Gantz : six « ONG » du FPLP sont des organisations terroristes

Publié par

… Quoiqu’en pense Washington, le ministre Gantz a annoncé: Six « ONG appartenant au « Front populaire » sont des organisations terroristes 

Ces organisations ont opéré sous le couvert d' »organisations de la société civile », mais en pratique, appartiennent à la direction de l’organisation, dont le but est de détruire Israël tout en commettant des actes terroristes. •

Ministre de la Défense : « J’appelle les nations et les organisations du monde à aider à combattre » également ces organisations impliquées dans le meurtre de la jeune défunte de 17 ans, Rina Shnerb, le 23 août 2O19. Les Etats-Unis de Biden et Blinken exigent hypocritement des comptes à Jérusalem. Washington se plaint notamment, de « ne pas avoir été prévenu à l’avance » (!). Comme si le FPLP prévenait ses victimes… 

 

 

Le Ministre de la Défense Ganz , Photo : Oren Ben Hakon

Suite à une opération conjointe du Service général de sécurité et du Siège national de la guerre économique contre le terrorisme, le ministre de la Défense Benny Gantz a signé hier (jeudi 21 octobre) un arrêté déclarant six organisations appartenant directement au Front populaire de libération de la Palestine en Judée-Samarie comme des terroristes organisations.

Un communiqué publié par le ministère de la Défense a indiqué que les noms des organisations sont : le Comité des femmes, l’Institut juridique Addameer, l’Institut de recherche Bissan, l’organisation Alhak, le Mouvement mondial pour la protection de l’enfance – Branche Palestine (DCI-P) et le Comité d’Activités Agricoles (UAWC). Il a en outre été précisé que ces organisations font partie d’un réseau d’organisations opérant sous le couvert de l’arène internationale au nom du Front populaire, afin de soutenir ses activités et de faire avancer ses objectifs.

Le ministère des Affaires étrangères a informé les principaux pays européens avant la publication officielle, jeudi 21 au matin, concernant cette liste des organisations parrainées par le Front populaire. On estime qu’il s’agit de pays qui ont contribué financièrement à ces organisations dans le passé.

Le ministre de la Défense Ganz a commenté la déclaration et a déclaré que « les organisations de sécurité continueront d’agir et d’intensifier les dommages causés au terrorisme et à l’infrastructure terroriste partout et par tous les moyensJ’appelle les pays et les organisations du monde à aider dans ce combat et à éviter tout contact avec les entreprises et les organisations qui fournissent les matériaux combustibles au terrorisme.« .

Des partisans du « Front populaire » à Hébron, Photo : AFP

Ces organisations opéraient sous le couvert d’« organisations de la société civile », mais en pratique appartiennent et forment un bras de la direction de l’organisation, dont le but est de détruire Israël tout en commettant des actes terroristes. Les organisations déclarées sont contrôlées par des membres supérieurs du Front populaire de libération de la Palestine et emploient de nombreux djihadistes à des postes de terrain et de direction, y compris des agents impliqués dans des activités terroristes.

Ces organes servent de couverture pour la promotion et le financement des activités de l’Organisation du Front populaire, conformément aux directives du siège de l’organisation. Celle-ci préfère que ces actvités ne soient pas attribuées à l’organisation pour des raisons de sécurité liées à la crainte de mesures coercitives prises par les organes de sécurité en Israël et dans le monde.

En termes de financement, ces organisations, qui sont combattues par Tsahal, constituent une source majeure de financement des activités de l’organisation dans son ensemble et jouent un rôle important dans le renforcement du pouvoir et l’autonomisation de l’organisation terroriste. Ces fonds ont été utilisés par le FPLP pour payer les familles des prisonniers de sécurité et des « martyrs », les salaires des terroristes, le recrutement des djihadistes, la promotion et l’intensification des activités terroristes, la promotion de l’activité du Front populaire à Jérusalem et la diffusion de messages et de l’idéologie de l’organisation.

NGO Monitor s’est référée aux déclarations des organisations appartenant au FPLP en tant qu’organisations terroristes et a déclaré que « la liste comprend six organisations sur lesquelles nousenquêtons depuis 2016, et cela renforce nos affirmations selon lesquelles l’argent européen a été versé à des organisations qu’on présume être de défense des droits de l’homme, mais qui, en fait, sont liées au mouvement du Front Populaire de libération de la Palestine. Entre 2014 et 2021, une dizaine de gouvernements ont transféré plus de 200 millions d’euros à ces organisations. Des dizaines de membres supérieurs des mêmes organisations sont liés à l’organisation terroriste de diverses manières, dont certains ont même été impliqués dans le meurtre de la Jeune adolescente Rina Shnerb. Cependant, les gouvernements donateurs ont ignoré les conclusions de cette enquête approfondie pendant des années. »

Feu Rina Shnerb.

Dans le même temps, l’Insti/tut6 NGO Monitor a fourni des détails supplémentaires sur les principales organisations désignées dans cce communiqué de Gantz :

Adameer  : Parrainé par l’Irlande, la Norvège, l’Espagne, la Suisse et l’Allemagne, il mène des campagnes pour libérer les terroristes ayant du sang sur les mains. On sait qu/’environ sept membres dirigeants de l’organisation sont associés à l’organisation terroriste du FPLP.

L’ organisation DCI-P , financée par l’Union européenne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique et les Nations Unies, mène la campagne pour accuser Israël d’abuser des détenus palestiniens, tout en ignorant leur implication dans le terrorisme. CitiBank et ArabBank, ainsi que la plate-forme GlobalGiving ont interrompu leurs services à l’organisation, affirmant que « ces banques ne fournissent plus de services bancaires aux organisations non gouvernementales liées au terrorisme« . En outre, l’organisation a rédigé et aidé à la promotion de trois projets de loi proposés au Congrès américain par la représentante antisioniste Betty McCollum, appelant au refus de tou/te assistance sécuritaire à Israël.

Organisation Al-Haq – financée par l’Union européenne, la Norvège, l’Irlande, la France, l’Italie et l’Espagne. A signé la plainte officielle contre Israël devant la Cour pénale internationale et coordonné de nombreuses campagnes pour provoquer le désinvestissement des entreprises israéliennes. Dès 2008, la Haute Cour a jugé que le directeur général de l’organisation était activement associé à lentreprise terroriste du FPLP.

Unification des comités du travail agricole – financée par la France, les Pays-Bas, l’Espagne, la Norvège, l’Allemagne et l’ONU et responsable de la mise en œuvre de la prise de contrôle palestinienne de la zone C, légalement sous la juridction d’Israël. Deux membres de haut rang de l’organisation ont été arrêtés car soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat de Rina Shnerb.

Les familles endeuillées saluent

En réponse à ce communiqué officiel, la famille Shnerb a publié une référence à l’interdiction de plusieurs organisations associées au Front populaire, l’organisation terroriste meurtrière responsable de l’assassinat de feu Rina Shnerb et des blessures causées au rabbin Eitan et à Dvir Shnerb :  » Ces groupements appartiennent à l’organisation terroriste du Front populaire, en tant qu’organisations terroristes. Pendant de nombreuses années, ces organisations se sont présentées à tort comme des « organisations de défense des droits de l’homme » et ont reçu des financements étrangers de nombreux pays. En pratique, il s’avère que ces organisations n’ont servi qu’à couvrir une organisation terroriste meurtrière. Par exemple, l’organisation Adameer. Pendant de nombreuses années, la terroriste Khalida Jarrar, chef du Front populaire, a été vice-présidente d’Adameer. Cette terroriste qui était le cerveau de l’attentat dans lequel notre fille Rina a été tuée, y était employé ainsi que de nombreux autres terroristes qui appartenaient au Front Populaire. Aujourd’hui, le président d’Adameer et deux autres avocats d’Adameer représentent les tueurs de Rina. Nous espérons qu’à la suite de la décision de déclarer ces organisations organisations terroristes, il n e sera plus permis de continuer à les couvrir.

B’Tselem a attaqué la déclaration de Gantz et a déclaré : « La qualification du gouvernement de « changement », concernant les organisations palestiniennes de « défense des droits humains »,0 en tant qu’organisations terroristes n’est pas seulement une étape déclarative. C’est une démarche qui caractérise les régimes totalitaires, alors qu’il devient clair que son objectif est de démontrer que « Le gouvernement actuel n’est pas un gouvernement de changement mais un gouvernement de continuation du régime d’apartheid violent qui est en place depuis de nombreuses années entre la Méditerranée et le Jourdain (réitérant, par cette antienne, le désir de destruction de l’Etat Juif qui se tient entre ces deux plans d’eau). B’Tselem est solidaire de nos collègues palestiniens, est fier de notre travail commun avec eux au fil des années – et il continuera de le faire ». 

israelhayom.co.il

2 commentaires

Laisser un commentaire