MaBaM – la bataille entre les guerres. Opinion

Publié par

 Nziv L’Iran

«Le MBM», «La campagne entre les guerres», La mission de prévention. Cette campagne dure encore plus que vous ne l’avez imaginé pour Tsahal depuis 2013.

Qu’est-ce que Tsahal exactement? L’État d’Israël est en fait le résultat d’une guerre d’avant-guerre. L’État d’Israël prévient la guerre pour réduire les capacités de l’ennemi, contrecarrer les menaces et amener l’ennemi à la veille de la guerre à se trouver dans de moins bonnes conditions et peut-être par cette approche – pour éloigner (voire empêcher) la guerre.

2020 est une année d’activité intense, seulement en ce qui concerne la dimension des attaques, qui ont frappé plus de 500 cibles en 2020, mais il y a d’autres opérations qui n’attaquent pas les cibles militaires et que Tsahal effectue d’une autre manière.


Je peux le dire prudemment 0: Tsahal réduit considérablement la capacité de nos ennemis de déplacer des armements, ce qui signifie une énorme mobilisation des moyens aériens, terrestres et maritimes en temps réel. « Nous avons réduit un peu les transferts d’argent qui étaient destinés au terrorisme. Nous avons réduit certaines de leurs capacités qui sont déjà stationnées aux mêmes endroits et dans les pays où ils opèrent. « 

Ce sont les paroles du chef d’état-major, le lieutenant-colonel Aviv Kochavi, dans sa conférence annuelle internationale de l’INSS le 26.01.21.
Le chef d’état-major a même donné des exemples (bien sûr indirectement) d’attaques de forces commandos qui ont été menées, comme l’attaque dans la nuit du 25 décembre, une attaque que Kochavi a définie comme généralisée contre un « site de fabrication d’armes. « 
Ou l’attaque du 30 décembre au poste frontière entre la Syrie et le Liban, que Kochavi a décrit comme « empêchant le transfert d’armes du point A au point B. »
Comme l’a défini le chef d’état-major, l’armée israélienne est en soi inscrite dans une campagne qui se poursuit depuis près d’une décennie, visant à affaiblir l’ennemi, à l’empêcher de s’armer et à repousser la guerre, en parallèle avec le MBM, qui améliore finalement l’avantage d’Israël sur l’ennemi.

Selon les événements passés, les attaques MBM peuvent être divisées en 3 types:
-Prévenir l’enracinement iranien en Syrie.
– Empêcher l’armement du Hezbollah au Liban.
– Empêcher la réalisation d’attaques terroristes contre Israël depuis l’arène nord.
Dans la pratique, presque tous les assauts du MBM nécessitent un type d’attaque différent,
par exemple:
* – assaut conçu pour empêcher et ruiner le renforcement du Hezbollah. C’est une attaque qui peut survenir aujourd’hui, il y a un mois et deux mois. Cela ne dépend pas du temps mais cela a du sens, car il est prévu à un moment où il y a déjà des projets et des armes prêtes sur le site, afin de faire en sorte que l’ennemi investisse des efforts et passe son temps et son argent dans la production et qu’on arrive enfin pour détruire les armes, dès que le temps et l’argent de l’ennemi sont perdus en vain. Il est basé sur le même principe qui consiste à contrecarrer les tunnels du Hezbollah dans l’opération bouclier nord. Laissons l’ennemi travailler pendant de nombreuses années et consacrer beaucoup d’argent à un projet qui finira par tomber à l’eau.
* – frappes contre des cibles sur le front oriental des hauteurs du Golan syrien (Kenitra) – attaques qui ne dépendent pas (généralement) du temps. Ces attaques se produisent toujours contre des vétérans des hauteurs dans le cadre de la guerre d’Israël contre la tentative pour créer une infrastructure d’attaques iraniennes sans laisser empreinte digitale, par le biais de la force Qods (unité 840). les attaques sont dirigées contre les moyens de collecte et les bâtiments appartenant au régi/me syrien, mais ce sont des bâtiments destinés à être utilisés aux fins d’attaques futures.
* – attaques sur passages frontaliers entre le Liban et la Syrie récemment entre l’Irak, a Syrie et le Liban – toutes ces attaques contre les transferts d’armes stratégiques venant d’Iran, dont le dernier arrêt prévu est principalement le Hezbollah au Liban.
* – Ces attaques se sont multipliées récemment et en revanche les attaques dans les aéroports, comme celui de Damas ou a base T4, ont fortement diminué, en raison des nombreuses attaques d’Israël dans la région, qui ont conduit à mettre l’axe à feu et à sang, et ont poussé l’Iran à chercher des itinéraires de contrebande alternatifs.
* – Les attaques contre les aéroports et les points de passage des frontières sont d’autant plus fréquentes que le besoin opérationnel d’attaque peut augmenter du jour au lendemain ».

 F35  et 16 F  (Photo: Major Ofer, Air Force)

Au cours des deux derniers mois, Israël a intensifié ses attaques MaBaM. Les attaques des aéroports et des points de passage des frontières, parallèlement aux attaques MBM de routine et dépendant du temps, sont dues à la nécessité de contrecarrer un transfert d’armes stratégiques de l’Iran vers les forces de l’Axe dans l’arène nord.
Récemment, l’Iran s’est, de plus en plus, permis d’agir pour transférer des armes et des composants stratégiques au Liban via la Syrie et plus récemment même via l’Irak. Suite à la mise à feu et à sang de la route aérienne, l’Iran se déplace vers la route continentale. Via le bombardement de l’aéroport de Damas, Israël a attaqué les routes aériennes en leur épicentre cette nuit-là, déclarant qu’il était au courant de la contrebande répétée, brûlant de nouveau les routes de l’axe et empêchant ainsi la contrebande future sur cette route pendant un certain temps, en fonction de la volonté des Iraniens d’y remédier.

Le chef d’état-major a ajouté dans son discours: «Apparemment, vous pouvez (vous) demander-quel rapport entre- ce qui nous arrive et ce qui se passe en Irak – nous avons beaucoup à voir avec ce qui se passe en Irak. Le fait que l’Irak ne contrôle pas son territoire et ne s’impose pas suffisamment comme un État souverain permet aux Iraniens d’utiliser des milices là-bas et autorise le transfert d’armes, ou du moins ils essaient de transférer des armes d’Iran à travers l’Irak vers la Syrie-le Liban, donc le chaos en Irak affecte en fin de compte la façon dont nous vivons (et les périls que nous encourons). « 
C’est aussi la raison pour laquelle jeudi de cette semaine il y a eu une attaque contre le passage frontalier entre l’Irak et la Syrie, la nouvelle route de transfert d’armes de l’Iran.  (Pour en savoir plus: https://t.me/kanarab/9554)

On peut supposer que l’Iran n’abandonnera pas rapidement l’axe des transferts d’armes et continuera à essayer d’opérer sur celui-ci et de maquiller ses actions, en parallèle des bombardements israéliens.

La Guerre entre les Guerres est là pour durer. Tant que l’Iran continuera ses activités dans la région, elle s’intensifiera. Elle ralentira. Elle s’affaiblira. Et comme l’a conclu le chef d’état-major: «Les ennemis nous perçoivent comme ayant la plus grande capacité de renseignement et ils se perçoivent comme infiltrés par le renseignement (israélien). Il y a des problèmes de confiance (et de doute) en eux dans leurs activités opérationnelles et leur prise de décision. « 

Front nord:

Crédit: The Telegram Channel L’homme qui pense crédit pour les photos – Site Web du porte-parole de Tsahal

Laisser un commentaire