Existe-t-il une alliance entre l’Iran et la Chine ?

Publié par

 

DERRIÈRE LES LIGNES : l’adhésion à part entière de Téhéran à l’Organisation de Coopération de Shanghai reflète cet approfondissement des relations.

LE MINISTRE IRAN DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES Mohammad Javad Zarif et le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi se sont cognés les coudes lors de la cérémonie de signature d'un accord de coopération de 25 ans, à Téhéran, en mars. (crédit photo : MAJID ASGARIPOUR/WANA/REUTERS)
LE MINISTRE IRAN DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES Mohammad Javad Zarif et le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi se sont cognés les coudes lors de la cérémonie de signature d’un accord de coopération de 25 ans, à Téhéran, en mars. (crédit photo : MAJID ASGARIPOUR/WANA/REUTERS)
 
Vendredi 17 septembre, lors d’un rassemblement à Douchanbé, en Chine, les pays membres de l’ Organisation de coopération de Shanghai ont voté pour l’approbation de l’adhésion de l’Iran à l’organisation.
 
 
L’OCS, créée par la Chine et la Russie en 2001, est une alliance économique, politique et sécuritaire. Il comprend actuellement huit États : la Chine, la Russie, le Pakistan, l’Inde, le Kazakhstan, le Kirghizistan et le Tadjikistan. Ensemble, ces États représentent 20 % du PIB mondial et comprennent 40 % de la population mondiale.
 
 
La première candidature infructueuse de l’Iran pour devenir membre à part entière de l’OCS a eu lieu en 2008. À cette époque, la candidature de Téhéran a échoué en raison de l’objection d’un certain nombre d’États membres à l’adhésion à part entière d’un pays soumis aux sanctions des États-Unis et de l’ONU en raison de son programme nucléaire.
 
 
Téhéran a de nouveau postulé l’année dernière. Ses efforts ont de nouveau échoué en raison de l’opposition du Tadjikistan. Cette semaine, les obstacles à l’adhésion à part entière ont été supprimés, bien qu’aucune date d’adhésion de l’Iran n’ait encore été fixée.
 

Le drapeau iranien flotte devant le siège de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), avant le début d'une réunion du conseil des gouverneurs, au milieu de l'épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) à Vienne, Autriche, le 1er mars 2021. (crédit : REUTERS/LISI NIESNER/FICHIER PHOTO)Le drapeau iranien flotte devant le siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), avant le début d’une réunion du conseil des gouverneurs, au milieu de l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) à Vienne, Autriche, le 1er mars 2021. (crédit : REUTERS/LISI NIESNER/FICHIER PHOTO)

 

Quelle est l’importance de l’admission de l’Iran à l’OCS ?

 
Les médias iraniens, cités dans un article de l’Agence France-Presse, se sont réjouis de cette évolution. Kayhan, une publication associée à des positions dures, a écrit que « « l’Iran peut désormais mettre en œuvre sa politique de multilatéralisme, abandonner progressivement une vision basée uniquement sur l’Occident et atténuer les sanctions occidentales ».
 
 
Le président iranien Ebrahim Raisi, dans son discours à l’OCS, a été tout aussi direct dans son appréciation de la signification de cette évolution.
 
« Le monde est entré dans une nouvelle ère. L’hégémonie et l’unilatéralisme ont échoué », a déclaré Raisi aux dirigeants de l’OCS. « L’équilibre international penche désormais vers le multilatéralisme et la redistribution des pouvoirs vers des pays indépendants. Les sanctions unilatérales ne ciblent pas uniquement un pays. Il est devenu évident que, ces dernières années, ils affectent davantage les pays indépendants, en particulier les membres de l’OCS. »
 

Police d’assurance de Téhéran d’une économie malgré les sanctions

 
Sur les réseaux sociaux en farsi, Mohammed Hassan Dehghani, un responsable de la structure iranienne « Economie de la résistance » associée au CGRI, a tweeté que « l’adhésion à part entière » à l’OCS apporterait « des avantages économiques, sécuritaires et politiques importants » pour l’Iran.
 
Alors, ces évaluations iraniennes sont-elles correctes ? L’adhésion imminente de l’Iran à l’OCS doit-elle donc être considérée comme un pas significatif vers l’émergence d’un bloc stratégique anti-occidental, dont l’Iran sera membre ?
 
On parle de plus en plus dans les capitales occidentales d’une nouvelle guerre froide émergente, opposant les États-Unis et leurs alliés à la Chine, et se concentrant sur la région indo-pacifique.
 

L’alliance américano-anglo-australienne réplique

La sortie précipitée des États-Unis d’Afghanistan était une tentative peut-être maladroite de tracer une ligne rouge ferme après les guerres du 11 septembre, afin de concentrer l’attention et les ressources sur les exigences de cette nouvelle compétition stratégique et de cette nouvelle ère.
 
L’annonce du pacte AUKUS entre les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni représente un tracé net dans la région Asie-Pacifique, alors que trois pays anglophones se combinent dans un effort clair pour contenir les efforts chinois d’expansion dans ce domaine.
 
Les luttes stratégiques historiques de ce type entre puissances mondiales n’ont pas tendance à rester confinées à des espaces géographiques particuliers.
 
La guerre froide de 1950-1991 consistait en une compétition binaire entre les systèmes dirigés par les États-Unis et l’URSS, qui a eu un impact sur tous les environnements stratégiques locaux.
 
Des compétitions mondiales antérieures, telles que l’effort des puissances impériales européennes pour contenir la montée de l’Allemagne à l’époque d’avant 1914, en sont également venues à englober le monde (et à le transformer, dans le conflit que ces efforts ont finalement produit).
 
Assistons-nous donc maintenant aux premiers pas d’un tracé similaire au Moyen-Orient, avec les contours des blocs alignés sur les États-Unis et la Chine désormais visibles à l’horizon ?

L’Inde présente sur le plan économique, mais rivale de la Chine

 
PREMIÈREMENT, un certain nombre de mises en garde s’imposent. L’OCS n’est pas encore proche d’une alliance stratégique dirigée par la Chine et déployée contre l’Occident. Ses membres comprennent l’Inde, rivale de la Chine et alliée occidentale. L’OCS n’est pas non plus alignée sur l’Iran dans son défi contre le système international concernant son programme nucléaire. Au contraire, les sanctions étaient une préoccupation majeure empêchant Téhéran d’accéder plus tôt à l’adhésion à part entière à l’OCS.
 
Même maintenant, aucun calendrier n’a encore été annoncé pour l’adhésion de Téhéran à l’organisation. Les investissements majeurs de la Russie, de la Chine et de l’Inde en Iran ont sans doute été découragés par la menace de sanctions américaines.

La Chine multipolaire avec Israël, l’Arabie Saoudite ou les Emirats

 
Il convient également de noter que le modèle d’investissement chinois au Moyen-Orient ne se conforme pas à une allégeance stricte avec un bloc régional. Pékin est un acheteur majeur de pétrole saoudien et entretient des relations commerciales étendues avec Israël et les Émirats arabes unis.
 
Néanmoins, et avec toutes les mises en garde appropriées contre toute simplification excessive, peut-on discerner une direction générale des événements. Et cela indique un alignement plus étroit entre Pékin et Téhéran, sur la base d’intérêts lourds et partagés à long terme. L’adhésion à l’OCS ne cimente pas ce processus. C’est plutôt un panneau indicateur le long du chemin.
 
Le 27 mars 2020, Téhéran et Pékin ont annoncé un accord stratégique de 25 ans pour 400 milliards de dollars d’investissements chinois en Iran. Cet accord est plus une feuille de route pour l’avenir qu’un accord avec des conséquences opérationnelles immédiates. Cela ne signifie pas qu’il doit être actualisé. L’accession de l’Iran à l’OCS est la première conséquence concrète de cet accord.

Nouvelle Route de la Soie

 
L’Iran est un élément clé de l’ambitieuse initiative chinoise « la Ceinture et la Route » ou Nouvelle Route de la Soie. Ce BRI est destiné à produire des routes commerciales terrestres et maritimes contiguës alignées sur la Chine depuis la Chine à travers l’Eurasie.
 
L’Iran forme une route vers la mer d’Arabie et les voies navigables internationales pour les pays enclavés d’Asie centrale qui sont membres de l’OCS. L’intégration de l’Iran dans la BRI contribuerait ainsi à consolider l’ambition de la Chine d’émerger comme la puissance hégémonique en Eurasie, capable d’offrir des routes commerciales sous son contrôle aux pays s’alignant sur elle.
 
À cet égard, il est peu probable que la Chine soit indifférente au fait, encore mal reconnu par des observateurs occidentaux naïfs, de la domination de Téhéran sur l’ensemble de la masse continentale comprise entre la frontière irako-iranienne et la mer Méditerranée, et composée de trois États nominaux – l’Irak, Syrie et Liban.
 

Une façon de rendre les négociations américaines parfaitement vaines

Pour la Chine, l’Iran est un État puissant, stable et non menaçant. La position anti-américaine de Téhéran est utile à la Chine en ce qu’elle garantit qu’il n’y a aucune chance que le pays couvre ses paris dans la lutte stratégique émergente entre Washington et Pékin. Ceci malgré le fait que la Chine ne partage pas, bien sûr, les composantes de l’idéologie gouvernante de l’Iran. À ce dernier égard, cependant, la nature chiite de cette idéologie signifie que l’Iran ne constitue pas une source potentielle d’appel perturbateur pour les populations musulmanes rétives, majoritairement sunnites et turcophones de la Chine.
 
Les relations plus étroites émergentes entre Téhéran et Pékin ont déjà produit un résultat significatif. La résistance provocante et réussie de l’Iran à la politique américaine de « pression maximale » pendant la période de l’administration Trump a été rendue possible en partie grâce à la présence de la Chine comme une sorte de « politique d’assurance » sur laquelle Téhéran pouvait s’appuyer. L’achat continu par la Chine de pétrole brut iranien exporté illégalement, en particulier, a permis à Téhéran de maintenir ses revenus pétroliers malgré des sanctions soi-disant « paralysantes ». L’ère de la pression maximale est maintenant révolue. Téhéran est en passe de devenir une puissance du « seuil » nucléaire (ou en est déjà une, selon certains). Pékin, en aidant à empêcher la ruine économique de l’Iran, a joué un rôle important à cet égard.
 
Ainsi, la compétition mondiale émergente entre les États-Unis et la Chine ne laissera pas le Moyen-Orient comme une zone de non-alignement. Et à mesure que les lignes se durcissent, Téhéran, pour des raisons à la fois géostratégiques et politiques, devrait continuer à se rapprocher de Pékin. L’admission de l’Iran à l’OCS est une étape importante sur cette voie.

jpost.com

Laisser un commentaire