Bennett : stoppez immédiatement ce jeu de dupes avec l’Iran!

Publié par

Bennett appelle les puissances mondiales à suspendre “immédiatement” les négociations sur le nucléaire iranien

Plus de Houtzpah que Bibi soi-même, face aux couards Munichois de Vienne et Mère Teresa à la Maison Blanche?

Bennett a appelé les puissances mondiales à arrêter les pourparlers nucléaires avec l’Iran après un rapport de l’AIEA selon lequel l’Iran enrichissait 20 % d’uranium à Fordow.

Par LAHAV HARKOV , TZVI JOFFRE  Mise à jour : 2 DÉCEMBRE 2021 12:43

 Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure (SEAE) Enrique Mora et le négociateur en chef iranien sur le nucléaire Ali Bagheri Kani attendent le début d'une réunion de la commission mixte du JCPOA à Vienne, en Autriche, le 29 novembre 2021. (Crédit photo : EU DELEGATION À VIENNE / DOCUMENT VIA REUTERS)

Le secrétaire général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) Enrique Mora et le négociateur en chef iranien sur le nucléaire Ali Bagheri Kani attendent le début d’une réunion de la commission conjointe du JCPOA à Vienne, en Autriche, le 29 novembre 2021.(Crédit photo : DÉLÉGATION DE L’UE À VIENNE / DOCUMENT VIA REUTERS)

Le Premier ministre Naftali Bennett s’est entretenu jeudi avec le secrétaire d’État Antony Blinken au sujet des pourparlers nucléaires en cours entre l’Iran et les puissances mondiales à Vienne, appelant les puissances mondiales à arrêter immédiatement les pourparlers.

Bennett a souligné que l’Iran menait un “chantage nucléaire” comme tactique de négociation et a appelé les puissances mondiales à arrêter immédiatement les pourparlers et à prendre des mesures strictes contre l’Iran.

Mercredi, l’Agence internationale de l’énergie atomique a annoncé que l’Iran avait commencé le processus d’enrichissement de l’uranium à 20% de pureté avec des centrifugeuses avancées dans son installation de Fordow, qui est enterrée à l’intérieur d’une montagne.

L’Iran a alimenté sa matière première d’hexafluorure d’uranium enrichie jusqu’à 5 % dans une cascade, ou un groupe de 166 centrifugeuses IR-6 à Fordow pour l’enrichir davantage jusqu’à 20 %, a déclaré l’AIEA.

La conversation avec Blinken a été longue et difficile, et portait à environ 90 % sur l’Iran, a déclaré un responsable israélien.

RASSEMBLEMENT CONTRE l'accord nucléaire iranien sur la colline du Capitole à Washington, 2015. (Crédit : JONATHAN ERNST / REUTERS)RASSEMBLEMENT CONTRE l’accord nucléaire iranien sur la colline du Capitole à Washington, 2015. (Crédit : JONATHAN ERNST / REUTERS)

“Le Premier ministre a évoqué les violations continues et provocatrices de l’Iran dans le domaine nucléaire qui se produisent en même temps que les négociations“, a souligné la source. “La réponse n’est pas de céder à l’extorsion mais plutôt de faire payer aux Iraniens le prix immédiat de leur chantage.”

Bennett a exprimé son opposition à la levée des sanctions de l’Iran, notamment dans le cadre d’un accord intérimaire, qui permettrait un afflux massif de fonds vers le régime de Téhéran.

Israël s’oppose au JCPOA parce qu’il a insuffisamment limité l’enrichissement d’uranium de l’Iran et, en fait, légitime un nouvel enrichissement après l’expiration de l’accord, ce qui ouvre la voie à une éventuelle bombe nucléaire. De plus, le JCPOA n’a pas abordé les autres actions malveillantes de l’Iran dans la région.

Mais pire à quoi pourrait conduire le JCPOA, selon les responsables israéliens, serait un accord intérimaire qui limiterait à peine le programme nucléaire iranien. L’Iran a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne négocierait qu’une fois levées toutes les sanctions américaines post-JCPOA et non le principe du droit d’accès au nucléaire.

En tant que tel, Jérusalem est de plus en plus préoccupée par le fait que les États-Unis envisagent un tel accord, que certains diplomates ont qualifié de « moins pour moins », pour que les États-Unis lèvent certaines sanctions en échange du gel de l’Iran – et non du démantèlement – de son programme nucléaire, qui a avancé bien au-delà des restrictions du JCPOA.

Mercredi également, l’agence de presse Tasnim, affiliée au Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), a rapporté que les parties européennes aux pourparlers de Vienne ont appelé à la fin immédiate du cycle de pourparlers en cours, tandis que l’équipe iranienne “préfère poursuivre les pourparlers aussi longtemps que nécessaire.”

Haaretz a rapporté mercredi que les responsables de l’administration Biden avaient déclaré que la série de pourparlers en cours se terminerait jeudi ou vendredi.

Dans cette veine, un diplomate iranien a déclaré mercredi que son équipe ne travaillerait pas dans des « délais artificiels » dans le cadre de ces pourparlers nucléaires alors même que les Européens ont fait pression pour que la République islamique démontre son sérieux dans les prochains jours.

L’Iran, “se tient prêt à poursuivre des pourparlers intensifs aussi longtemps que nécessaire, [mais] il ne sera pas prêt à sacrifier ses exigences de principe et les droits de la nation iranienne pour n’obtenir que de simples délais ou des calendriers artificiels”, a déclaré à l’Iran une source de l’équipe de négociation iranienne aux médias d’Etat Press TV, mercredi.

« La République islamique est venue à Vienne avec le plus grand sérieux et négocie avec des demandes et des propositions transparentes », a déclaré la source.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a tweeté mercredi soir que les pourparlers à Vienne « se déroulaient avec sérieux », la levée des sanctions étant la priorité fondamentale. Le ministre des Affaires étrangères a souligné qu’un “bon accord” était à portée de main “si l’Occident fait preuve de bonne volonté”.

Les médias iraniens ont rapporté jeudi que la délégation iranienne à Vienne avait présenté aux puissances mondiales deux documents exposant le point de vue de l’Iran concernant la levée des sanctions et les questions nucléaires mercredi soir, malgré les déclarations antérieures de responsables iraniens niant que les questions nucléaires seraient discutées dans ce cycle de pourparlers et ne porterait que sur la levée des sanctions.

Selon l’agence de presse Fars, le principal négociateur iranien sur le nucléaire, Ali Bagheri Kani, a déclaré que l’autre partie devrait revoir les documents et se préparer à des pourparlers et des négociations sur la base des textes.

Les rapports ne mentionnaient pas ce que les deux documents indiquaient concernant les positions de l’Iran.

L’Iran et les puissances mondiales se sont réunis à Vienne lundi pour négocier un retour au respect du JCPOA pour la première fois en plus de cinq mois, par des discussions sur la levée des sanctions américaines mardi et sur la réunion d’un groupe de travail sur les questions nucléaires mercredi.

Les équipes américaine et iranienne étaient dans des salles séparées au Palais Coburg, car l’Iran refuse de négocier directement avec les États-Unis.

Le Cabinet de sécurité doit se réunir dimanche après-midi en pleines inquiétudes d’Israël concernant les pourparlers à Vienne. Les responsables israéliens ont averti que les discussions avec l’Iran stagnent alors qu’il continue de faire avancer son programme nucléaire, appelant à une action plus forte pour dissuader l’Iran.

En novembre, l’Institut pour la science et la sécurité internationale (ISIS) a signalé que l’Iran possédait suffisamment d’hexafluorure d’uranium enrichi (UF6) sous la forme de près de 20 % et 60 % d’uranium enrichi pour produire suffisamment d’uranium de qualité militaire pour une arme nucléaire en aussi peu de temps que trois semaines. En seulement deux mois de plus, l’Iran pourrait produire suffisamment d’uranium de qualité militaire pour produire une deuxième arme.

Lahav Harkov a contribué à ce reportage.

jpost.com/

Bennett appelle les puissances mondiales à suspendre “immédiatement” les négociations sur le nucléaire iranien

Un commentaire

Laisser un commentaire