Deborah Lipstadt, pourfendeuse du complotiste D.Irving, ambassadrice pour l’Antisémitisme

Publié par
Ici incarnée par Rachel Weisz dans Denial, le film de Mike Jackson (2016) qui raconte le « procès du Siècle » contre le négationniste Irving, en 2000.

Biden fait appel à une historienne de la Shoah comme envoyée spéciale pour l’antisémitisme

Sous la pression d’organisations juives pendant des mois, afin qu’elle nomme un envoyé américain pour l’antisémitisme, la Maison Blanche annonce que Deborah Lipstadt est l’envoyée spéciale des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme.

La négation de la Shoah comme mode de délégitimation du peuple juif et d’Israël

Lipstadt a grandi à New York, fille de parents immigrés, dans une communauté qui avait perdu de nombreux êtres chers pendant la Shoah. Universitaire spécialisée en histoire politique et en études juives, elle a été sollicitée par deux professeurs israéliens pour mener des recherches sur la négation de la Shoah à la fin des années 1980. Dans Nier la Shoah , elle a dénoncé un complot antisémite néo-nazi visant à tenter de réécrire l’histoire.

Rachel Weisz dans le rôle de Deborah E Lipstadt dans Denial
En 1996, David Irving, négationniste de la Shoah, espérant tirer avantage du parti pris des tribunaux britanniques pour les plaignants, a poursuivi Lipstadt et son éditeur britannique, Penguin Books, pour diffamation à Londres. Après des années de préparation, le procès a commencé le 11 janvier 2000. Son équipe juridique de ténors du barreau avait conçu une stratégie de défense qui l’a choquée – elle ne témoignerait pas devant le tribunal, et ils n’appelleraient pas les survivants de la Shoah à témoigner. «Nous étions, comme on dit, divisés par une langue commune», dit-elle. « Les avocats parlent en sténographie. Je me sentais comme un cerf dans les phares, non pas à cause d’Irving, mais à cause de la situation. J’étais dans un pays étranger, dans une arène étrangère. (voir The Telegraph : telegraph.co.uk/films/denial/whos-who-in-holocaust-courtroom-battle/ )
Après des mois de pression de la part des organisations communautaires juives, l’administration Biden a annoncé vendredi sa nomination au poste d’envoyé spécial des États-Unis pour surveiller et combattre l’antisémitisme. Deborah Lipstadt, 74 ans, est professeure de la chaire Dorot d’études juives modernes et sur la Shoah à l’Université Emory et auteure de nombreux livres sur le sujet. Son livre de 2019 « Antisemitism Here and Now », qui a remporté le National Jewish Book Award cette année-là, est considéré comme une introduction à l’antisémitisme, selon l’American Jewish Committee.

Les mutations polymorphes de l’antisémitisme

« L’administration Biden a choisi judicieusement en nommant Deborah Lipstadt pour occuper ce poste d’ambassadrice, si vital pour le leadership américain dans la lutte contre l’antisémitisme », a déclaré le Directeur de l’AJC, David Harris, dans un communiqué de presse. « Le professeur Lipstadt est l’une des plus grandes expertes de ce pays – en fait du monde – en matière d’antisémitisme moderne, de sa transformation constante et de ses sources multiples, et des défis actuels pour y faire face.
Le poste a été créé par le Congrès américain en 2004. Plus récemment, il a été occupé par Elan Carr sous l’administration du président américain Donald Trump. Le poste a été élevé au rang d’ambassadeur dans les derniers mois de l’administration et nécessite désormais la confirmation du Sénat.

Un niveau de violence encore inédit en mai aux Etats-Unis

Le rôle de l’ambassadeur est de sensibiliser les États-Unis et le monde à la menace de l’antisémitisme et d’exhorter les gouvernements et les institutions à prendre des mesures pour protéger les communautés juives vulnérables. « J’ai rencontré Deborah Lipstadt pour la première fois en 1990 lorsqu’elle était chercheuse résidente lors d’un voyage en Pologne et en Israël. Pendant des décennies, elle a été à la fois universitaire et militante, inspirant les décideurs politiques à affronter les dures réalités de l’antisémitisme dans notre monde et à lutter pour la justice « , a déclaré le représentant Brad Schneider (D-Ill.) dans un communiqué de presse. « Je ne peux pas imaginer une personne meilleure et plus qualifiée pour diriger les efforts des États-Unis pour lutter contre l’antisémitisme. Au cœur de la récente montée de l’antisémitisme dans le monde, Deborah Lipstadt dirigera la réplique avec une clarté morale vigoureuse. »

L’épreuve de la mise sur la sellette par un menteur pathologique

Lipstadt a été la cible d’un procès en diffamation du négationniste britannique de la Shoah David Irving sur la façon dont il est décrit dans son livre de 1993 « Denying the Holocaust: The Growing Assault on Truth and Memory ».

Le procès a duré cinq ans jusqu’à ce que les tribunaux de Londres se prononcent en faveur de Lipstadt en avril 2000. L’épreuve de Lipstadt a été au centre du film « Denial » de 2016, où elle a été interprétée par l’actrice britannique Rachel Weisz.

La nomination de Lipstadt a été saluée par de nombreuses organisations juives, qui au cours des derniers mois avaient fait pression sur la Maison Blanche pour qu’elle nomme un candidat, car les actes violents d’antisémitisme ont connu une croissance exponentielle aux États-Unis et dans le monde, en particulier à la suite du conflit entre Israël et le Hamas en mai.

Croix gammée dans l’ascenseur hyperprotégé du Département

Cette semaine, une croix gammée a été découverte gravée dans un panneau de bois d’un ascenseur à l’intérieur du département d’État américain, non loin de l’endroit où se trouvera le bureau de Lipstadt. La PDG du Jewish Democratic Council of America, Halie Soifer, a salué la nouvelle vendredi.

Halie Soifer, Conseil Démocrate des Juifs d’Amérique

« Avec la montée de l’antisémitisme aux États-Unis et dans le monde, le Dr Lipstadt est absolument la bonne personne au bon moment pour ce rôle essentiel », a déclaré Soifer dans un communiqué de presse. « Le Dr Lipstadt est l’une des principales autorités mondiales en matière d’antisémitisme, compte tenu de son érudition méticuleuse, de son profond engagement personnel envers la vérité et de sa profonde compréhension des dangers de l’extrémisme. »

The Right Woman in the right place at the best moment

« Nous adressons nos sincères félicitations à Deborah Lipstadt pour sa nomination attendue à ce poste critique du Département d’État qui arrive à un moment où nous assistons à une terrible augmentation des attaques et des menaces commises contre la communauté juive mondiale », a déclaré dans un communiqué Nathan Diament, directeur exécutif des politiques publiques à l’Union orthodoxe. « Cela va des agressions contre des individus aux agressions légales contre les rites juifs fondamentaux, y compris la Cacherout et la Brit Mila [cérémonies de circoncision]. Bien qu’il soit malheureux que nous ayons besoin d’un tel poste au Département d’État, le professeur Lipstadt est certainement la meilleure personne pour occuper ce poste de travail. »

Un combat acharné à chaque minute

Le président du B’nai B’rith Charles O. Kaufman et le PDG Daniel S. Mariaschin ont également applaudi la nomination dans un communiqué de presse conjoint, dans lequel ils l’ont qualifiée d’éminemment qualifiée pour le poste.

« Elle a consacré sa vie professionnelle à étudier, enseigner et écrire sur la haine la plus ancienne du monde et à la combattre à l’échelle mondiale », ont-ils écrit. « Le B’nai B’rith a hâte de travailler avec Lipstadt alors que l’antisémitisme a augmenté de façon exponentielle aux États-Unis et dans le monde, se manifestant sous de nombreuses formes et variantes, souvent alimentées par les médias sociaux. Ils ont poursuivi : « Il est d’une importance vitale que le gouvernement américain, à travers la personne de l’envoyée spéciale, continue d’assumer une position de leader dans la bataille contre ce défi de plus en plus alarmant. La nomination de Lipstadt est une indication très rassurante que cela sera effectivement réalisé. «   JNS.org .
 

Laisser un commentaire