La CPI, marionnette entre les mains de ses maîtres européens

Posted by
Les maîtres européens de la marionnette de la CPI

Sans le soutien des États européens et de l’UE, les ONG et les partisans des groupes terroristes qui veulent clouer Israël au pilori n’auraient pas les moyens financiers de promouvoir la chasse aux sorcières de la CPI contre les soldats, officiers et civils israéliens.

 Par  Caroline B. Glick  Publié le  12-02-2021 07:38 Dernière modification: 02-12-2021 07:38

Le nouveau siège de la Cour pénale internationale à La Haye | Photo de fichier: Getty Images

Samedi dernier, les juges de la Cour pénale internationale (CPI) ont attaqué l’État juif. Ils ont statué que la procureure de la CPI est autorisée à ouvrir une enquête officielle sur Israël pour des « crimes de guerre » factices. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fustigé la décision en la qualifiant de « pur antisémitisme ».

Netanyahu a ajouté: « Ce tribunal a été fondé pour empêcher des atrocités comme le génocide nazi contre le peuple juif, et maintenant, il attaque le seul État du peuple juif (rescapé). »

Netanyahu a absolument raison. La décision du tribunal est fondamentalement sectaire. Pour parvenir à sa décision, les juges ont dû ignorer le Statut de Rome de 1998 sur lequel il est fondé. Le Statut de Rome indique clairement que seuls les États ou le Conseil de sécurité des Nations Unies peuvent demander réparation au tribunal. Et après avoir ignoré son propre acte juridique, les juges ont commencé à pointer un couteau sur le concept même de droit international. Ils ont appliqué une norme de comportement à Israël qui n’est appliquée à aucun autre État afin de désigner Israël pour des poursuites judiciaires qui n’ont aucun fondement ni dans le mandat spécifique de la Cour ni dans le droit des peuples.

Le fait que le Hamas – un groupe terroriste officiellement engagé dans le génocide du peuple juif – ait publié une déclaration applaudissant la décision de la Cour montre à quel point la décision de la Cour était préjudiciable. Il convient de noter que chaque attaque de missile et chaque attentat suicide perpétré par les terroristes du Hamas contre Israël est un crime de guerre distinct en vertu du droit international actuel.

Les terroristes du Hamas comprennent le racket que la CPI lance contre les Juifs. L’enquête sur les crimes de guerre bidon est une application pratique de la résolution 3379 de l’Assemblée générale de l’ONU de 1975 qui définissait le sionisme – le mouvement de libération nationale juif – comme une forme de « racisme » et rejetait ainsi le droit moral d’Israël à exister.

Bien que la résolution 3379 ait été abrogée en 1991, elle est vivante aujourd’hui dans toutes les agences de l’ONU où Israël est condamné quotidiennement absolument pour rien. Il est vivant dans l’Union européenne qui soumet Israël à une discrimination systématique. Et il est vivant au sein de la gauche internationale, dont les membres, à travers le monde occidental, vilipendent Israël à chaque tournant – encore une fois, absolument pour rien.

Toutes ces forces comprennent que le but de mettre des soldats, des commandants et des civils israéliens de Tsahal sur le banc des accusés de la CPI pour des crimes de guerre qui ne se sont jamais produits est de faire avancer leur objectif d’annuler la reconnaissance internationale du droit de l’État juif à exister en tant qu’État souverain normal. Ils savent également très bien qu’en organisant simplement des procès-spectacles de juifs israéliens, ils légitimeront et élargiront leur soutien à l’objectif du Hamas – la destruction physique d’Israël.

À peu près au moment où la résolution 3379 a été adoptée, Henry Kissinger a affirmé qu’il n’y avait vraiment rien à craindre. Ni les États-Unis, ni «en dernière analyse, l’Europe» ne négocieront jamais «la survie d’Israël», a-t-il dit.

Mais un examen des forces qui produisent l’Inquisition du CCI montre clairement que Kissinger était naïf – du moins en ce qui concerne l’Europe.

Certes, le principal responsable de la mascarade de la haine des Juifs à La Haye est la CPI elle-même. La Chambre politique vedette a un intérêt institutionnel à poursuivre Israël par de fausses accusations. En 2017, l’Union africaine a adopté une résolution appelant ses États membres à se retirer de la CPI. La résolution de l’UA découlait de ce que les dirigeants africains considéraient raisonnablement comme l’accent préjudiciable de la CPI mis sur leurs gouvernements. Lorsque la résolution a été adoptée, neuf affaires sur dix devant la Cour concernaient des États africains. Les gouvernements africains en avaient assez de la discrimination de la cour.

Peu de temps après, la Procureure en chef de la CPI, Fatou Bensouda, a achevé son examen préliminaire d’Israël et a soumis sa demande aux juges d’ouvrir une enquête officielle sur les « crimes de guerre ». La chaîne d’événements abandonne le jeu (de sa prime focalisation africaine). Le CCI a besoin d’un scalp non africain. Et Israël fait l’affaire. Les Africains sont convaincus qu’un État presque occidental est recherché. Et les États occidentaux sont heureux parce qu’ils ne considèrent pas Israël comme un membre de leur club.

En d’autres termes, Israël est le bouc émissaire de la CPI qu’il peut sacrifier pour protéger ses intérêts organisationnels.

Mais aussi corrompues et dépravées que soient les motivations de la CPI pour construire une fausse affaire de crimes de guerre contre Israël, la CPI ne pouvait pas agir seule. Il lui fallait trois choses à faire par d’autres pour permettre ses actions.

La première chose à faire pour porter de fausses accusations contre Israël était que l’Autorité palestinienne, qui n’est pas un État, rejoigne la CPI en tant qu’État signataire du Statut de Rome. Puisque l’Autorité Palestinienne n’est pas un État, pour prétendre qu’elle est un État, la CPI avait besoin d’une couverture de l’ONU. Ainsi, en 2012, l’Autorité palestinienne a demandé le statut d’observateur non étatique à l’ONU.

Les votes à la CPI et à l’Assemblée générale des Nations Unies sont passés à une écrasante majorité. La République tchèque était le seul État membre de l’UE à s’opposer aux mesures juridiquement sans fondement.

Pour être clair, l’objectif de l’AP en signant le Statut de Rome et en demandant le rehaussement de son statut à l’ONU était connu de toutes les parties concernées. Tous les États qui ont approuvé ces mesures – ou ne s’y sont pas opposés – savaient que leurs actions créaient les conditions permettant à la CPI de juger des soldats, commandants et civils israéliens innocents pour des crimes de guerre qui n’ont jamais été commis.

L’État d’Israël lui-même ne peut pas être officiellement jugé. La CPI, en tant qu’organe censé être légal, avait besoin de plaintes contre des Israéliens nommés. Et il lui fallait des «preuves» et des «témoignages» pour donner du poids aux allégations. Au cours des dernières années, NGO Monitor a abondamment renseigné comment deux groupes différents d’organisations non gouvernementales ont dirigé cette partie du spectacle. Premièrement, des groupes internationaux tels que Human Rights Watch et Amnesty International mènent depuis des décennies un important effort de lobbying contre Israël. Son but est de nier à Israël le droit de légitime défense. Ces dernières années, ces efforts se sont concentrés spécifiquement sur la poussée de l’Autorité palestinienne à rejoindre la CPI, même si l’acte était une violation substantielle des accords signés par l’AP avec Israël. Ils ont publié de fausses allégations de «crimes de guerre» israéliens.

Le deuxième type d’organisation derrière l’effort de la CPI sont les ONG locales israéliennes et palestiniennes. Des groupes israéliens tels que B’stelem, Yesh Din et Breaking the Silence et des groupes palestiniens dont le Centre palestinien pour les droits de l’homme, Al-Haq, Al Dameer et Al-Mezan ont livré les marchandises. Les gouvernements européens, notamment l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Suisse, la Norvège, la Suède et la Grande-Bretagne, versent des millions d’euros par an, séparément et sous l’égide de l’Union européenne, à ces groupes et à d’autres. Comme l’ONG Monitor l’a détaillé, ces dernières années, une partie de ces contributions a été spécifiquement dirigée vers des actions visant à faciliter les actions de la CPI contre Israël. Sans le soutien des États européens et de l’UE, il manquerait à ces groupes les moyens financiers pour mener des campagnes de diabolisation d’Israël et pour promouvoirla CPI qui pourchasse ses soldats, officiers et civils.

Enfin, la CPI n’aurait pas choisi de discréditer tout le concept de droit international en poursuivant Israël pour des crimes inexistants, si elle pensait qu’elle serait sanctionnée pour avoir agi ainsi. En 2015, lorsque Bensouda a entamé son examen préliminaire, Israël a demandé aux bailleurs de fonds de la CPI de riposter à cette décision en cessant de financer l’institution. La demande d’Israël a été rejetée.

Plus de 60% du budget de la CPI est financé par les gouvernements européens. L’Allemagne est généralement le plus grand ou le deuxième bailleur de fonds de la CPI. Un représentant du gouvernement allemand cité dans un rapport de Reuters sur la demande d’Israël a déclaré que l’Allemagne « ne pouvait pas imaginer » une réduction, encore moins une suppression du financement du tribunal politique.

Donc, sans les actions de gouvernements européens comme l’Allemagne, la Hollande, la Suisse, la France, la Norvège, la Grande-Bretagne et la Suède, et sans l’UE dans son ensemble – la CPI n’aurait jamais ouvert ses procédures sectaires contre Israël, dont le but est de rejeter droit d’Israël à exister. À chaque instant, les Européens avaient le pouvoir d’empêcher ou de mettre fin au traitement sectaire de la CPI envers l’État juif. Et à chaque instant, les Européens ont pris des mesures actives pour que le ciblage se poursuive. En effet, en finançant et en dirigeant les efforts des ONG comme les ONG Breaking the Silence et Al-Dameer, (qui est affiliée au groupe terroriste Front populaire pour la libération de la Palestine, avec Salah Hamouri, terroriste franco-palestinien impliqué dans la tentative de meurtre du grand Rabbin feu Ovadia Yosef), les Européens étaient les maîtres de marionnettes qui dirigeaient le jeu de la passion.

Les oies blanches outragées qui font absolument tout pour que le show continue

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a critiqué la décision de la CPI dans une déclaration qu’il a publiée peu de temps après son annonce. Maas n’a pas condamné l’immoralité de la poursuite de fausses allégations de crimes de guerre contre une nation innocente. La critique de Maas s’est plutôt concentrée sur le fait qu’en dépit des efforts de la CPI et de l’ONU, le fait demeure que la «Palestine» n’est pas un État. « La Cour n’a aucune compétence », a-t-il tweeté, « en raison de l’absence de l’élément d’État palestinien requis par le droit international ».

C’est, bien sûr, le problème juridique clé avec la décision de la CPI. Mais le problème beaucoup plus grand concernant la décision des juges est que l’enquête est un effort politiquement motivé pour causer un préjudice matériel à Israël, en tant qu’Etat juif. Israël respecte scrupuleusement les règles de la guerre, et tout le monde le sait. La raison pour laquelle des politiciens allemands comme Maas devraient s’opposer à la décision est que le comportement de la cour fait partie d’un effort plus large visant à saper l’acceptation internationale du droit du peuple juif à son État. Mais alors, en tant que bailleur de fonds majeur de la CPI et des ONG derrière les allégations fictives et diffamatoires, et en tant qu’État qui n’a pas réussi à s’opposer aux offres juridiquement infondées des Palestiniens pour le statut d’État à la CPI et à l’ONU, Maas ne voit pas de problème avec l’immoralité de l’entreprise. Bien au contraire, il joue un rôle central afin que la farce continue coûte que coûte.

D’une certaine manière, les efforts de la CPI pour nuire à l’État juif sont une version moderne du procès Dreyfus. Le procès Dreyfus était une réaction antisémite contre la décision de la France d’accorder les pleins droits de citoyenneté aux Juifs français dans le cadre de l’émancipation. Les officiers antisémites de l’état-major français avaient besoin d’un bouc émissaire pour blâmer les actes de trahison qu’ils avaient commis. En choisissant pour le rôle le capitaine Alfred Dreyfus, un juif alsacien, les officiers ont bénéficié de la couverture et du soutien de puissants religieux antisémites, d’intellectuels et d’éditeurs de journaux antisémites et d’hommes politiques antisémites. Toutes les personnes impliquées se sont rendu compte qu’en ciblant Dreyfus «le juif», elles ont fait progresser leurs efforts pour discréditer l’idée que les Juifs pourraient être des partenaires à part entière de la vie publique française.

La grande différence entre les personnes qui ont produit et dirigé l’accusation rituelle contre Dreyfus il y a 125 ans et les personnes qui produisent et dirigent l’accusation de meurtre rituel contre Israël aujourd’hui est qu’en France, au tournant du XXe siècle, les gens étaient fiers d’attaquer les Juifs ouvertement. Aujourd’hui, leurs successeurs contemporains préfèrent une approche d’agression passive. Ils prétendent s’opposer aux efforts de délégitimation et de criminalisation de l’État juif pendant qu’ils les financent et les dirigent.

israelhayom.com

3 comments

  1. Magnifique billet de Caroline, comme d’habitude.
    Finkielkraut le dit souvent :
    Les Européens ne nous pardonneront jamais Auschwitz.
    Hélas, les pompiers pyromanes hypocrites et lâches sont toujours à l’oeuvre, leurs objectifs réels n’ont pas changé, ils veulent à tout prix, délégitimer et accabler Israël, sans doute pour essayer d’effacer un peu de noirceur de leur passé.
    Curieusement, les plus grands financiers des inquisiteurs contre Israël sont des pays qui ont collaboré avec l’Allemagne nazie qui décidément, a du mal à assumer son passé de plus grand criminel de tous les temps.
    Enfin, nous avons du mal à comprendre le comportement d’Israël qui aurait dû depuis longtemps, s’occuper des salopards Israéliens en charge de le nazifier et de le criminaliser de façon obsessionnelle, jusqu’à l’ONU.
    Une enquête sur les ressources financières de ces ordures devrait suffire pour les neutraliser…

Laisser un commentaire