Jénine : les projets d’attentats simultanés étaient bien pires que ne l’imagine le public

Publié par

Une grande quantité d’explosifs découverts près de Ramallah

Israël : Les forces de sécurité sont toujours en état d’alerte aprés avoir dejoué une attaque terroriste majeure à Jérusalem ainsi que des tentatives d’enlèvements d’israéliens.
 
Les forces de Tsahal et les agents du Shin Bet ont découvert une grande quantité d’engins explosifs dans un village près de Ramallah pendant la nuit.
 

Enlèvements en vue d’échanges

Les terroristes du Hamas prévoyaient d’utiliser les bombes pour organiser une attaque majeure à Jérusalem dans les prochains jours.
 
Plusieurs membres du réseau terroriste palestinien ont été tués ou capturés lors d’une vaste opération en Judée-Samarie il y a deux jours.
 
L’ingénieur terroriste qui a conçu les explosifs a été blessé pendant le raid.
 
L’opération de grande envergure a également perturbé un complot visant à enlever des Israéliens et à les utiliser comme monnaie d’échange, a rapporté le journaliste militaire Yoav Limor.
Ilan David -via F5B
———————————–

Les complots terroristes du Hamas étaient pires que le public n’a pu l’apprendre

Les forces de sécurité israéliennes ont réussi à déjouer des attaques majeures de Judée-Samarie. Elles ont, non seulement, sauvé des vies, mais  également empêché la situation sécuritaire de devenir incontrôlable, en créant ainsi une brèche vers une éventuelle escalade avec Gaza.

Le public prend les succès antiterroristes pour des acquis

Le public israélien n’est pas au courant même d’une fraction de l’activité antiterroriste en cours en Judée-Samarie.

À moins qu’il ne s’agisse de quelque chose de particulièrement buleversant, les médias ne s’y intéressent pas, et il n’y a de drame que si des personnes sont blessées ou tuées dans des attentats terroristes. C’est l’essence du paradoxe sécuritaire israélien : les gens tiennent les succès pour acquis et agissent comme si les échecs étaient la fin du monde.

Travail de fourmis

Mais les deux faces de la pièce font partie du travail de Sisyphe qui se déroule chaque jour – chaque nuit, principalement – ​​sur tous les fronts, en particulier en Cisjordanie.

Après l’opération Gardiens des Murs, on l’a appelé « couper l’herbe » (ou « tondre la pelouse ») : des actions continues dont le but est de « faucher » les terroristes pour s’assurer qu’ils ne commettent pas d’attentats. Cette méthode, dont les deux éléments principaux sont un inveau de renseignement (intelligence) supérieur et une totale liberté d’action, a fait ses preuves depuis le mois de mai. C’est aussi la raison pour laquelle le niveau des attaques terroristes est resté très faible ces dernières années et les Israéliens vivent dans une sécurité beaucoup plus grande que par le passé.

Le Hamas ne cesse pas une minute de tenter des attaques

Mais ces succès antiterroristes ne sont pas une garantie de sécurité. L’autre camp, principalement le Hamas, travaille constamment à exécuter des attaques terroristes. Notre expérience passée nous a appris que cette activité est propulsée par trois domaines principaux de commandement et de financement :

  • la direction du Hamas dans la bande de Gaza ;
  • le commandement international du Hamas, basé alternativement en Turquie et au Liban ;
  • et les détenus terroristes des prisons israéliennes.

Sinwar et Al-Arouri conspirent pour faire évader leurs lieutenants

Ces trois points sont en contact étroit, et aussi très similaires. Le Hamas à Gaza est dirigé par Yahya Sinwar, qui a été libéré par Israël dans le cadre de l’accord pour la libération du soldat israélien captif Gilad Schalit, tout comme Salah al-Arouri, qui dirige le commandement international de l’organisation.

Sinwar et Arouri ont un objectif identique : libérer leurs amis qui sont toujours en prison.

Il n’est donc pas étonnant que les plans révélés en Judée-Samarie comprenaient l’enlèvement d’Israéliens pour les utiliser comme monnaie d’échange.

Provoquer un effet de sidération en Israël

Le complot était assez vaste et impliquait également une série d’attaques terroristes de plus en plus dommageables qui choqueraient Israël. L’ampleur de l’effort organisationnel lui a permis de faire de grands projets, mais s’est également avéré être son talon d’Achille – plus nombreux sont les gens dans le secret, plus grandes sont les chances qu’il soit découvert.

L’agence de sécurité du Shin Bet est à la pointe du monde pour identifier et contrecarrer de tels plans, et le dernier stratagème n’a pas non plus évité le radar du Shin Bet.

Les premières arrestations ont eu lieu il y a plus d’une semaine. Lorsque ces détenus ont été interrogés, ils ont révélé toute l’étendue des plans, ce qui a conduit aux opérations d’arrestation coordonnées de samedi soir.

Arrestations à hauts risques

Des actions ont été menées sur cinq cibles multiples simultanément pour empêcher les fugitifs de se rendre compte que le temps de leur fenêtre d’opportunité s’était écoulé et de se précipiter pour mener une attaque avant d’être arrêté.

Comme toujours, des échanges de coups de feu peuvent avoir lieu lors d’arrestations de ce type. Cela fait partie du danger opérationnel, donc des missions comme celles-ci sont généralement confiées aux unités les plus qualifiées – les unités antiterroristes de la police israélienne et de la police des frontières, et l’unité Duvdevan de Tsahal. Le fait que deux combattants de Duvdevan, un commandant et un soldat, aient été blessés dans l’opération, apparemment par des tirs amis, exige une enquête approfondie.

Renforcer encore le professonnalisme des unités

Une unité comme celle-là, avec une histoire douloureuse d’incidents de tirs amis, devrait faire preuve de plus de professionnalisme lors d’actions qui sont son pain quotidien.

Nous pouvons supposer qu’après l’interrogatoire des fugitifs arrêtés, Israël publiera un compte rendu complet du complot.

Comme nous le savons, il s’agissait d’attaques par balles et d’enlèvements. À ce stade, ce complot semble plus sérieux que certains autres récents, donc Israël devra utiliser ces révélations pour souligner le double jeu que joue le Hamas – tenir des pourparlers de trêve au Caire et maintenir le calme dans la bande de Gaza, tout en faisant tous les efforts possibles pour exécuter des attentats terroristes depuis la Judée et la Samarie.

Le Hamas évite de s’attirer la foudre comme en 2014

Il est probable que le Hamas soit maintenant impatient de répliquer à la mort de quelques-uns de ses membres lors des arrestations en tirant des roquettes depuis Gaza, mais ce faisant, il relierait ces tirs au complot terroriste exposé en Cisjordanie et permettrait à Israël de mener une frappe de représailles à Gaza, qui serait naturellement assez sévère. Le groupe le comprend et a donc appelé les habitants de Judée-Samarie à ne pas réagir, afin d’éviter de mettre Gaza en danger.

Mais le Hamas est bien le seul qui mette la bande de Gaza en danger! Tout comme l’enlèvement et le meurtre de trois adolescents israéliens en juin 2014 ont conduit directement à l’opération Bordure protectrice, une attaque terroriste réussie du type de celle déjouée dans la nuit de samedi ne se terminerait pas en Judée-Samarie, mais devrait entraîner un nouveau cycle d’hostilités avec Gaza.

Il est donc beaucoup plus important de déjouer ces attentats terroristes planifiés que ce qui semble évident. Non seulement les interventions sauvent des vies et offrent la sécurité aux Israéliens, mais elles empêchent également une détérioration rapide du niveau de sécurité qui sauve beaucoup plus de vies et permet une dissuasion à plus long terme.

israelhayom.com

Laisser un commentaire