COP26 : l’avenir du développement durable, avec Israël start-up Nation en copilote?

Publié par

Cop 26 : Bennett veut-il faire reculer le désert de BDS à coup d’innovation et de miel?

Bennett appelle les innovateurs israéliens à lutter contre le changement climatique : « Vous pouvez aider à sauver la planète »

 

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett s’adressant à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Glasgow, en Écosse, le 1er novembre 2021. Photo : Haim Zach / GPO

Israël était pionnière dans le domaine des voitures électriques, l’énergie solaire, etc.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a appelé lundi les entrepreneurs israéliens et leurs collègues du monde entier à utiliser leurs talents pour lutter contre le changement climatique, dans son discours devant la conférence de l’ONU COP26 sur le changement climatique qui se tient actuellement à Glasgow.

 

« Israël est au début d’une révolution sur le changement climatique », a déclaré Bennett aux dirigeants et dignitaires réunis. « Pour la première fois, Israël s’est engagé à réduire les émissions de gaz à effet de serre à zéro net d’ici 2050 (jugé trop lointain par les groupes de défense). Et nous éliminerons progressivement l’utilisation du charbon d’ici 2025.

 

“Nous faisons des progrès, mais soyons réalistes”, a-t-il déclaré. « Israël est un petit pays, nous avons moins d’un tiers de la taille de l’Écosse. Ainsi, notre empreinte carbone est peut-être faible, mais notre impact sur le changement climatique peut être puissant. »

La Start-Up Nation s’est développée grâce… à son environnement hostile

« Si nous voulons déplacer l’aiguille, nous devons contribuer à la source d’énergie la plus précieuse d’Israël : l’énergie et la matière grise de notre peuple », a affirmé Bennett. « C’est ce qui alimente notre innovation et notre ingéniosité. C’est là qu’Israël peut faire une réelle différence.

Il a noté le statut d’Israël en tant que pays avec le plus de startups par habitant, et le besoin de nouvelles inventions et technologies « qui n’ont même pas encore été imaginées ».

« Et c’est pourquoi j’appelle nos entrepreneurs, nos innovateurs en Israël et dans le monde : vous pouvez changer la donne. Vous pouvez aider à sauver la planète », a poursuivi Bennett. « Au lieu de créer une autre application Internet survoltée, pourquoi ne lancez-vous pas des startups qui aideront à résoudre cette menace mondiale ?

À titre d’exemple de ce que le gouvernement peut faire pour aider, Bennett a déclaré qu’il avait mis en place un nouveau groupe de travail, surnommé la « Green Sandbox » (Bac à Sable Vert), qui « fournira des fonds pour aider les entrepreneurs et s’assurer que leur cheminement n’est pas entravé par des complications bureaucratiques ».

La résilience de demain face au climat

“Alors que nous travaillons pour assurer la sécurité des personnes aujourd’hui, nous travaillerons également pour la résilience de demain, où nos enfants respireront un air plus pur, boiront de l’eau plus propre et vivront dans un monde qui traite la planète mieux que nous”, a-t-il déclaré. .

« Israël peut devenir la nation de l’innovation climatique et nous sommes prêts à ouvrir la voie. »

Et les féroces partis “Verts”-islamogauchistes d’Occident?

Le sous-dossier que n’a pas ouvert Bennett concerne la masse considérable de mouvements “Verts” et de gauche, surinvestis dans l’antisionisme.

Même en étant leader mondial de l’innovation écologique, peut-on croire que ces groupements, fanatisés par la conférence de Durban, iraient jusqu’à abandonner leurs vieilles lunes? Pourraient-ils, tout simplement, commencer à croire dans les bienfaits de la coexistence prônée par le symposium de la “Paix vers la Prospérité”, selon Jared Kushner, à Manama, au Bahrein, fin juin 2019?

TOPSHOT – From left: Regional election candidate for the presidency of the Ile-de-France region Audrey Pulvar (PS, socialist), EELV (Europe Ecology – The Greens) National Secretary and regional election candidate for the presidency of the Ile-de-France region Julien Bayou, and Regional election candidate for the presidency of the Ile-de-France region Clementine Autain (LFI), pump fists the day after the first round of France’s Regionales Elections, before moving together on the theme of ‘thermal renovation in the presence of Alliance Citoyenne’ in Aubervilliers on June 21, 2021. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

-Nous dirons, plus prosaïquement, que la Start-up Nation, se lançant ce nouveau défi, comme durant la Covid, d’être demain à la pointe du combat climatique, pourra faire la démonstration de ses initiatives dans le domaine. Mais elle devra se passer de l’avis et de l’approbation de ses éternels détracteurs, qui n’attendent que sa destruction, à coups de missiles du Hamas ou demain, de bombes atomiques iraniennes-

 

La question éthique dans la médecine de guerre, moquée comme un paravent

Il est certain que les réalisations d’Israël, dans le domaine médical, climatique ou humanitaire, quand, par exemple, Jérusalem envoie ses meilleurs spécialistes après un effondrement catastrophique d’immeuble en Floride, ou sauve des femmes enceintes sous les décombres d’un tremblement de terre en Haïti, les efforts de ses hommes de bien sont très vite oubliés et passés sous silence. Ce que les médias et la meute verte de rage antisioniste retiennent, ce sont les images photoshopées de Syire et injustement attribuées aux “méfaits de Tsahal”, les rapports tronqués de Goldstone sur Gaza ou encore les mensonges de ces soi-disant “ONG” affiliées au FPLP auprès de la CPI, que les Occidentaux et la Commission des “Droits de l’Homme” de l’ONU refusent d’appeler par leur nom : celui de relais du terrorisme.

Israeli Home Front Command soldiers take part in a defence drill simulating a building collapse in the northern Israeli city of Tzfat, September 7, 2020. Photo by David Cohen/Flash90 *** Local Caption *** פיקוד העורף תרגיל בניין חילוץ צפת

Ces députés “verts” qui appellent au meurtre politique des Juifs de France et d’ailleurs

C’est par ce débordement du trop-plein de diabolisation de ces officines que cet « antisionisme », rapidement, atteint les communautés juives, là où elles se trouvent, en tant « qu’ambassades » de Jérusalem.

 

C’est d’ailleurs ce que dit clairement le représentant d’Ecologie-Les Verts, Pierre Minnaert[1] auprès du Parti des Verts européens, en France, lorsqu’il ne trouve rien de mieux pour justifier les attaques de Synagogues (La Roquette, Sarcelles, Garges… neuf au total durant ce seul été), au milieu de l’été 2014, en pleine période de 14 Juillet.

L’angle médico-légal (“Affaires” dites de trafic  d’organes – l’article de Boström dans le journal Aftonbladet en- 2009, par exemple) est d’autant plus intéressant et efficace qu’il s’en prend à des professions liées par serment à un droit élémentaire : être soigné et sauvé[2], parce que l’humain est unique… et dual (l’acte moral comme souci de l’autre[3]).

C’est parce qu’il est Juif que le médecin, présumé aliéné à son groupe, aurait (ou pourrait potentiellement avoir) « naturellement » des comportements malveillants envers son prochain (lire : le non-Juif). L’identité nationale-religieuse tient lieu d’indice de « preuve » de perversions ethnicides mythifiées et de bien-fondé du préjugé antisémite « traditionnel ».

La perrenité de l’éthique juive, huile essentielle du Sionisme

Or, le Judaïsme, législation en actes[4], est une des sources de l’éthique[5]. C’est la théologie qui a, peut-être, le plus conçu et pratiqué la relation à l’autre[6], à travers le prisme de la séparation. Ce sont l’altérité, les cadres définissant le droit et la nation, qui sont essentiellement en jeu, dans la diabolisation. Elle nie en principe tout bienfait que le peuple juif est en mesure d’apporter, puisqu’il discerne et, donc, (se) différencie. Au bout du compte, il n’y a plus place que pour l’amour du même (le clonage, la confusion et le totalitarisme). Ce à quoi aspirent ces idéologies faussement universalistes et vraiment antijuives par horreur de la singularité…

Par Marc Brzustowski

Notes :

[1]http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2014/07/13/25005-20140713ARTFIG00164-un-ecologiste-justifie-les-attaques-de-synagogues-et-s-attire-les-foudres-de-son-parti.php

[2] Seul cas, jurisprudentiel par excellence, qui autorise à enfreindre le Shabbat.

[3] Emmanuel Lévinas : Le Temps et l’Autre, Montpellier, Fata Morgana, 1980 – PUF, 2011

[4] Raphaël Draï : La Thora. La législation de Dieu, Michalon, 2000

[5] Raphaël Draï : La pensée juive. Exégèse et épistémologie, PUF, 1996

[6] Vayikra, 18, 19, Qedochim : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ! ». Le Lévitique est, souvent, en proie aux thèses « justificatrices » de l’Antisémitisme, autour des notions de « pur » et « d’impur » (la mort). Autre cible récurrente : Josué (« sauve » en hébreu), pour la conquête de Canaan (taxée de « purification ethnique », on s’en souvient, par l’Abbé Pierre).

————————————————————————————————

2ème Partie :

La conférence sur le climat froid et coloré –

Il est difficile d’amener les pays en développement à se soucier de l’énergie propre alors qu’ils n’ont même pas assez d’énergie pour fournir de l’électricité à tous leurs résidents.

 Les délégués siègent lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 1er novembre 2021. (Crédit photo : REUTERS/YVES HERMAN)

Les délégués siègent lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 1er novembre 2021.(crédit photo : REUTERS/YVES HERMAN)Publicité

La Cop 26 : combien de Boeing et de carburant à destination?

GLASGOW – La file d’attente pour entrer à la Conférence des Nations Unies sur le climat a commencé bien avant que “l’Armadillo” (tatou), le surnom du Scottish Event Campus, en raison de sa ressemblance avec la carapace de l’animal, ne soit visible.

Avec les contrôles de sécurité et d’identification habituels lors de toute conférence, ainsi que le fait de devoir montrer que nous avons enregistré des résultats de test rapide COVID-19 négatifs sur le site Web du Service de Santé Publique (National Health Service) du Royaume-Uni, des dizaines de milliers de participants ont créé un goulot d’étranglement à l’extérieur. Ils faisaient la queue, comme diraient les habitants, par un temps que les Israéliens considéreraient comme assez hivernal, avec un vent glacial soufflant de la rivière Clyde. Heureusement, il y avait un homme en kilt debout sur une caisse à savon, avec un haut-parleur jouant la « Marche impériale (thème de Dark Vador) », pour nous divertir.

Star Wars: Darth Vader Montage - The Imperial March

Climat : l’Empire contre-attaque

Ad: (4)”Nous sommes si fiers d’accueillir nos maîtres impériaux internationaux“, a crié l’homme avec un accent écossais dans un microphone grinçant. « Tous les financements que nous avons investis là-dedans. Quelle façon utile de dépenser l’argent des contribuables !

L’attente de près d’une heure et demie nous a donné amplement le temps de considérer à quel point la conférence, destinée à protéger l’environnement, le polluait réellement, avec 400 jets privés qui auraient participé.

 Une image de la Terre est projetée sur le lieu du sommet de la COP26 à Glasgow, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 1er novembre 2021. (Crédit : REUTERS/HANNAH MCKAY)Une image de la Terre est projetée sur le lieu du sommet de la COP26 à Glasgow, en Écosse, en Grande-Bretagne, le 1er novembre 2021. (Crédit : REUTERS/HANNAH MCKAY)La délégation israélienne avait également son propre avion et est restée à Édimbourg, prenant des bus non électriques pendant plus d’une heure pour se rendre à la conférence.

Finalement, la délégation de presse israélienne est entrée dans le centre de conférence, prête à se mêler et à explorer. Une fois à l’intérieur, sans manteaux, la foule qui s’était alignée pour entrer pouvait être vue et entendue dans toute sa splendeur internationale diversifiée.

La Tour de Babel de l’écologie

Il semblait que toutes les langues du monde étaient parlées à la COP26, comme s’appelle la conférence sur le climat.

Bien que la plupart des participants portaient des vêtements de travail occidentaux, il y avait de nombreux exemples de vêtements traditionnels du monde entier. Il y avait des membres de tribus indigènes d’Amérique du Sud en chemises tissées, des hommes saoudiens en keffieh, des femmes coréennes en robes pastel, des hommes et des femmes africains portant des imprimés colorés et des femmes indonésiennes portant des coiffes à plumes.

Des pays comme la Turquie, le Maroc, la Thaïlande et d’autres ont conçu leurs pavillons pour refléter leurs styles architecturaux locaux. Une zone panafricaine comportait une hutte de paille ; à l’intérieur, un homme en costume était assis en train de taper sur son ordinateur portable.Certains des pavillons avaient des programmes d’événements, avec des tables rondes mettant en vedette des experts du climat et de l’environnement de leurs pays, mais les passants ne pouvaient pas les entendre ; quiconque voulait écouter un panel devait utiliser un casque pour que les discussions n’ajoutent pas à la cacophonie dans la salle de conférence.

Le Qatar commercialise sa coupe du Monde

CERTAINS PAYS ne semblaient pas tout à fait comprendre le sujet de la conférence et faisaient la promotion du tourisme.

Le Qatar était l’un d’entre eux, avec des maquettes des différents stades de football qui seront utilisés lors de la Coupe du monde de l’année prochaine occupant une grande partie de leur pavillon.00 0Ils avaient également un petit stand noir pour les « Débats de Doha », où les participants à la conférence peuvent participer à des discussions avec des personnes qui se sont présentées via une liaison vidéo sur un grand écran.

À un moment donné, deux femmes de Gaza, Farah et Saly, ont participé.

Curieux de savoir à quoi ressemble l’activisme climatique – ou n’importe quel activisme, vraiment – sous le régime du Hamas, j’ai demandé ce qu’ils essayaient de faire pour l’environnement et pour atténuer le changement climatique. « Nous avons quelques activités, mais nous sommes limités parce que nous n’avons pas de financement et, vous savez, la situation de l’occupation… », a déclaré l’un d’eux. Lorsqu’on les a poussés plus loin dans la discussion, ils ont répété que l’environnement n’était pas une priorité, car ils avaient de plus gros problèmes. Mettant de côté l’absurdité qu’Israël est le grand problème environnemental, lorsque les eaux usées non traitées de Gaza sont déversées dans la Méditerranée, entre autres maux ; la réponse des femmes met en évidence un gros problème avec la conférence et ses objectifs.

Les eaux usées de Gaza découlent… de “l’Occupation”

Il est difficile d’amener les pays en développement à se soucier de l’énergie propre alors qu’ils n’ont même pas assez d’énergie pour fournir de l’électricité à tous leurs résidents.

Mais même les pays pauvres avec des pavillons ont essayé de donner une tournure positive à la procédure, en se concentrant sur les efforts pour conserver la belle nature ou sauver les espèces menacées dans leurs pays.

Lorsque les discours des dirigeants mondiaux ont commencé, seuls les VIP avaient accès à la salle, tellement de gens se sont mêlés aux stands comme si de rien n’était.

Les journalistes se sont réunis dans une salle de presse pouvant accueillir des centaines de personnes pour écrire ou diffuser. Plusieurs se sont réunis autour d’un écran de télévision où ont été diffusés les discours du président américain Joe Biden et du président français Emmanuel Macron.

Le scandale de l’abandon à son fauteuil de la Ministre de l’énergie Karine Elharrar

Personne n’a soutenu le discours du Premier ministre Naftali Bennett à la télévision ; la délégation de presse israélienne a reçu le texte à l’avance et regardé sur leurs propres appareils électroniques.

FILE PHOTO: Karine Elharrar, Orna Barbivai and Meir Cohen from the Yesh Atid party arrive for consultations on the formation of a coalition government, at the President’s residence in Jerusalem April 5, 2021. REUTERS/Amir Cohen/File Photo

La journée s’est terminée avec la nouvelle que la ministre de l’Énergie, en fauteuil roulant, Karin Elharrar, n’avait même pas pu participer à la conférence.Le climat était la cause du jour, et il semblait que les organisateurs ne pouvaient pas se donner la peine de rendre leur événement accessible à des personnes ayant des besoins différents. Cela a gâché la façon dont les festivités ont été perçues par de nombreux membres de la délégation israélienne.

.jpost.com/

Laisser un commentaire