L’Allemagne et la Hongrie parmi les États opposés à l’enquête de la CPI sur Israël

Posted by

L’Australie, l’Allemagne, la République tchèque, la Hongrie, l’Autriche, le Brésil, l’Ouganda et le Canada ont exprimé leur opposition à l’enquête.

Par LAHAV HARKOV   9 FÉVRIER 2021 22:37

L'entrée de la Cour pénale internationale (CPI) est vue à La Haye le 3 mars 2011. (crédit photo: REUTERS / JERRY LAMPEN / FILE PHOTO)

L’entrée de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye le 3 mars 2011.(crédit photo: REUTERS / JERRY LAMPEN / FILE PHOTO)

L ’Allemagne et la Hongrie ont exprimé leur opposition à la décision de la Cour pénale internationale selon laquelle elle peut enquêter sur Israël pour des crimes de guerre présumés. Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré: «Notre vision juridique de la compétence de la CPI concernant les crimes présumés commis dans les territoires palestiniens reste inchangée. Le tribunal n’a pas compétence, en raison de l’absence de l’élément d’État palestinien requis par le droit international. »

Maas a ajouté que l’Allemagne soutenait la CPI en général, ainsi que la création d’un État palestinien. La déclaration du ministre allemand des Affaires étrangères est intervenue au lendemain de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi. Vendredi, la Chambre préliminaire de la CPI a statué qu’elle était compétente pour enquêter sur les crimes de guerre à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est qui auraient été commis depuis le 13 juin 2014. Cela pourrait inclure d’éventuelles poursuites contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, les ministres de la Défense et d’autres hauts fonctionnaires, ainsi que des soldats et des commandants. L’enquête comprend l’opération Bordure protectrice et l’activité d’implantation.

Le procureur général Avichai Mandelblit a réitéré la position d’Israël sur la décision lors d’une conférence mardi, disant: «L’État de Palestine n’existe pas selon le droit international. Huit pays importants ont rejoint notre position … Selon les accords d’Oslo, il n’y a pas d’État de Palestine, il n’a pas de frontières … et la CPI n’a pas la compétence de juger les Israéliens. C’est une décision malheureuse et erronée. » Mandelblit a ajouté qu’il ne voyait aucun danger immédiat pour les Israéliens. «Ce tribunal a été créé pour enquêter sur les atrocités», a déclaré le procureur général lors d’un événement parrainé par le groupement religieux de droite B’Sheva. «Il y a des atrocités dans ce monde. Israël ne commet pas d’atrocités; nous avons des lois de la guerre, nous avons une magistrature glorieuse de renommée mondiale. L’Australie, l’Allemagne, la République tchèque, la Hongrie, l’Autriche, le Brésil, l’Ouganda et le Canada ont exprimé leur opposition à une enquête de la CPI sur Israël avant la décision, et Jérusalem espère également obtenir leur soutien public après.

Ashkenazi a continué à appeler les alliés d’Israël mardi pour renforcer son dossier contre une enquête de la CPI, s’entretenant avec ses homologues au Canada, en Hongrie et à Chypre. Le ministre hongrois des Affaires étrangères Péter Szijjártó a écrit sur Facebook que «la Hongrie n’est pas d’accord avec cette décision. Au cours de la procédure judiciaire, nous avons déjà signalé que, selon notre position, la Palestine n’a pas de juridiction pénale sur les citoyens israéliens. «Nous avons toujours soutenu le droit d’Israël à se défendre et nous pensons que la paix dans la région ne peut être obtenue que par des négociations basées sur le respect mutuel», a ajouté Szijjártó. «La décision de la CPI ne nous rapproche pas de cela.»

Le ministre chypriote des Affaires étrangères, Nikos Christodoulides, a exclu la CPI de sa déclaration sur l’appel avec Ashkenazi, affirmant qu’ils avaient eu un «échange de vues opportun et utile» et «discuté de la coopération bilatérale, y compris sur la COVID-19, et des derniers développements dans notre région». Ashkenazi s’est entretenu avec le ministre canadien des Affaires étrangères, Marc Garneau, mardi après-midi, à la suite de la déclaration de Garneau soutenant la position d’Israël. La nuit précédente, Garneau a déclaré: «La création d’un État palestinien ne peut être réalisée que par des négociations directes entre les parties. Tant que ces négociations n’auront pas abouti, la position de longue date du Canada demeure qu’il ne reconnaît pas un État palestinien et, par conséquent, ne reconnaît pas son adhésion à la «CPI».

Plus tôt cette semaine, Ashkenazi s’est entretenu avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken pour la deuxième fois, le remerciant pour son soutien public après que la Cour pénale internationale a décidé qu’elle pouvait enquêter sur Israël pour des crimes de guerre présumés, une décision qualifiée de «scandaleuse» par Ashkenazi.

«J’ai souligné au secrétaire d’État que la décision de la cour est erronée en son essence et qu’elle met en danger la rare opportunité de promouvoir la paix dans notre région», a tweeté Ashkenazi après l’appel. Samedi soir, le porte-parole du département d’État américain Ned Price a déclaré: «Nous ne pensons pas que les Palestiniens soient considérés comme un État souverain … Nous sommes très préoccupés par les tentatives de la CPI d’exercer sa juridiction sur les ressortissants israéliens. Les États-Unis ont toujours été d’avis que la compétence de la cour devrait être réservée aux pays qui y consentent ou qui sont renvoyés par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a exprimé ses «profondes inquiétudes» concernant la décision de la CPI et a appelé la Cour à ne pas s’impliquer dans le conflit israélo-palestinien. «L’Australie ne reconnaît pas un« État de Palestine », notant que les questions relatives au territoire et aux frontières ne peuvent être résolues que par des négociations directes entre Israël et les Palestiniens», a déclaré Payne samedi. «Nous avons clairement indiqué dans nos observations soumises à la Chambre préliminaire que l’Australie ne reconnaît donc pas le droit de tout prétendu« État de Palestine »d’adhérer au Statut de Rome. La [CPI] ne devrait pas exercer sa compétence en la matière. »

jpost.com/international

4 comments

  1. Cela semble assez clair, c’est l’abstention : Macron ne peut pas tuer la « poule aux Œufs d’Or » de son protégé Abbas : un Etat virtuel palestinien, même s’il devait ne jamais exister. 2° La France ne peut pas se positionner en faveur de la CPI sur une règle aussi biaisée et visible à l’œil nu, sans passer pour une ennemie déclarée de Jérusalem : donc on se planque derrière son petit doigt en attendant que ça passe… Comme disait Napo à propos de Talleyrand : « Vous êtes un voleur, un lâche, un homme sans foi. Vous ne croyez pas à Dieu ; vous avez toute votre vie manqué à tous vos devoirs, vous avez trompé, trahi tout le monde […] Tenez, Monsieur, vous n’êtes que de la merde dans un bas de soie. »

Laisser un commentaire