L’Iran continuera-t-il de menacer le sud de la Syrie après l’accord de Deraa ?

Publié par

 

Pendant des années, Israël s’est inquiété de la possibilité d’une guerre sur plusieurs fronts, y compris un conflit dans le nord le long de la frontière libanaise et du Golan avec la Syrie. L’Iran devra faire preuve de prudence. 

 Des soldats syriens se tiennent au poste frontière de Nasib avec la Jordanie à Deraa, en Syrie, le 7 juillet 2018. (Crédit photo : REUTERS/OMAR SANADIKI)
Des soldats syriens se tiennent au poste frontière de Nasib avec la Jordanie à Deraa, en Syrie, le 7 juillet 2018. (crédit photo : REUTERS/OMAR SANADIKI)
 
 
Les forces russes sont entrées dans le dernier bastion rebelle du sud de la Syrie, Deraa, selon des informations . Cette zone « rebelle » avait en effet été reprise par le régime syrien à l’été 2018 après sept ans de guerre.
 
 
Cependant, les tensions latentes entre les parties depuis 2018 ainsi que le fait que le régime syrien est faible et doit s’appuyer sur d’anciens rebelles pour sécuriser la zone, ont rendu le contrôle de Deraa ténu.
 
 
Deraa est le lieu du début du conflit : c’est là qu’a débuté la rébellion syrienne en 2011, servant de symbole de résistance. La rébellion du sud de la Syrie a toujours été plus modérée que les extrémistes qui ont émergé à Idlib et Raqqa. Il n’a également jamais reçu d’important soutien financier étranger.
 
 
 
 
 
 
 Des gens passent devant le palais de justice principal, qui avait été incendié par des manifestants lors de manifestations réclamant la liberté et la fin de la corruption, à Deraa, le 21 mars 2011. (Crédit : REUTERS/KHALED AL-HARIRI)Des gens passent devant le palais de justice principal, qui avait été incendié par des manifestants lors de manifestations réclamant la liberté et la fin de la corruption, à Deraa, le 21 mars 2011. (Crédit : REUTERS/KHALED AL-HARIRI)
 

Rebelles indépendants de la Turquie et des pays du Golfe

La Turquie a envahi le nord de la Syrie et y a coopté les rebelles tandis que l’Etat islamique détruisait la rébellion syrienne dans l’est de la Syrie et qu’une coalition soutenue par les États-Unis de combattants principalement kurdes, appelée SDF, battait Daesh et prenait le contrôle de l’est de la Syrie. Pendant ce temps, le soutien de la Russie et de l’Iran à Damas l’a aidé à reprendre des pans entiers du pays jusqu’à la fin de 2018.  
 
 
 
Le fait que Deraa soit à nouveau mêlé à la rébellion cet été montre que le régime n’a pas réglé ses problèmes existentiels fondamentaux : les rôles de l’Iran, du Hezbollah et de la Russie sont toujours primordiaux. Le régime a assiégé les manifestants à Deraa, qui n’est pas loin des frontières jordanienne et israélienne.

Le dernier bastion est proche de la frontière israélienne

 
Désormais, un accord signé entre les parties semble impliquer que la police militaire russe patrouillera sur certaines zones, dont Deraa. « Le dernier bastion rebelle dans le sud-ouest de la Syrie dans le cadre d’un accord qui a mis fin à une offensive du gouvernement soutenu par l’Iran pour reprendre le berceau du soulèvement populaire de 2011, selon des sources militaires et civiles », lit-on dans un rapport de Reuters. 
 
 
Qui a négocié l’affaire ? Selon le rapport, les généraux militaires russes. Cela s’est produit après un bombardement des rebelles « par les forces gouvernementales d’élite de la quatrième division (de Maher Assad, le frère) ».
 
 
 
Le fait que les rebelles aient résisté pendant deux mois sans pratiquement aucune couverture médiatique montre à quel point le régime syrien est capable de faire ce qu’il veut parce que l’Occident n’a plus d’intérêt pour la Syrie. Les États-Unis ont quitté l’Afghanistan et ont promis qu’ils ne feraient plus d’interventions militaires ou de « construction de nation ». Cela signale au régime que les rebelles peuvent être écrasés où qu’ils soient et que les régimes totalitaires et autoritaires peuvent toujours utiliser la force.
 
 
Bien que l’administration Biden ait parlé de « droits de l’homme » à son arrivée au pouvoir, le manque d’intérêt et de suivi pour le sud de la Syrie montre qu’il y a peu de droits de l’homme au Moyen-Orient. Le département d’Etat américain a condamné pour la forme, mercredi, ce qu’il a appelé « l’assaut impitoyable du régime Assad contre Deraa qui a tué des civils et déplacé des milliers de personnes ». 
 

Passage dangereux de missiles Borkan H-2 en Syrie

Selon un rapport de Reuters, « les troupes russes ont hissé les drapeaux russe et syrien à l’intérieur du district de Deraa al Balaad, où les premières manifestations pacifiques contre le régime de la famille Assad en 2011 ont éclaté, avant que les forces de sécurité ne les répriment et que les troubles ne se transforment en guerre civile. Dans le cadre de l’accord, les rebelles locaux ont commencé à remettre des armes légères sur la base de l’assurance que la police militaire russe maintiendrait des patrouilles et des points de contrôle pour empêcher les milices soutenues par l’Iran d’entrer, empêchant ainsi les représailles redoutées, ont déclaré les négociateurs. 
 
 
Le rôle de l’Iran ici est sensible. Israël s’est opposé à l’enracinement iranien dans le sud de la Syrie et il y a eu des tensions avec les tentatives répétées du Hezbollah de s’infiltrer près de la frontière israélienne.
 

La prédilection iranienne pour les drones

En 2018, le Hezbollah a envoyé une équipe de « drones tueurs » dans le sud de la Syrie, près du plateau du Golan, pour menacer Israël. Au fil des ans, Israël a mené des frappes aériennes pour réduire l’enracinement iranien en Syrie. Pourtant, les tentacules de l’Iran continuent de croître. Bien que l’Iran ait minimisé la présence de certaines de ses forces du CGRI, il continue d’envoyer des munitions guidées de précision avancées au Hezbollah, ainsi que d’avoir des bases avec des drones en Syrie. En mai, un drone iranien a survolé l’espace aérien israélien et a été abattu. Un autre drone iranien a été abattu en février 2018.  
 
l’Iran a introduit une nouveau type d’armement en Syrie, qui constitue à terme une menace stratégique pour Israël. Il s’agit de missiles sol-sol « Borkan H2 », de moyenne portée pouvant atteindre le territoire israélien. Ils ont été acheminés par la frontière irako-syrienne camouflés dans des camions civils transportant des légumes.
 
« C’est un triste jour de voir le drapeau de l’occupant russe et du régime criminel dans le berceau de la révolution qui a vu des dizaines de milliers de morts pour sa cause », a déclaré Abdallah Aba Zaid, un habitant de Deraa dont la femme et les quatre enfants sont morts dans une frappe aérienne russe plus tôt dans cette guerre, selon Reuters. 
 

L’Iran a toujours traversé là où s’installent les Russes

 
Au cours des dernières années, des rapports ont averti que l’Iran serait maintenu à environ 40 à 60 km (80 km parfois) de la frontière israélienne. Cependant, on ne sait pas si cela s’est produit. Reuters note que « dans le cadre d’un accord orchestré par la Russie à l’époque, les rebelles de Dara’a soutenus par l’Occident ont remis des armes lourdes mais ont été autorisés à poursuivre leur propre administration de Dara’a al Balaad. Moscou a également promis à Israël et aux États-Unis en 2018 qu’il empêcherait les milices soutenues par l’Iran d’étendre leur influence dans la région frontalière sensible.
 
Les combats ont déplacé des milliers de personnes dans le sud de la Syrie et la prochaine étape n’est pas claire. L’Iran et le Hezbollah pourraient bientôt tenter d’infiltrer la zone, ce qui pourrait accroître les tensions dans la région, notamment entre Israël et le Hezbollah.
 
Pendant des années, Israël s’est inquiété de la possibilité d’une guerre sur plusieurs fronts, y compris un conflit dans le nord le long de la frontière libanaise et du Golan avec la Syrie. L’Iran devra faire preuve de prudence. 

jpost.com

Laisser un commentaire