Rumeurs disant que « Biden envahit la Syrie » en une nuit

Posted by

Une rumeur complotiste hostile à la présence américaine revendique le rôle croissant des États-Unis en Syrie

«Nous y revoilà», a tweeté un internaute, affirmant qu’un «grand» convoi était entré dans l’est de la Syrie le «premier jour» de la présidence de Biden.

Par SETH J. FRANTZMAN   23 JANVIER 2021 13:47

Les Kurdes turcs regardent vers la ville kurde syrienne de Kobani du haut d'une colline près de la frontière entre la Turquie et la Syrie près de Mursitpinar bordergate (crédit photo: REUTERS)

Les Kurdes turcs regardent vers la ville kurde syrienne de Kobani du haut d’une colline près de la frontière entre la Turquie et la Syrie près du poste-frontière de Mursitpinar (crédit photo: REUTERS)

Des rumeurs selon lesquelles les États-Unis auraient envoyé un «convoi» de camions en Syrie se sont répandues en ligne pendant la nuit entre vendredi et samedi

Ces rumeurs ont été tweetées et avancées par ceux qui critiquent la politique étrangère américaine et en particulier certains qui se sont accrochés à un récit selon lequel l’ancien président américain Donald Trump voulait mettre fin aux «guerres étrangères», tandis que le président Joe Biden «déclencherait» une nouvelle guerre, d’entrée de eju. 

Ni l’un ni l’autre n’est exact. «Nous y revoilà», a tweeté une personne, affirmant qu’un «grand» convoi était entré dans l’est de la Syrie le «premier jour» de la présidence de Biden. Cela reposait sur les nouvelles d’AlMasdar (journal syrien pro-régime), bien que le lien vers l’histoire supposée ait été supprimé lorsque j’ai cliqué dessus à 12 h 46 samedi.

Un autre commentateur a affirmé que Biden «avait envahi la Syrie». Cette affirmation reposait sur un rapport d’i24news qui s’appuyait sur un rapport des médias du régime syrien SANA. Le blanchiment de la source via i24 l’a fait paraître plus factuel alors qu’en fait, il s’agissait simplement de propagande du gouvernement syrien. Le régime syrien s’oppose à la présence américaine dans l’est de la Syrie. Les États-Unis ont plusieurs centaines de personnes dans l’est de la Syrie où ils travaillent avec les forces démocratiques syriennes pour continuer à stabiliser la région et à combattre Daesh. Les Forces Démocratiques Syriennes contrôlent une grande partie de la Syrie à l’est de l’Euphrate. Trump a promis de quitter la Syrie en 2017, 2018 et à nouveau en 2019. En 2019, il a retiré ses forces de la nouvelle ville de Tel Abyad et a permis une invasion turque qui a fait fuir quelque 200 000 personnes. Les alliés kurdes des États-Unis en Syrie craignaient que les États-Unis ne les trahissent après avoir qu’ils ont combattu Daesh aux côtés des forces spéciales américaines, françaises et britanniques. 

Cependant, les États-Unis sont restés en Syrie. Trump a déclaré qu’il sécuriserait le «pétrole» de la Syrie. Le Commandement central américain et le Département d’État américain semblaient avoir des objectifs contradictoires. Il reste à voir quelle est et sera la politique syrienne de Biden.  La théorie du complot qui prétend que Biden a «envahi» la Syrie ou envoyé un convoi américain là-bas le «premier jour» est une mauvaise lecture des événements. Les États-Unis fournissent à leurs forces dans l’est de la Syrie des camions souvent envoyés de la région du Kurdistan au nord de l’Irak. Il s’agit d’un pipeline logistique ténu pour le personnel américain et l’opération Inherent Resolve de la Force opérationnelle interarmées combinée. Ceux qui suivent ces mouvements les désignent comme de routine. Il n’y a aucune preuve d’une empreinte accrue aux États-Unis, d’un changement de posture ou de rythme des opérations.  

Néanmoins, les commentateurs pro-Trump et les propres responsables de Trump ont souvent affirmé que les États-Unis «mettaient fin» à une série de «guerres sans fin». Certains ont affirmé que Trump était le premier président américain depuis des générations à ne pas déclencher une guerre étrangère. Trump a cherché à quitter l’Afghanistan et beaucoup se demandent si cela est faisable (partiellement oui, mais au prix du recours à 18.000 membres de sociétés privées ou mercenaires). Trump a fait passer les forces américaines en Irak de plus de 5000 à plusieurs milliers.

Les forces américaines ont également quitté une demi-douzaine de bases en raison de l’augmentation des attaques de la milice pro-iranienne qui ont utilisé des roquettes de 107 mm pour viser des complexes américains sur des bases irakiennes. Des zones telles que K-1 près de Kirkouk, Q-West près de Mossoul, une base de Ninive, et Taqadum, Taji et d’autres ont été remises aux Irakiens, souvent avec des millions de dollars d’équipement. Les États-Unis ont formé et encadré quelque 250 000 soldats irakiens depuis 2014 pour les aider à combattre Daech. 

Les voix pro-iraniennes veulent que les États-Unis quittent l’Irak. En Syrie, les États-Unis ont aidé à former et à équiper près de 100 000 combattants. La Turquie, l’Iran et la Russie s’opposent au rôle des États-Unis en Syrie et leurs médias sont prompts à répandre des rumeurs complotistes. Ils critiquent également l’administration Biden. Les États-Unis ont également une base isolée à Al-Tanf en Syrie, près de la frontière jordanienne.

jpost.com/international

Laisser un commentaire