Mettre Israël dans le giron du Centcom : changement tactique ou stratégique?

Posted by

Transférer Israël au Centcom: une décision américaine projetant une réalisation à long terme

Nitzan Nuriel se demande dans une colonne de commentaires: ce transfert de responsabilité d’Israël du Yokom (EUCOM) au Centcom (CENTCOM) : est-ce un changement important ou une décision organisationnelle tactique ?

Général de Brigade de réserve Nitzan Nuriel, expert du Terrorisme avec le Général américain Franklin.

Nitzan Nuriel | 18/01/2021

Photo du Corps des Marines des États-Unis par le sergent d’artillerie. Artur Shvartsberg

Nous avons été informés ces derniers jours que le président des États-Unis, le président Donald Trump, a approuvé une décision de transfert d’Israël sous la responsabilité du commandement central américain (Centcom). Ce faisant, il conclut de nombreuses années de politique qui séparaient Israël des pays du Moyen-Orient, en ce qu’Israël était sous le commandement allié de l’armée américaine en Europe (Yokom ou EUcom). 

Le but de cet éditorial est d’essayer de clarifier au profit du lecteur le contexte de cette décision et ses significations possibles. Il faut, avant tout, noter qu’il s’agit d’une décision américaine. Ce n’est pas le résultat d’un travail commun d’états-majors, mais une volonté américaine de «réorganiser» les frontières de démarcation entre ses propres centres de commandements. Une opération qui a lieu une fois par décennie. Voir par exemple, la Dissolution et ensuite le rétablissement d’Africom – le commandement américain en charge de l’Afrique.

Le contexte immédiat de ce processus est la compréhension que la base de la séparation entre Israël et le reste du Moyen-Orient est déjà moins évidente grâce ou à cause des « Accords d’Abraham » et de la réorganisation de la coalition anti-iranienne, dont Israël fait partie. Une tendance qui permet le transfert des frontières sectorielles et donc l’amélioration de la future coordination opérationnelle. Dans le même temps, il y a une compréhension, du côté américain, que les défis du Yukom (EUrocom), en particulier vis-à-vis de la Russie, vont s’intensifier et il est juste de concentrer le commandement en Europe vers ces défis.

Naturellement, il y a des problèmes que je ne pourrai pas aborder, mais il y a déjà aujourd’hui une coordination entre Tsahal et le Centcom pour tout ce qui concerne l’activité opérationnelle dans la région. .

Le défi pour le Centcom est énorme. Comment maintenir une étroite coordination sécuritaire avec Israël, parallèlement à la nécessité de faire un effort similaire avec des pays qui sont en état de guerre avec nous et qui sont définis comme un État ennemi, comme l’Irak? Dans tout scénario de guerre régionale significative, les États-Unis, par le biais du Spatial Command qui en porte la responsabilité, se rangeront du côté d’Israël, de sorte que les slogans pro-iraniens en Irak vis-à-vis d’Israël rencontrent le besoin pour le Spatial Command d’agir pour défendre Israël.

Les relations entre Tsahal et Yokom (EUcom) sont anciennes et ont connu des développements importants au cours de la dernière décennie, tout en renforçant la coopération à des niveaux très professionnels dans une grande variété de domaines. C’est démontré par les exercices conjoints Juniper Falcon et Juniper cobra, qui expriment le cœur de la coopération opérationnelle d’urgence.

Juniper Falcon

La structure de coopération avec le Yokom (Eucom) est interdépendante et comprend de nombreuses dizaines de groupes de travail professionnels, travaillant à identifier les nouveaux défis et à les réglementer afin de pouvoir travailler ensemble sur le principe de la prévention des frictions parallèlement à la coordination opérationnelle. Comme il s’agit d’une décision américaine, il est difficile d’en évaluer le processus. 

D’abord parce que c’est une décision de l’administration sortante et qu’il y a une chance que la nouvelle administration veuille l’examiner, ce qui pourrait créer un retard (on a déjà vu l’administration Trump annuler les décisions de l’administration Obama) et en tout cas c’est un long processus (d’un an à un an et demi). Le processus s’accompagnera de difficultés «techniques» (solubles) qui seront créées à partir de l’emplacement du siège. Le Yokom est situé en Allemagne, donc l’accessibilité est proche. Le Centcom dirige à partir de sites à Tampa en Floride avec le siège social situé à Cutter. A ce stade, il ne fait pas partie des « Accords abrahamiques« .

L’expérience passée nous permet de savoir que l’infrastructure de coopération et de coordination repose sur la dimension interpersonnelle, de sorte qu’il y a aussi un long chemin à parcourir. En bout de ligne – il s’agit d’une décision américaine, dont le processus n’a pas encore commencé et il faudra encore du temps avant que nous puissions comprendre à quoi ressemblera la coordination et la réalisation de la responsabilité de Centcom. D’ici là, la coordination et l’activité avec l’Eurocom se poursuivront pleinement.

israeldefense

Laisser un commentaire