Le Mossad en passe de gagner la guerre de l’ombre contre l’Iran, avant l’arrivée de Biden?

Publié par
Members of Iranian forces carry the coffin of Iranian nuclear scientist Mohsen Fakhrizadeh at the Imam Khomeini’s Shrine in Tehran, Iran November 29, 2020. Khodabakhsh Malmir/WANA (West Asia News Agency) via REUTERS ATTENTION EDITORS – THIS IMAGE HAS BEEN SUPPLIED BY A THIRD PARTY.

Le Mossad israélien a-t-il gagné la guerre avec l’Iran?

AFFAIRES DE RENSEIGNEMENTS : Alors que Biden se prépare à prendre ses fonctions, Israël est mieux placé pour empêcher le programme nucléaire iranien.

Par YONAH JEREMY BOB   7 JANVIER 2021 21h03

Un drone est lancé mercredi lors d'un exercice de combat de drones à grande échelle de l'armée iranienne.  (crédit photo: ARMÉE IRANIENNE / WANA / REUTERS)

Un drone est lancé mercredi lors d’un exercice de combat de drones à grande échelle de l’armée iranienne.(crédit photo: ARMÉE IRANIENNE / WANA / REUTERS)

Étant donné que la nouvelle administration Biden continue de prévoir une volonté de revenir à l’ accord nucléaire iranien de 2015 sans nécessairement répondre à toutes les objections d’Israël, le directeur du Mossad Yossi Cohen a-t-il réussi à atteindre son propre objectif d’arrêter le programme nucléaire iranien?En d’autres termes, Biden rejoindra-t-il l’accord sur le nucléaire en 2021, et s’il le fait, toutes les opérations indéniablement impressionnantes de Cohen et du Mossad n’ont-elles été que de simples victoires tactiques qui n’ont pas aidé Israël à changer fondamentalement le tableau stratégique plus large?

Le Jerusalem Post a appris que le point de vue des services de renseignement israéliens est qu’en dépit d’une profonde incertitude quant à l’avenir, Cohen, le Mossad et d’autres appareils de défense ont réussi, compte tenu des paramètres du terrain de jeu. Une question clé connexe est la suivante: Israël et les États-Unis sont-ils pratiquement au même point qu’ils auraient été si l’administration Trump ne s’était jamais retirée de l’accord en mai 2018? Des sources diraient que la réponse est qu’Israël est en meilleure posture endroit que celle dans laquelle il pourrait être malgré des forces extrêmement complexes indépendantes de sa volonté. En outre, en dissension significative avec de nombreux analystes de l’Iran, certaines sources de renseignement et de défense israéliennes estiment que le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, est résolu à conclure un accord avec l’administration Biden pour améliorer la réputation du pays. Si cela est vrai, cela signifierait que le débat obsessionnel sur la nécessité de négociations rapides avec l’Iran n’est pas pertinent et que l’idée selon laquelle un accord doit être conclu avant l’élection prévue en juin 2021 d’un nouvel acteur issu des milieux les plus radicaux en tant que président iranien est erronée.

S’il est vrai que Khamenei a besoin d’un accord même après juin 2021, et si Israël peut convaincre l’administration Biden de ne pas se précipiter pour négocier un accord démontrant surtout sa faiblesse, cela colorera également la façon dont l’héritage de Cohen sera perçu. Il y a des inquiétudes importantes au sein de l’establishment de la défense sur le fait que l’administration Biden reviendrait à l’ancien accord nucléaire comme si rien n’avait changé en ce qui concerne l’image du renseignement.

Le Mossad considère que son défi consiste à présenter à l’administration Biden des preuves afin de l’amener à internaliser le nouveau renseignement qu’Israël a saisi sous le nez de l’Iran en janvier 2018, et que les responsables de l’ère Obama de 2015-2016 n’ont jamais pu voir.

Dans des reportages antérieurs, le Post a relevé des sources proches de Cohen discutant des premiers moments où il a donné ces nouveaux renseignements au secrétaire d’État américain Mike Pompeo et à la directrice de la CIA Gina Haspel en 2018. Cohen voudrait maintenant répéter ce moment avec de nouveaux responsables tels que le nouveau conseiller américain à la sécurité nationale Jake Sullivan et le nouveau secrétaire d’État américain Tony Blinken. C’est une chose pour ces responsables de dire que même s’ils savent qu’on ne peut pas faire confiance à l’Iran, les États-Unis peuvent toujours revenir à l’accord nucléaire de 2015 tant que l’AIEA vérifie la conformité (et peut-être sans combler toutes les failles qui préoccupent Israël). Mais le point de vue des nouveaux responsables de Biden changera-t-il, une fois qu’ils verront toutes les informations brutes sur les cinq armes nucléaires et les sites d’essais nucléaires souterrains déjà préparés? Vont-ils changer d’avis lorsqu’ils auront une vue d’ensemble des violations nucléaires iraniennes depuis 2018? C’est une chose d’entendre les reportages de cette semaine sur l’Iran enrichissant de l’uranium au niveau de 20%. Pourtant, c’est une toute autre chose d’obtenir les détails les plus précis sur la façon dont cela les rapproche d’une arme nucléaire, comme le Mossad le fournira.


Il convient également de noter à quel point il a été facile pour l’Iran de revenir à ce stade d’enrichissement, malgré l’accord sur le nucléaire. Soit dit en passant, bien que le passage de l’Iran à un enrichissement de 20% suscite une vive inquiétude, le ton de l’establishment du renseignement et de la défense n’a toujours pas atteint le niveau de nécessité de se préparer à une frappe préventive. Tous les yeux seront rivés sur l’Iran pour savoir s’il donne suite à une éventuelle menace en février de réduire la coopération avec les inspecteurs de l’AIEA, ce qui mettrait fin à la surveillance publique du programme nucléaire.

Les services de renseignement israéliens ne savent pas ce que les responsables de Biden décideront à l’avenir. Mais ils estiment qu’ils doivent utiliser leur chance pour essayer de convaincre l’administration entrante que tout nouvel accord doit être considérablement amélioré sur une variété de questions.

De façon INCONTOURNABLE, CE QUE Biden décide encadrera une grande partie de la façon dont l’héritage de Cohen est interprété. Mais Cohen et le Mossad ne choisissent pas non plus les dirigeants américains ou leur politique . Donc, examiner s’ils ont réussi doit commencer par l’examen de ce qu’ils ont fait en fonction de la liberté d’action qui leur a été donnée. En analysant la question, Cohen et le Mossad doivent d’abord se voir attribuer des points de crédit évidents. Cohen est reconnu officiellement pour avoir conçu et géré personnellement la saisie désormais mythique des dossiers nucléaires secrets de la République islamique en janvier 2018 dans la région de Shirobad, le cœur de Téhéran lui-même.

Selon des sources étrangères, que le Post a validées, le Mossad était également à l’origine de l’élimination ciblée du chef du programme nucléaire militaire iranien Mohsen Fakhrizadeh en novembre 2020, du sabotage de l’installation de centrifugeuse nucléaire avancée de l’Iran à Natanz en juillet 2020, et il a aidé les États-Unis à divers aspects du renseignement de l’exécution du major-général du CGRI, Qasem Soleimani, en janvier 2020.

Sans même se lancer dans l’élimination d’une variété de grands gourous du Hamas et d’autres gourous des armes et de la science au cours des cinq dernières années, à part peut-être Meir Dagan, aucun chef du Mossad n’a repoussé les ambitions nucléaires de Téhéran au même degré que Cohen. La puissance de ces opérations peut être divisée en deux vagues :

  • La première vague est venue de l’impact de la révélation par le Mossad en 2018 des secrets nucléaires de l’Iran, y compris le fait que l’Iran a continué en 2017 à essayer de cacher ses plans antérieurs pour la fabrication de cinq bombes nucléaires. Cela a renforcé le souhait de Trump de se retirer de l’accord nucléaire. Mais les ondulations ont continué après 2018. Lorsque l’AIEA a voté en juin 2020 pour condamner l’incapacité de l’Iran à clarifier diverses divergences, les informations qu’elle a utilisées pour affronter Téhéran provenaient pratiquement toutes de l’opération de Cohen. Le vote de l’AIEA était important non seulement comme la première fois depuis 2015 que l’organisation était prête à se heurter aux ayatollahs. Il a également permis au directeur général actuel de l’AIEA, Rafael Grossi, d’affirmer publiquement que tout retour à l’accord nucléaire nécessitera des mises à jour en raison de nouvelles violations nucléaires iraniennes.
  • La deuxième vague est venue en 2020 avec l’élimination de Soleimani, l’explosion de Natanz et avec un impact potentiel futur de l’exécution de Fakhrizadeh. À la suite de Soleimani et Natanz, entre janvier 2020 et décembre 2020, l’Iran s’est abstenu d’annoncer de nouvelles violations de l’accord nucléaire. En outre, des responsables du renseignement israéliens et des experts nucléaires ont déclaré au Post que l’explosion de Natanz en juillet avait retardé d’un à deux ans le développement avancé des centrifugeuses de la République islamique.En plus de la campagne de sanctions «pression maximale» et des menaces de force de Trump, y compris des bombardiers B-52 capables de transporter des 9armes nucléaires à proximité, ces mesures, jusqu’au mois dernier, semblaient mettre l’Iran sur la défensive. En ce qui concerne Fakhrizadeh, il a atteint la notoriété mondiale lors du célèbre discours de Netanyahu en avril 2018 sur les archives nucléaires. Mais le Mossad voulait le destituer du conseil d’administration depuis l’ère pré-2009 de l’ancien Premier ministre Ehud Olmert. Il dit que cela n’a jamais été approuvé. (Olmert, incidemment, conteste ce récit, mais ne veut pas discuter de la question en détail dans le dossier.)
  • Bien que peu d’entre nous en aient entendu parler, Fakhrizadeh a été remplacé par un haut commandant iranien nommé Farhi, issu du programme spatial, montrant son importance. Les responsables du renseignement israélien parlent d’une classe d’élite spéciale d’Iraniens qui gèrent le programme nucléaire militaire qui devait aller «de Fakhri à Farhi», de la même manière que les Juifs pourraient parfois parler de leadership juif allant du Moïse biblique au Moïse Maïmonide médiéval .Alors que «le nouveau Farhi» est en haute place, Cohen et le reste des services de renseignement israéliens considèrent toujours Fakhrizadeh comme irremplaçable, ce qui signifie que les dommages causés au programme nucléaire iranien se poursuivront au cours de la première année de l’administration Biden. Et ce, peu importe où mène la politique américaine. Tout cela est du côté positif de l’échelle.
  • Du côté négatif de l’échelle, Khamenei a eu ses propres contre-vagues. De mai 2019 à janvier 2020, l’Iran a commis diverses violations de l’accord nucléaire. Plus important encore, il a commencé à constituer son stock d’uranium enrichi à un point tel que – s’il était enrichi à des niveaux élevés et militarisés – il pourrait développer plusieurs armes nucléaires. Sa deuxième vague semblait être en réponse à la destruction de l’installation de Natanz et à l’exécution de Fakhrizadeh. En octobre 2020, la République islamique a commencé à construire un remplacement pour l’ancienne installation de Natanz, mais cette fois sous terre, ce qui rend l’attaque plus difficile. En décembre 2020, Khamenei a ordonné l’enrichissement d’uranium jusqu’à 20%, rapprochant le programme beaucoup plus du niveau auquel il pourrait être armé.
  • Après tout cela, nous revenons à la question à un million de dollars de savoir si Biden: 1) rejoindra l’accord nucléaire sans combler ce qu’Israël considère comme des lacunes dangereuses, 2) comblera certaines, mais pas toutes les failles ou 3) réalisera un nouveau traiter qui comble toutes les lacunes. Le Post comprend que des éléments des services de renseignement israéliens et de l’establishment de la défense craignent que l’administration Biden tente d’obtenir de nouvelles concessions limitées de l’Iran concernant la question des missiles à guidage de précision et ignore d’autres failles. On sait que Cohen ne veut pas que l’Iran utilise la question des missiles à guidage de précision comme excuse pour lui permettre de maintenir son programme nucléaire et ses actions hégémoniques et terroristes au Moyen-Orient. Selon ce point de vue, il y a encore un problème plus large, faisant que de nombreux responsables occidentaux bien intentionnés forgent la croyance erronée que l’Iran joue avec l’idée d’un programme d’armes nucléaires à des fins de dissuasion, mais peuvent être doucement éloignés de l’idée. Des sources de défense israéliennes affirment que la substance militaire et l’énorme investissement dans le programme montrent clairement que l’Iran cherche à posséder des armes nucléaires pour faire avancer ses ambitions idéologiques et hégémoniques. Dans cette optique, les sources de défense israéliennes disent qu’il n’y a que deux façons d’arrêter l’Iran. L’une coulerait de sources si le monde entier s’unissait, sans exception, et utilisait la coercition diplomatique et économique pour forcer Téhéran à mettre fin à son programme. La deuxième voie, disent-ils, consiste à utiliser la force contre les sites et capacités nucléaires militaires de l’Iran. C’est ainsi que le monde a mis fin aux menaces nucléaires de l’Irak et de la Libye. Ils citent la Corée du Nord comme exemple de pays dans l’isolement complet, à la fois en termes de sanctions et sur le plan diplomatique. Il est presque impossible de s’y rendre, et Cohen pense que les sanctions contre la Corée du Nord sont bien pires et que les pays les respectent plus que les sanctions contre l’Iran. L’Iran était obligé d’avouer les dimensions militaires passées de son programme nucléaire. L’ancien directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano, avait promis à Cohen, à l’époque où il était chef du conseil de sécurité nationale de Netanyahu, qu’il ferait suivre l’Iran sur ce modèle de coercition. Cela n’est jamais arrivé.
  • Compte tenu de ce contexte, et une fois que l’accord nucléaire n’a pas empêché l’Iran de progresser en construisant des missiles balistiques et des centrifugeuses avancées, ni n’a mis fin à son terrorisme dans la région, des sources ont déclaré que Cohen et Netanyahu pensaient qu’il ne restait plus d’autre choix que de combattre Téhéran avec force unilatéralement. Donc Cohen et Netanyahu ont décidé de faire exactement cela. Cohen estime que les opérations audacieuses entreprises par le Mossad contre l’Iran ont remplacé une longue période de plusieurs années à ne pas agir de manière suffisamment agressive. Le Post comprend qu’une des principales raisons pour lesquelles l’opération de saisie des archives nucléaires n’a eu lieu qu’en janvier 2018 était qu’il a fallu à Cohen et à son équipe du Mossad deux ans pour la planifier et la mener à bien. Des sources de renseignement ont été interrogées sur l’opinion de certains (y compris les anciens chefs du Mossad Tamir Pardo et Shabtai Shavit) selon laquelle la question de savoir comment empêcher l’Iran de devenir nucléaire après 2025 aurait dû être repoussée jusqu’à près de 2025, sans rompre l’accord en 2018. Le Post a appris que l’opinion était que tout respect par l’Iran de l’accord sur le nucléaire dans les premières années aurait été remplacé par un effritement secret et non secret des limites nucléaires bien avant 2025. Selon ce point de vue, un point clé était de savoir qui choisirait le moment du prochain bras-de-fer nucléaire et si Israël et l’Occident auraient un pouvoir de pression ou seraient toujours pris au piège par la peur de bouleverser les Iraniens.
  • Chaque mouvement contre l’Iran a été soigneusement calculé pour créer un levier pour la période critique où il y aurait un nouveau bras-de-fer. Certains ont fait la lumière sur les archives nucléaires parce qu’il s’agissait de documents sur le programme nucléaire des années 1990 à 2003.Cependant, Cohen et Netanyahu pensaient que les archives et les efforts continus de l’Iran pour les déplacer vers différents sites clandestins les avaient aidés à prouver à l’AIEA et à d’autres que les véritables intentions de Khamenei restaient de fabriquer une arme nucléaire. Amano n’a peut-être pas tenu parole envers Cohen, mais les renseignements obtenus des archives nucléaires sont exactement ce qui a permis à Grossi d’insister sur de nouvelles inspections à Turquzabad, Mariwan (également connu sous le nom d’Abadeh) et un autre site près de Téhéran, qui possédaient tous des installations nucléaires menant des activités illicites.
  • Le Mossad de Cohen a donc fait bien plus que simplement faire pression sur l’Iran pendant quelques années jusqu’à ce que Biden entre en scène. Malgré le récent bond de l’Iran vers un enrichissement de 20%, les opérations de son mandat limiteront la capacité de l’Iran à se transformer en bras armé nucléaire au moins aux premiers stades de l’administration Biden. Les nouveaux renseignements recueillis peuvent convaincre les nouveaux responsables de l’administration d’adopter des positions plus dures. Et si, au bout du compte, l’administration Biden conclut toujours un accord avec l’Iran qu’Israël n’aime pas, quelque chose qui échappe même au contrôle de Cohen, il aura toujours joué à fond pour protéger Israël, repoussant les limites en utilisant tous les outils à sa disposition.

jpost.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s