Israël, ne fais pas confiance à la Turquie

Publié par

Par Dmitri Shufutinsky25 janvier 2021FacebookTwitterImprimerEmailPlus d’options …97

Recep Tayyip Erdoğan, image via Wikimedia Commons

BESA Center Perspectives Paper No.1903, 25 janvier 2021

RÉSUMÉ EXÉCUTIF: Des rumeurs circulent selon lesquelles Erdogan souhaiterait qu’un rapprochement israélo-turc puisse se produire prochainement. Jérusalem et les autres capitales régionales ne devraient pas retomber dans les pièges et tromperies d’Ankara.

Ces dernières semaines, la Turquie s’est trouvée très isolée de l’Occident et du Moyen-Orient. En réponse à cet isolement, l’homme fort islamiste du pays, Recep Tayyip Erdoğan, a décidé de s’entretenir avec l’Arabie saoudite et de renvoyer l’ambassadeur de Turquie à Tel Aviv. Ankara s’engage dans des pourparlers secrets  avec Jérusalem pour relancer la relation, y compris la discussion d’un éventuel pipeline entre les deux pays qui sera utilisé pour expédier du gaz naturel méditerranéen vers l’Europe.

Alors que certains membres de la vieille garde militaro-politique d’Ankara et de Jérusalem pourraient trouver un rapprochement souhaitable, ce serait une grave erreur de sortir la Turquie de sa situation difficile et de retomber dans son piège.

Pendant des mois, alors que les relations d’Israël se sont approfondies avec Chypre, la Grèce, l’Égypte, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite et même l’Arménie, les médias ont affirmé que l’État juif envisageait de reprendre des relations normales avec la Turquie. Bien que ces discussions présumées n’aient pas grand-chose à voir, les rapports ont certainement accru la suspicion dans les capitales des nouveaux alliés d’Israël. En effet, après que la Turquie et Israël ont tous deux soutenu l’Azerbaïdjan dans sa victoire sur l’Arménie, l’ambassadeur arménien à Tel Aviv a été rappelé. Alors qu’Israël et la Turquie soutiennent l’Azerbaïdjan pour des raisons différentes, il n’est pas inconcevable que beaucoup en Grèce, à Chypre, dans le Golfe et en Égypte aient mis en doute la fiabilité de leur allié à Jérusalem à la suite du conflit.

Le véritable objectif de la Turquie ne doit pas être oublié: isoler Israël dans la région tout en continuant à le délégitimer à l’étranger. Partout où l’on trouve des campagnes anti-israéliennes, l’argent du Qatar et l’influence du gouvernement turc sont probablement derrière eux. La Turquie est problématique à bien d’autres égards. Elle a piraté les sites d’information israéliens, chassé un navire de recherche israélien menant l’exploration de gaz naturel, sapé les coalitions de partenaires régionaux d’Israël, et a menacé de conquérir Tel Aviv et « libérer «  Jérusalem , une ville qu’Erdoğan réclame comme un dominion turc datant de l’époque Ottomane. La démarcation de la frontière maritime entre la Turquie et le gouvernement libyen soutenu par l’ONU vise à saboter le gazoduc d’Israël à travers Chypre vers l’Europe, un gazoduc qui est essentiel pour les futurs intérêts économiques et politiques d’Israël. De plus, le nouvel ambassadeur d’Ankara  en Israël est farouchement antisioniste.

Ufuk Ulutas, l’antisioniste turc devenu « Ambassadeur en Israël »

L’ accueil par Ankara  des dirigeants du Hamas, qui implique de leur accorder la citoyenneté et de leur permettre de planifier des attentats terroristes et des cyberattaques contre l’État juif depuis le territoire turc, est une preuve supplémentaire, s’il en faut davantage, que la Turquie n’est pas amie d’Israël. C’est un rival régional de plus en plus dangereux qui fait fi du droit international, viole les droits de l’homme, déstabilise les pays, commet des crimes de guerre et soutient le terrorisme international. Les dirigeants militaires et politiques d’Israël ne doivent ni sous-estimer la Turquie ni confondre nostalgie (du temps de la Laïcité pro-Ataturk) et élaboration de politiques avisées. Si Israël veut continuer à normaliser ses relations avec les pays de toute la région et mettre fin à l’instabilité au Moyen-Orient, il doit rejeter les tentatives manipulatrices de la Turquie pour rétablir les liens.

Afficher le PDF

Dmitri Shufutinsky est diplômé du programme de maîtrise de l’Université Arcadia en paix internationale et résolution des conflits. Il vit actuellement en tant que soldat solitaire au kibboutz Erez, en Israël, servant dans la brigade de Givati ​​dans le cadre du programme Garin Tzabar.

besacenter.org

Laisser un commentaire