Kissinger : un accord avec l’Iran déclenchera la course à l’arme nucléaire dans la région

Publié par

Kissinger: le retour d’un accord avec l’Iran pourrait déclencher une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient

«Je ne crois pas que l’esprit [de l’accord avec l’Iran], avec une limite de temps et autant de clauses de sauvegarde, fera autre chose que de mettre des armes nucléaires entre toutes les mains du Moyen-Orient.»

Par LAHAV HARKOV   11 JANVIER 2021 12h35

PHOTO DE DOSSIER: Des membres des médias et des responsables visitent le réacteur nucléaire à eau d'Arak, en Iran, le 23 décembre 2019. WANA (Agence de presse pour l'Asie occidentale) via REUTERS (crédit photo: REUTERS)

Des membres des médias et des responsables visitent le réacteur nucléaire à eau lourde d’Arak, en Iran, le 23 décembre 2019. WANA (West Asia News Agency) via REUTERS(crédit photo: REUTERS)

La nouvelle administration américaine ne devrait pas revenir à l’esprit de l’accord avec l’Iran, qui pourrait déclencher une course aux armements au Moyen-Orient, a averti lundi 11 janvier l’ancien secrétaire d’État et conseiller à la sécurité nationale Henry Kissinger, lors d’une conférence en ligne du Jewish People Policy Institute.

Kissinger a critiqué l’ accord de 2015 avec l’Iran , que le président Donald Trump a quitté en 2018, alors que le président élu Joe Biden cherche à y revenir, si l’Iran accepte de se conformer à nouveau aux limites de l’accord sur son programme nucléaire.

« Nous ne devons pas nous leurrer », a déclaré le diplomate, consultant et auteur de 97 ans.  « Je ne crois pas que l’esprit [de l’accord avec l’Iran], avec une limite de temps et autant de clauses de sauvegarde, fera quoi que ce soit d’autre que d’apporter des armes nucléaires dans tout le Moyen-Orient et donc de créer une situation de tension latente qui, tôt ou tard, éclatera. »

Le régime actuel en Iran «ne semble pas trouver possible d’abandonner cette combinaison d’impérialisme islamiste et de menace», a-t-il déclaré. «Le test se tient dans l’évolution des capacités nucléaires en Iran, et nous devons tout faire pour les éviter.»

Dans le même temps, Kissinger a précisé: «Je ne dis pas que nous ne devrions pas leur parler.»

Dennis Ross, ancien conseiller des présidents George HW Bush, Bill Clinton et Barack Obama, a interviewé Kissinger lors de l’événement d’adieu du JPPI pour son directeur fondateur Avinoam Bar-Yosef. Ross a demandé à Kissinger ce qu’il conseillerait à Biden et à son administration de faire pour profiter des accords d’Abraham , dans lesquels quatre États arabes normalisaient leurs relations avec Israël.

« Nous ne devons pas abandonner ce qui a été récemment réalisé grâce à ces accords entre le monde arabe et le monde israélien », a déclaré Kissinger. « Je dirais à la nouvelle administration que nous sommes sur la bonne voie. »

Kissinger a déclaré que les accords «ont ouvert une fenêtre d’opportunité pour un nouveau Moyen-Orient. Les pays arabes ont compris qu’ils ne pouvaient pas survivre dans une tension constante avec certaines parties de l’Occident et avec Israël, ils ont donc décidé de prendre soin d’eux-mêmes.

Le secrétaire d’État et conseiller à la sécurité nationale des présidents Richard Nixon et Gerald Ford dans les années 1970 a déclaré que les normalisations avec Israël montrent que les quatre États participants «sont arrivés à la conclusion que leurs intérêts nationaux transcendent leurs intérêts idéologiques.

«Alors, ils ont décidé, et Israël a préconisé, qu’ils devraient poursuivre leurs intérêts et se rassembler, et ils prendront en compte les préoccupations arabes là où ils se heurtent», a-t-il expliqué.

Cette idée «a très bien fonctionné», a déclaré Kissinger, ajoutant qu’il s’était toujours opposé à l’idée de trouver des «solutions globales» à la paix au Moyen-Orient, plaidant pour que les États-Unis «élaborent les solutions que nous pouvons, parce qu’elles peuvent s’appuyer sur elles-mêmes. »De même, Kissinger a déclaré que les Palestiniens doivent renoncer à leurs «objectifs ultimes» et rechercher d’éventuelles réalisations intermédiaires.

Bar-Yosef quitte le JPPI après 18 ans à la barre, en tant que président et directeur fondateur. L’institut formule des recommandations politiques pour le gouvernement d’Israël et les organisations juives dans des domaines tels que l’identité juive, la religion et l’État en Israël, la luttet contre l’antisémitisme, les tendances démographiques juives et autres. Son successeur est le professeur Yedidia Stern, professeur de droit à l’Université Bar-Ilan et chercheur principal de longue date à l’Israel Democracy Institute.

jpost.com

Laisser un commentaire