L’UNWRA tolère un paragraphe contre l’antisémitisme pour 135 millions de $

Posted by

Les États-Unis donnent 135 millions de dollars à l’UNRWA, pour que l’agence accepte enfin un vague paragraphe non-contraignant, condamnant l’antisémitisme

Administration homéopathique : Pour la première fois, un accord-cadre de secours entre les États-Unis et l’UNRWA contient un alinéa ridicule condamnant l’antisémitisme, bien que la capacité de l’agence à donner suite reste une grande question.

L’administration Biden a versé samedi 135 millions de dollars à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (exclusivement) pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) après la signature d’un accord, la semaine dernière, condamnant pour la première fois, en à peine deux mots, la haine anti-israélienne.

L’amérique se ré- engage sans condition

« La signature du cadre entre les États-Unis et l’UNRWA, offrant un soutien supplémentaire, démontrent que nous avons à nouveau un partenaire permanent aux États-Unis qui comprend la nécessité de fournir une assistance essentielle à certains des réfugiés les « plus vulnérables » de la région », a déclaré le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini. On ne comprend pas très bien ce qui lui permet de surqualifier les Palestiniens pour ce rôle, face aux vagues migratoires issues de Syrie, de Libye, d’Irak, etc.

L’UNRWA a annoncé la nouvelle de la subvention américaine et de l’accord-cadre au lendemain de la fin de la visite du secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires israéliennes et palestiniennes Hady Amr en Israël et dans les territoires palestiniens, qui a débuté le 11 juillet.

Hady Amr à son arrivée

L’aide financière américaine à l’agence s’accompagne traditionnellement d’un accord-cadre de coopération, dont la dernière version a été signée le 14 juillet.

Paragraphe déclaratif sans clause d’examen des livres et programmes

Pour la première fois, l’accord contient un paragraphe condamnant l’antisémitisme, notamment en déclarant : « Les États-Unis et l’UNRWA condamnent sans réserve toutes les manifestations d’intolérance religieuse, d’incitation, de harcèlement ou de violence contre des personnes ou des communautés fondées sur l’ethnicité ou la croyance religieuse, y compris l’antisémitisme ». Hormis la dernière proposition, les groupes palestiniens peuvent utiliser l’ensemble de ce discours pour le retourner en plaidoyer victimaire.

L’UNRWA a également affirmé qu’il était déterminé à faire en sorte que ses fonds ne soient pas transférés à des individus impliqués dans le terrorisme ou utilisés pour soutenir le terrorisme.

Les États-Unis sont le plus grand donateur de l’organisation, qui s’occupe de 5,7 millions de personnes qu’elle prétend être des réfugiés palestiniens ou plus ou moins descendants et affiliés de ceux attirés par les discours exterminateurs des pays arabes, promettant de rejeter les Juifs à la mer lors de la guerre d’Indépendance ; ils ont alors stationnés en Syrie, au Liban, en Jordanie, à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

Bien que l’organe de l’ONU ait publié cette déclaration, il sera crucial d’attendre et de voir s’il peut donner suite à des actions concrètes, notamment en ce qui concerne les incitations contre les Juifs et les Israéliens qu’on peut encore très facilement trouver dans ses manuels scolaires.

On se souvient, par ailleurs, rrès récemment, début juin, que Matthias Schmale et David De Bold (directeur et secrétaire-général en poste à Gaza) ont été contraints de quitter le territoire palestinien après les critiques virulentes du/ H9amas à leur égard : le groupe terroriste les a convoqués, puis expulsés à la suite d’une interview accordée à Channel 12 lors de l’opération Gardien du mur lancée par Israël contre les groupes islamistes armés.

« Je ne suis pas un expert militaire, mais j’ai eu aussi l’impression que les frappes de Tsahal étaient menées avec une grande précision et une grande sophistication« , avait admis M. Schmale.

Ses propos ont suscité l’indignation dans la bande de Gaza, et le Hamas souverain les ont condamnés dans le territoire palestinien. On ne donne, dès lors, pas cher de leurs successeurs qui oseraient lever le doigt pour souligner une phrase à caractère antisémite qu’enseignerait un instituteur que rémunère le Ministère Hamas de l’aide aux « réfugiés »…

Avec I24news

Laisser un commentaire