4 agents iraniens voulaient kidnapper une dissidente en Amérique

Publié par

Les États-Unis accusent quatre individus de complot visant à kidnapper une journaliste new-yorkaise critique envers l’Iran

Les quatre accusés prévoyaient « d’emmener de force leur victime en Iran, où le sort de la victime aurait été plus qu’incertain ».

Masih Alinejad, journaliste iranienne et militante des droits des femmes, prend la parole sur scène lors du Sommet Women In The World à New York, États-Unis, le 12 avril 2019 (crédit photo : REUTERS)
Masih Alinejad, journaliste iranienne et militante des droits des femmes, prend la parole sur scène lors du Sommet Women In The World à New York, États-Unis, le 12 avril 2019
(crédit photo : REUTERS)
Les procureurs américains ont inculpé quatre Iraniens, soupçonnés d’être des agents de renseignement pour Téhéran, d’avoir comploté pour kidnapper une journaliste et militante des droits humains de New York qui critique l’Iran, selon un acte d’accusation du ministère de la Justice descellé mardi.
Ces dernières années, des agents du renseignement iranien ont trompé un certain nombre d’activistes à l’étranger pour qu’ils se rendent dans des destinations où ils ont été kidnappés et renvoyés en Iran, ont déclaré les autorités américaines.

La Voix de l’Amérique

Bien que l’acte d’accusation ne nomme pas la cible du complot, Reuters a confirmé qu’il s’agissait de la journaliste irano-américaine Masih Alinejad, qui a contribué au service en langue persane de Voice of America financé par le gouvernement américain et à des reportages sur les problèmes des droits de l’homme en Iran.
Invité par Reuters à confirmer qu’Alinejad était la cible du complot, le ministère de la Justice a refusé de commenter.
Mais Alinejad, jointe par téléphone par Reuters après la publication de l’acte d’accusation, a déclaré qu’elle était en état de choc. Elle a déclaré qu’elle travaillait avec le Federal Bureau of Investigation depuis que l’agence l’a approchée il y a huit mois, avec des photographies prises par les comploteurs.

Un dispositif de surveillance ses moindres faits et gestes autour du domicile familial

« Ils m’ont montré que la République islamique était devenue dangereusement très proche (de moi »), a-t-elle déclaré.
Avec Mike Pompeo
Les quatre Iraniens ont engagé des enquêteurs privés sous de faux prétextes pour surveiller la journaliste à Brooklyn, filmant sa famille et son domicile dans le cadre d’un complot visant à l’enlever, selon les procureurs.
Les quatre accusés prévoyaient « d’emmener de force leur victime en Iran, où le sort de la victime aurait été au mieux incertain », a déclaré Audrey Strauss, l’avocate américaine du district sud de New York.

Prétexte d’une dette en Iran

Les agents iraniens ont engagé des enquêteurs privés à Manhattan pour surveiller Alinejad et sa famille, affirmant qu’elle était une personne disparue de Dubaï qui avait fui le pays pour éviter de payer une dette, ont déclaré les procureurs.
Les procureurs ont déclaré que les agents iraniens avaient recherché comment ils pourraient faire sortir le journaliste de New York sur un bateau à grande vitesse en direction de Caracas.
L’Iran a dirigé l’opération contre la journaliste avec « l’intention d’attirer nos citoyens vers l’Iran pour réprimer leur liberté d’expression », a déclaré le directeur adjoint Alan E. Kohler Jr. de la division de contre-espionnage du FBI.

Un réfugié en France pendu en décembre 2020

En 2019, des agents du renseignement iranien ont attiré Ruhollah Zam, un journaliste vivant en France, hors du pays, en Irak. Les forces de sécurité irakiennes infiltrées l’ont retenu et ensuite extradé vers l’Iran. Le régime l’a exécuté en Iran pour sédition, ont déclaré les procureurs.
Ruhollah Zam is seen during his trial in Tehran on June 2. (photo credit: MIZAN NEWS AGENCY/WANA (WEST ASIA NEWS AGENCY) VIA REUTERS)
Ruhollah Zam aperçu au cours de son procès en Iran le 2 juin, après son kidnapping en Irak, après avoir quitté son refuge en France. (photo credit: MIZAN NEWS AGENCY/WANA (WEST ASIA NEWS AGENCY) VIA REUTERS)
Les représentants de la mission iranienne auprès de l’ONU n’ont pas pu être joints pour commenter.
Alinejad a déclaré qu’elle avait attiré la colère de l’Iran en faisant connaître le sort des femmes iraniennes qui protestaient contre les lois exigeant le port du voile, ainsi que les récits d’Iraniens tués lors de manifestations en 2019.
Alinejad a déclaré que des agents iraniens avaient tenté à plusieurs reprises de l’attirer en Turquie avec des menaces et des promesses de rencontrer sa famille, a-t-elle déclaré.
Des agents du FBI ont averti Alinejad au début de cette année que l’Iran prévoyait de la kidnapper, en déplaçant la journaliste et son mari dans une série de refuges prévus, alors qu’ils enquêtaient sur l’affaire.
Elle a dit qu’elle était encore sous le choc après avoir lu l’acte d’accusation.
« Je ne peux pas croire que je ne suis même pas en sécurité en Amérique« , a-t-elle déclaré. [Amérique et Occident qui négocient tous les jours par-dessus l’épaule du peuple iranien, avec ses bourreaux, sous la férule du lobbyiste pro-Téhéran Robert Malley]

Laisser un commentaire