaque centrifugeuse et chaque date limite d’inspection à son avantage.  

L’Iran fait des cercles autour des négociateurs occidentaux parce qu’il comprend que ce jeu fonctionne. Il ne se comporte pas de la même manière lorsqu’il s’agit de la Turquie, de la Russie, de la Chine ou d’autres régimes et groupes.

Par exemple, il ne mobilise jamais de milices supplétives pour attaquer les ambassades turques. Le défi pour ceux qui traitent avec l’Iran est de se demander si le message de Téhéran sur les armes nucléaires est vraiment la question qui sous-tend l’objectif principal de l’Iran.

L’objectif occidental est d’éviter la guerre et aussi d’éviter un Iran nucléaire. L’objectif de l’Iran n’est peut-être pas l’arme nucléaire, mais plutôt l’utilisation de la distraction du processus de prolifération nucléaire pour lui donner l’impunité dans tous les autres domaines.

Il veut également parvenir à un scénario qui lui donne une voie vers une arme nucléaire de telle manière qu’il semble ne pas violer les accords qu’il a conclus. C’est pourquoi le JCPOA comprenait une série de délais afin que l’Iran puisse commencer à importer à nouveau des armes et finalement revenir à son programme nucléaire si nécessaire, à volonté.

jpost.com/middle-east

4 commentaires

  1. l’iran ne roule pas l’occident dans la farine ; la vérité c’est que l’occident se moque des armes atomiques iraniennes qui ne lui sont pas destinées , c’est ce qu’elle croit et c’est ce qui est .
    comment un ensemble qui comprend la france , la grande bretagne peut-elle craindre les bombes atomiques iraniennes ? même avec des bombes atomiques , l’iran ne fera jamais le poids face à l’otan ni à la russie ni à la chine ;

    J'aime

  2. la chine et la russie se moquent des bombes atomiques iraniennes ; ils n’en ont rien à faire des drones , missiles et que sais-je de l’iran , rien du tout .

    J'aime

    1. La question n’est pas là du tout, d’une soi-disant confrontation directe avec les grandes puissances, mais d’abord d’un règlement régional visant à ne pas inciter l’Arabie Saoudite, la Turquie, le Maghreb, etc, à se lancer dans la course à l’armement nucléaire, ce qui sera fait en deux-temps-trois mouvements avec des vendeurs potentiels comme le Pakistan. Qui dit course, dit que le premier qui l’aura pourra la sortir pour n’importe quel chantage.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s