La police met en place une (nouvelle) unité d’infiltration qui opérera parmi les Arabes israéliens

Publié par

Parallèlement à la nomination de R., l’ancien bras droit de Nagav Argaman, à la tête du Shin Bet

L’entraînement des combattants mista’arvim de l’école « Sinaï » a débuté plusieurs semaines après la décision du commissaire et commandant du corps en avril dernier

Police d’Israël

Les gardes-frontières de la police israélienne ont organisé une cérémonie pour officialiser l’instauration d’une nouvelle unité nationale d’infiltration (mista’arvim) dont l’objectif principal est l’activité déguisée contre les gangs criminels dans tout le pays, traitant des comportements incitant au désordre avec des capacités avancées et luttant contre le terrorisme.

Le besoin se faisait sentir depuis longtemps

En mars 2021 (anticipation de deux mois sur les événements de mai?), le commissaire de police, le chef d’état-major Yaakov Shabtai et le commandant de la police des frontières, Amir Cohen, ont décidé de créer une autre unité d’infiltration qui opérerait dans le pays, dont le but principal serait de lutter contre la criminalité grave, nationalisme et terrorisme.

La tâche a été confiée à l’unité nationale spéciale de la police des frontières de la brigade tactique sous le commandement du lieutenant-colonel Zvika Taub en raison du caractère unique de l’unité. Il agit comme chargé d’une force nationale qui brise les tentatives insurrectionnelles, tout en recevant des missions dédiées à ses capacités dans les districts de police et en exerçant le pouvoir avec les moyens dont il dispose.

Des combattants issus des unités spéciales de Tsahal et de la police

La police des frontières (Magav) a recruté les combattants de la nouvelle unité d’infiltration du « Sinaï », à partir de deux sources principales : elle a dentifié des combattants aptes à mener à bien la mission spéciale, et la deuxième source est le recrutement au sein d’unités spéciales de l’armée dans les rangs de la police des garde-frontières.

L’entraînement des combattants du « Sinaï » YS a débuté plusieurs semaines après la décision du commissaire et commandant du corps en avril dernier. La formation a été divisée en deux parties principales, la première partie était un cours d’infiltration de base de la police des frontières et la deuxième partie est la formation dédiée du Combat en Milieu Clos (CQB ou Close Quarter Battle ou Combat -CQC).

Unité Yamas à l’entraînement

Les trois meilleures unités d’infiltration au monde

Le Commissaire de police, surintendant Yaakov Shabtai explique : « Dans la police des frontières de la police israélienne, on dispose des trois des meilleures unités d’infiltration au monde, chacune avec un héritage d’activités de sécurité glorieuses qui dépasse toute imagination, sur le plan de la tactique.

« Après la mise en place de trois unités dont le but est de lutter contre les organisations terroristes et 27 ans depuis sa création, nous définissons la lutte contre le crime dans la société arabe, les meurtres, les fusillades et le  parrainage (racket) comme équivalant au terrorisme, émanant d’un foyer qui menace à la fois les citoyens Arabes et juifs. ». Cela fait partie de l’offensive générale de la police pour éradiquer le crime.

«La nouvelle unité d’infiltration apportera au combat les capacités opérationnelles les plus élevées que la police peut offrir. Une technologie et des armes uniques aux côtés de la créativité, du savoir-faire et de la planification opérationnels et de la main-d’œuvre de qualité qui seront dirigées vers ce que j’ai défini comme une mission d’importance nationale.

Les services ont besoin d’un budget

« Il s’agit d’une autre étape importante, parallèlement à la création d’une branche CIF, du bureau de la police antiterroriste, du siège de la mission, du renforcement des postes dans les localités arabes et de l’ajout de centaines de policiers, avec l’approbation du prochain budget de l’État.

« Nous allons restaurer la sécurité des communautés arabes. Il s’agit d’un processus que la police dirigera à tous les niveaux, y compris des activités de sanctions économiques agressives, qui indiqueront clairement aux criminels que le préjudice sera également grave pour leur poche. Mais cet effort doit impliquer un grand nombre de représentants du gouvernement, des autorités locales et des ministères du gouvernement avec lesquels nous sommes en contact permanent. Ensemble nous réussirons, le tout (à accomplir) est plus grand que la somme de ses parties. »

Des professionnels du risque extrême

Le Commandant de la police des frontières, le surintendant Amir Cohen a dit : « Malheureusement, hier, nous avons perdu le combattant de Barel décédé lors d’une opération dans le nord de la bande de Gaza. Je voudrais adresser nos condoléances à sa chère famille, nous continuerons à l’accompagner, à prendre soin d’elle. D’après ma connaissance de vos capacités, je suis sûr que vous, chers commandants et guerriers, êtes bon pour relever chaque défi et accomplir chaque mission qui vous est confiée.

« Les défis sécuritaires sont constants et nous avons la responsabilité de maintenir la routine de sécurité de tous les citoyens israéliens, dans les villes et villages concernés, à la campagne et dans la zone de périphérie (des territoires). »

Le commandant de la brigade tactique de la police des frontières, le lieutenant-colonel Zvika Taub, a déclaré dans ses remarques : « De nombreuses années d’expérience nous enseignent que la victoire commence avant même le champ de bataille, elle commence par le professionnalisme et la capacité d’affronter le mal. Dans les actes, la planification devient exécution et le but devient salvateur « 

israeldefense.co.il

Laisser un commentaire