Quand le Hamas expulse brutalement les Palestiniens (Rafah)

Publié par

Le Hamas expulse de force les habitants de leurs maisons à Rafah

Les autorités du Hamas dans la bande de Gaza ont lancé une campagne d’expropriation des terres « appartenant à l’État » près du poste-frontière de Rafah, dans le cadre d’un projet d’extension du point de passage, laissant de nombreux citoyens sans abri et sans emploi.

al-monitor Une vue générale montre une place principale bondée à Rafah, un jour avant qu’un confinement complet ne soit imposé le week-end dans le sud de la bande de Gaza, alors que les cas d’infections à coronavirus ont augmenté dans l’enclave côtière palestinienne, le 10 décembre 2020. Photo de Said Khatib / AFP via Getty Images.Rasha Abou Jalal

Gaza

8 janv.2021

GAZA CITY, Bande de Gaza – Mohammed Abu Shteiwi a été réveillé le matin du 3 janvier par le rugissement des bulldozers des forces de police du Hamas près de la ville de Rafah dans le sud de la bande de Gaza. Les opérations de dragage sont l’une des plus importantes qui comprenaient des  des bulldozers et des démolitions de maisons et de fermes palestiniennes sur une superficie de 55 dounams (13,6 acres) à l’est de Rafah.

La famille Abu Shteiwi est l’une des 23 familles qui vivent et cultivent cette région depuis des décennies. Ils ont été surpris par ces bulldozers qui venaient mettre fin à leur présence dans la région, affirmant que les terres appartenaient au « gouvernement » du Hamas. Le 15 décembre, l’Autorité foncière palestinienne appartenant au Hamas dans la bande de Gaza a rendu une décision d’exproprier ces terres dans le but d’étendre le passage terrestre de Rafah entre la bande de Gaza et l’Égypte à des fins commerciales.

Les habitants de ces terres – hommes, femmes, enfants et personnes âgées – ont  affronté les forces de sécurité du Hamas, alors qu’ils commençaient à détruire leurs maisons et à déraciner leurs arbres. Les habitants ont jeté des pierres sur eux et leurs bulldozers. Des sources locales ont déclaré à Al-Monitor que les forces de sécurité du Hamas ont arrêté neuf citoyens et agressé des dizaines d’autres.

Abu Shteiwi a déclaré à Al-Monitor: «Nous vivons sur cette terre et la cultivons depuis plus de 40 ans – c’est-à-dire avant que le Hamas ne prenne le contrôle de la bande de Gaza en 2007, et même avant la fondation du Hamas en 1987

Il a ajouté: «Nous avons été surpris par ce qui s’est passé. Les bulldozers sont arrivés, escortés par des dizaines de membres des forces de sécurité du Hamas qui nous ont demandé d’évacuer nos maisons et de quitter nos fermes où nous vivons. Ils nous ont dit qu’ils en avaient besoin pour agrandir le point de passage de Rafah. Ils ont fait la sourde oreille à nos appels à arrêter les démolitions. Les familles qui vivent sur ces terres n’ont pas d’autre abri. »

Le 4 janvier, Abu Shteiwi a publié sur sa  page Facebook des  vidéos et des photos montrant des membres de sa famille déplacés entrant dans une tente. Il a commenté: «Personne n’a le droit de prendre ma maison, ma propriété, mes fermes,… sous prétexte que les terres appartiennent au gouvernement.»

Mofid al-Arja, chef d’une famille de sept personnes qui a également été déplacée des terres à Rafah, a déclaré à Al-Monitor: «Notre seul travail est de cultiver cette terre et de vendre ses récoltes sur les marchés. Maintenant, nous sommes sans abri et sans emploi. »

Arja a appelé le chef du Hamas à Gaza Yahya Sinwar à fournir une compensation financière aux résidents touchés et à leur fournir un logement et des emplois.

Maher Abu Sabha, chef de l’Autorité foncière palestinienne dans la bande de Gaza, a déclaré à Al-Monitor: «Ces terres appartiennent au « gouvernement » et leurs résidents ne détiennent pas de titres de propriété prouvant leur propriété. Nous leur avons permis de vivre sur ces terres et de les cultiver, mais cela ne signifie pas qu’ils les ont acquises. Ces terres sont en cours d’expropriation pour un bénéfice public, à savoir l’agrandissement du passage terrestre de Rafah. »

Ashraf al-Shaer, l’un des notables et anciens des tribus de Rafah, a déclaré à Al-Monitor: «Les allégations du Hamas selon lesquelles ces terres sont la propriété du gouvernement ne sont pas vraies. Ils sont enregistrés au département des biens immobiliers de la municipalité de Rafah en tant que terres non gouvernementales. Toutes les maisons qui y sont construites sont autorisées par la municipalité et bénéficient de tous les services municipaux.

Il a ajouté: «En cas de différend entre les autorités et les propriétaires de ces terres concernant l’affirmation selon laquelle ces terres appartiennent au « gouvernement », les autorités devraient recourir à la justice. Mais les autorités ont expulsé de force les habitants de ces terres.

Pendant ce temps, le maire de Rafah Anwar al-Shaer a  publié une déclaration sur sa page Facebook le 4 janvier, dénonçant l’expropriation de ces terres par une décision de l’Autorité foncière palestinienne affiliée au Hamas et son application par sa police.

Dans sa déclaration, Shaer a déclaré: «L’Autorité foncière a confisqué une zone de 55 dounams de terres citoyennes dans le quartier d’al-Salam, à l’est de Rafah, dans le but d’agrandir le passage commercial de Rafah sur la base d’une décision du gouvernement d’exproprier les résidents sur ces terres. »

Il a expliqué que cette procédure et son exécution ultérieure avaient été planifiées sans se référer aux autorités compétentes, à savoir la municipalité de Rafah, et aux propriétaires de ces terres.

Dans un entretien avec Al-Monitor, Shaer a déclaré: «Les autorités gouvernementales doivent reconsidérer la décision d’exproprier ces terres compte tenu de ses répercussions désastreuses sur leurs habitants, qui se retrouvent sans emploi ni abri. Ces terres ont été exploitées pendant des décennies à des fins agricoles et résidentielles et il est illogique de les exproprier simplement parce que leurs résidents n’ont pas de titre de propriété.

Il a expliqué que plus de 90% des terres de Rafah sont habitées par plus de 155 000 citoyens aujourd’hui qui n’ont pas de titre de propriété. Si le gouvernement expropriait ces terres, la plupart des habitants de la ville seraient déplacés de leurs maisons, a-t-il averti.

Les actions des forces de sécurité du Hamas à Rafah ont suscité une colère généralisée de la part des citoyens sur les réseaux sociaux.

Le journaliste Tamer Qeshta a écrit sur Facebook le 5 janvier: «La position [qui dénonce l’expropriation] de la municipalité de Rafah concernant le projet d’extension du passage à niveau, l’expropriation des terres et la démolition des maisons et des serres prouvnte sans aucun doute que l’autorité au pouvoir est une autorité totalitaire.et travaille continuellement pour contrôler tous les aspects de la vie autant que possible.

Dans son commentaire sur la déclaration de la municipalité de Rafah, l’avocat Hamdan Abu Omran a exhorté les personnes touchées à intenter des poursuites pour réparation et indemnisation des maisons et des fermes détruites.

Des militants ont lancé une page Facebook  le 4 janvier pour soutenir ceux dont les terres ont été confisquées à l’ouest du poste frontière de Rafah. La page documente les démolitions, le déracinement des arbres et le déplacement des habitants, et appelle à rendre ces terres à leurs propriétaires.

al-monitor.com

Laisser un commentaire