Le Hamas appelle à un « Jour de colère » pour affronter la marche du drapeau de Jérusalem

Posted by

Le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens ont mis en garde contre la tenue de la marche du drapeau, menaçant de raviver le conflit contre Israël. Il n’est seulement pas question qu’Israël se retranche de ses propres journées de fêtes nationales pour motifs de sécurité sans écorner sa propre souveraineté. Surtout avec un premier Ministre attaché à la nature sioniste-religieuse de l’Etat…

Par TZVI JOFFRE   14 JUIN 2021 08:10

   

Des Israéliens célèbrent la journée de Jérusalem au Mur occidental alors qu'un incendie est visible en arrière-plan dans l'enceinte de la mosquée al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, le 10 mai 2021. (Crédit photo : MENDY HECHTMAN/FLASH90)

Des Israéliens célèbrent la journée de Jérusalem au Mur occidental alors qu’un incendie est visible en arrière-plan dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, le 10 mai 2021.(Crédit photo : MENDY HECHTMAN/FLASH90)

Le mouvement terroriste du Hamas a appelé dimanche à une Journée de colère pour affronter la marche du drapeau tant attendue et controversée mardi, encourageant les Palestiniens à se « mobiliser » à al-Aqsa et dans la vieille ville de Jérusalem.

« Que mardi prochain soit un jour de mobilisation et d’attachement envers la mosquée al-Aqsa, et un jour de colère et de défiance envers l’occupant », a déclaré le Hamas dans un communiqué dimanche. « Montrez à Dieu et à votre peuple ce que vous y avez fait et soyez la meilleure épée pour Jérusalem et Al-Aqsa. »

Des groupes juifs prévoient de marcher dans la vieille ville de Jérusalem mardi, dans le cadre d’une marche similaire à la marche du drapeau traditionnellement menée et initialement prévue le jour de Jérusalem. Cette année, la marche traditionnelle a été ajustée puis annulée sur fond de fortes tensions puis du déclenchement de l’opération Gardien des murs.

La marche reprogrammée partira de la rue Hanevi’im et traversera la rue Sultan Suliman avant d’arriver à la porte de Damas, où des danses de groupe avec des drapeaux israéliens auront lieu. Les participants traverseront ensuite la porte de Jaffa en direction du mur occidental, certains groupes traversant le quartier musulman et d’autres groupes traversant le quartier juif (en signe de réunification).

Le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens ont mis en garde contre la tenue de la marche, menaçant de relancer le conflit contre Israël si la marche a lieu. Le journal libanais Al-Akhbar a rapporté lundi que les groupes terroristes palestiniens élevaient leur niveau d’alerte avant la marche en vue d’une éventuelle reprise du conflit. La direction du Hamas a informé le ministre égyptien du renseignement que la marche « pousserait définitivement la situation à exploser » et conduirait les groupes terroristes à tirer à nouveau des roquettes, selon le rapport. Les groupes terroristes palestiniens ont fait appel aux armes destructrices des groupes terroristes palestiniens et libanais, ainsi que d’autres groupes militants dans la région, et à « déclarer l’état d’alerte pour être prêts à défendre Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa si nécessaire », selon le Nouvelles d’Al Mayadeen affiliées au Hezbollah.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti la semaine dernière que toute action « imprudente » à Jérusalem par Israël entraînerait une « guerre régionale », ajoutant que le Hezbollah est en contact avec « quiconque est prêt à faire partie de cette équation régionale ». On ne sait pas si les Juifs seront autorisés à entrer dans le complexe du Mont du Temple mardi. Bien que les Juifs soient en général autorisés à entrer dans le complexe à certaines heures de la journée tous les jours, sauf le vendredi, le samedi et la plupart des jours fériés, l’entrée pourrait être interdite si la police considère les visites comme un risque pour la sécurité. La marche du drapeau était initialement prévue jeudi dernier, mais a été retardée après que la police a retiré l’autorisation de la marche, en raison de problèmes de sécurité (fusillade de Jénine). 

Des politiciens et des groupes de droite ont exprimé leur indignation face à cette décision, affirmant que les responsables s’étaient « rendus face au terrorisme ». La police et les organisateurs d’événements se sont rencontrés après que l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Benny Gantz ont conclu un accord la semaine dernière pour permettre à la marche d’avoir lieu selon un plan convenu par la police et les organisateurs d’événements. L’opération Gardien des Murs a été déclenchée après des semaines de tensions autour du mont du Temple et les expulsions prévues dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est ont explosé le jour de Jérusalem, lorsque le Hamas a tiré un certain nombre (7) de roquettes en direction de Jérusalem. Après 11 jours de tirs de roquettes depuis Gaza vers le sud et le centre d’Israël et d’intenses frappes de Tsahal sur la bande de Gaza, un cessez-le-feu a été conclu entre le Hamas et Israël par l’entremise de l’Egypte.


Le personnel du Jerusalem Post a contribué à ce reportage.  

Laisser un commentaire