« L’accident » au centre de recherche militaire de Parchin était une frappe de drone

Publié par

 

Parchin est un site militaire sensible, où les services de sécurité occidentaux pensent que l’Iran a effectué des tests liés à des explosions de bombes nucléaires.

Si un ingénieur a trouvé la mort, la véritable cible était le commandant de l’armée de l’air et de l’espace des Gardiens de la révolution, responsable du programme de développement de missiles balistiques en Iran et de la production de « drones », le général de division Amir Ali Hajizadeh. Une explosion s’est produite sur le site nucléaire au sud-est de Téhéran.

Site de Parchin, Iran. (crédit photo : CAPTURE D'ÉCRAN GOOGLE EARTH)
Site de Parchin, Iran.
(crédit photo : CAPTURE D’ÉCRAN GOOGLE EARTH)

Un « accident » signalé au centre de recherche militaire de Parchin en Iran était en fait une attaque de drone, ont confié vendredi le New York Times, trois Iraniens au courant de l’attaque et un responsable américain.

Un ingénieur iranien a été tué et un autre employé a été blessé mercredi soir dans l’incident, au centre de recherche qui appartient officiellement au ministère iranien de la Défense.

L’attaque a été menée par des drones suicides quadricoptères, ont déclaré les sources iraniennes, qui ne sont pas autorisées à s’exprimer publiquement.

Situé à 60 km au sud-est de Téhéran, Parchin est un site militaire sensible abritant plusieurs unités industrielles et de recherche. C’est là que les services de renseignement occidentaux pensent que l’Iran a effectué des tests liés à des explosions de bombes nucléaires, il y a plus de dix ans.

Ehsan Ghadbeigi, un ingénieur en mécanique, a été identifié comme la personne tuée dans l’incident. Son collègue qui a été blessé a été transporté à l’hôpital pour être soigné pour ses blessures.

Des médias iraniens avaient précédemment rapporté qu’un « accident industriel » avait tué une personne et en avait blessé une autre dans une usine de la région de Parchin, citant une « source bien informée ».

 
Le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le général de division Hossein Salami, assiste à la cérémonie funéraire du colonel Sayad Khodai, membre du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran, à Téhéran, Iran, le 24 mai 2022 (crédit : MAJID ASGARIPOUR/ WANA (AGENCE DE PRESSE DE L'ASIE OCCIDENTALE) VIA REUTERS)Le commandant en chef du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), le général de division Hossein Salami, assiste à la cérémonie funéraire du colonel Sayad Khodayari, membre du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran, à Téhéran, Iran, le 24 mai 2022 (crédit : MAJID ASGARIPOUR/ WANA (AGENCE DE PRESSE DE L’ASIE OCCIDENTALE) VIA REUTERS)

Ce n’est pas la première explosion à frapper la région de Parchin. En juin 2020, une explosion a été signalée dans la zone que les responsables iraniens ont imputée à une fuite de gaz, bien que des rapports ultérieurs aient affirmé que l’explosion s’était, en fait, produite dans un complexe de production de missiles à Khojir, au nord de Parchin. Une autre explosion a été signalée à Parchin en 2014.

Jeudi après-midi, un important incendie s’est déclaré dans une usine d’injection de plastique dans le quartier de Téhéranpars à Téhéran, selon des informations iraniennes. Des vidéos et des photos de la scène auraient montré un gros nuage de fumée visible de loin.

 
 

Dernier d’une série d’explosions et d’incendies en Iran

Au cours des deux dernières années, une série d’explosions et d’incendies ont touché des sites industriels et militaires à travers l’Iran. Les responsables iraniens ont qualifié la plupart des cas d’incidents ou d’accidents, bien que certains rapports aient affirmé qu’au moins certains d’entre eux impliquaient un acte criminel. Les responsables iraniens ont imputé certains des incidents à Israël.

En mars, le Corps des gardiens de la révolution islamique a tiré 12 missiles depuis l’Iran vers ce qu’ils prétendaient être un site utilisé par le Mossad à Erbil, dans le nord-ouest de l’Irak. L’attaque aurait été menée en réponse à une frappe de drone israélien présumée sur une base de drones du CGRI à Mahidasht, dans l’ouest de l’Iran.

Un certain nombre d’explosions ont également été signalées sur les sites nucléaires de Natanz et de Karaj au cours des deux dernières années. Les responsables iraniens ont d’abord qualifié les incidents d’accidents, puis ont accusé Israël d’être responsable des explosions.

Les pourparlers sur le nucléaire restent au point mort

L’incident de Parchin survient alors que les pourparlers pour revenir à l’accord nucléaire JCPOA de 2015 sont au point mort ces dernières semaines. Rob Malley, le représentant spécial de l’administration Biden en Iran, a déclaré mercredi que les perspectives de parvenir à un accord nucléaire avec l’Iran « sont au mieux ténues ».

En réponse à une question sur les commentaires de Malley, le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a déclaré jeudi au Forum économique mondial de Davos que les messages que l’Iran reçoit des États-Unis en privé sont « un peu différents » des messages exprimés publiquement.

Amir-Abdollahian a ajouté que les pourparlers étaient au point mort parce que Téhéran n’était pas convaincu que les États-Unis ne relâcheraient pas les restrictions économiques imposées à l’Iran. Il a souligné que la discussion concernant la désignation du CGRI comme terroriste ne représente qu’une petite partie des pourparlers.

« Cette affaire FTO (classement sur la liste des groupes terroristes de États-Unis)- la partie israélienne l’a rendue publique, l’a amplifiée et maintenant cette question est présentée comme le principal obstacle », a déclaré le ministre des Affaires étrangères, se référant à la liste des organisations terroristes étrangères américaines.

Le ministre des Affaires étrangères a ajouté que si l’Iran avait récemment mis une nouvelle initiative sur la table, il estime que « [le président américain] Joe Biden fait face à une sorte d’inaction. J’espère que la partie américaine agira et se comportera de manière réaliste… Nous sommes très sérieux pour parvenir à un accord solide, bon et durable, et nous y sommes attachés. Notre programme nucléaire est totalement pacifique. C’est la partie américaine qui doit prendre la décision.

Amir-Abdollahian a souligné que l’Iran estime que la « politique de pression maximale » de l’ancien président Donald Trump est toujours utilisée, et que si la République islamique laisse la fenêtre de la diplomatie ouverte, elle estime que « les intérêts nationaux des États-Unis ont été pris en otage » par les sionistes. » 

Un colonel du CGRI assassiné a dirigé les efforts pour assassiner les opposants à l’Iran

L’explosion à Parchin survient également quelques jours seulement après l’ exécution à Téhéran d’un membre de la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique impliqué dans la planification d’attaques contre des Juifs et des Israéliens dans le monde entier, le colonel Hassan Sayad Khodayari. 

Selon l’IRGC, Khodayari opérait en Syrie. Le Wall Street Journal a rapporté jeudi que le colonel prévoyait des enlèvements et des meurtres dans le cadre de l’Unité 840 de la Force Qods . Il a recruté des agents dans le monde entier, y compris en Colombie, au Ghana, au Kenya, en Inde et à Chypre, et visait à nuire à la fois aux Israéliens et aux autres étrangers considérés comme hostiles par l’Iran.

Le rapport du WSJ, citant « des personnes proches du dossier », a déclaré que Khodayari était impliqué dans le complot raté visant à tuer des hommes d’affaires israéliens, dont Uri Sagi à Chypre l’année dernière. Il a également tenté de cibler un général américain en Allemagne, un diplomate israélien en Turquie et l’écrivain français Bernard-Henri Lévy. En avril, Israël a diffusé une vidéo montrant des agents du Mossad interrogeant, en Iran même, un responsable du CGRI nommé Mansour Rasouli, qui a admis être impliqué dans les tentatives d’assassinat des trois hommes.

L’exécution, qui s’est produite dimanche, a été attribué à Israël dans un rapport du New York Times il y a deux jours. Les personnalités de la défense israélienne ont exprimé leur surprise face à la publication de la revendication de responsabilité, car Israël et les États-Unis entretiennent une relation de renseignement étroite, dans le cadre de laquelle un article comme celui-ci n’aurait pas dû atteindre la presse, ont-ils affirmé, selon les médias israéliens. 

Reuters a contribué à ce reportage.

Un commentaire

Laisser un commentaire