Des Démocrates Juifs vent debout contre Ilhan Omar comparant Israël au Hamas

Publié par
Les Influenceuses pro-Hamas Gigi et Bella Hadid (la dernière : 43 millions de followers sur Instagram) jetteuses d’huile sur le feu des réseaux sociaux : appels tendances au génocide, « Du Fleuve jusqu’à la Mer »

Les Députés démocrates juifs pourraient condamner et censurer Ilhan Omar pour avoir établi une équivalence morale entre le Hamas et Israël, et les Talibans face aux États-Unis

Ilhan Omar, membre du Parti démocrate, représentante des fermiers et des travailleurs, tweete une vidéo dans laquelle elle compare Israël et les États-Unis au Hamas et aux talibans.

Par RON KAMPEAS/JTA   10 JUIN 2021 03:18

   

La représentante Ilhan Omar du Minnesota prend la parole lors d'une conférence de presse au mémorial de Daunte Wright au Brooklyn Center, le 20 avril 2021. (Stephen Maturen/Getty Images) (crédit photo : STEPHEN MATUREN/GETTY IMAGES/JTA)

La représentante Ilhan Omar du Minnesota prend la parole lors d’une conférence de presse au mémorial de Daunte Wright au Brooklyn Center, le 20 avril 2021. (Stephen Maturen/Getty Images)(crédit photo : STEPHEN MATUREN/GETTY IMAGES/JTA)

WASHINGTON — Les démocrates juifs de la Chambre des représentants américaine se sont réunis mercredi pour discuter de l’antisémitisme. Les 25 membres du caucus officieux ont fini par fulminer contre un collègue démocrate, Ilhan Omar du Minnesota, pour avoir comparé le Hamas et les talibans à Israël et aux États-Unis.

C’était la deuxième réunion des démocrates juifs ces dernières semaines. Le premier s’est concentré sur le conflit Israël-Hamas et la montée en flèche des incidents antisémites qui l’accompagne aux États-Unis. L’assemblée de mercredi s’est concentrée sur un tweet d’Omar de lundi. « Nous devons avoir le même niveau de responsabilité et de justice pour toutes les victimes de crimes contre l’humanité », a déclaré Omar. « Nous avons vu des atrocités impensables commises par les États-Unis, le Hamas, Israël, l’Afghanistan et les talibans. » 

Un certain nombre de législateurs présents à la réunion veulent désigner Omar dans un communiqué affirmant que sa revendication « discrédite » le parti, ont déclaré deux sources. Une telle déclaration serait sans précédent depuis le conflit de Gaza : des membres juifs ont dénoncé des déclarations sur Israël faites par des législateurs de gauche du parti, mais ne les ont pas encore désignés publiquement. (Les législateurs juifs ont nommé Omar lors d’une controverse distincte en 2019.)

D’autres participants à l’appel hésitaient à publier une déclaration. Il semble y avoir une frustration unanime face au commentaire d’Omar contre l’Etat Droit rabaissé au rang « d’Etat terroriste », mais pas sur la façon d’y répondre. 

Parmi ceux qui faisaient pression pour condamner nommément Omar se trouvaient Brad Schneider de l’Illinois, Brad Sherman de Californie et Debbie Wasserman Schultz de Floride. Jamie Raskin du Maryland, un progressiste de premier plan, a semblé hésitant, mais ne s’est pas catégoriquement opposé à une déclaration, ont indiqué les sources. Personne, lors de l’appel, n’a dit qu’il pensait que le tweet était antisémite, ont ajouté les sources. Les détracteurs d’Omar au sein du caucus démocrate juif envisageaient d’envoyer leur propre lettre s’ils ne parvenaient pas à persuader l’ensemble du caucus de signer, a déclaré une source. Parmi les autres participants figuraient Jerry Nadler de New York, Ted Deutch de Floride, Jan Schakowsky de l’Illinois, Elissa Slotkin du Michigan et Elaine Luria de Virginie. En 2019, Schakowsky a rejoint Omar dans une campagne mettant sur un plan comparable l’antisémitisme et l’islamophobie.

Les républicains ont réprimandé les démocrates pour ne pas avoir su identifier de prétendus délinquants dans leurs rangs, notant qu’ils ont condamné nommément l’une des leurs – la représentante Marjorie Taylor Greene de Géorgie – pour ses déclarations alimentées par un prétendu complot invoquant la Shoah. Le tweet d’Omar contenait une vidéo de son questionnement du secrétaire d’État Antony Blinken au Congrès ce jour-là sur les raisons pour lesquelles l’administration Biden s’oppose aux efforts de la Cour pénale internationale pour enquêter sur des ressortissants de certains pays pour crimes de guerre présumés.

Omar a déclaré qu’elle ne croyait pas que le Hamas, le gouvernement afghan, les talibans et Israël ne disposaient pas d’in système de justice militaire suffisant pour poursuivre en toute indépendance des faits de guerre par leur propres dispositifs judiciaires.

« Je n’ai pas vu de preuves dans les deux cas », concernant les conflits afghan et de Gaza, « que les tribunaux nationaux peuvent et vont poursuivre les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité », a-t-elle déclaré. « Où pensons-nous que les victimes sont censées obtenir justice et quels mécanismes de justice soutenez-vous ? »

Jeremy Slevin, porte-parole d’Omar, a déclaré que sa question visait à remercier l’administration Biden d’avoir retiré les sanctions contre la CPI pour avoir envisagé des poursuites contre des responsables américains et israéliens, et à demander à quel mécanisme les victimes de crimes de guerre présumés pourraient accéder en dehors de la CPI. »

La Représentante Omar a remercié le secrétaire d’État Blinken pour la décision de l’administration d’abroger les sanctions et a posé des questions sur les mécanismes de justice pour les victimes de crimes de guerre en dehors du tribunal pénal », a-t-il (Slevin) déclaré à l’Agence télégraphique juive. «Comme d’habitude, l’extrême droite suscite la haine contre la représentante Omar pour une question technique sur une enquête en cours. C’est le rôle de la membre du Congrès en tant que membre du Congrès chargé de la surveillance fédérale de suivre les faits, de poser des questions à l’administration et de veiller à ce que le public comprenne que notre gouvernement ne devrait empêcher personne de demander justice. »

Les responsables israéliens et pro-israéliens ont exprimé leur indignation face au tweet d’Omar.« C’est au-delà d’une provocation choquante. Au-delà du répréhensible », a déclaré sur Twitter David Harris, PDG de l’American Jewish Committee. « Les membres de son propre parti oseront-ils se soulever pour prendre la parole ? (contre la posture de l’une des leurs-) » Schneider a été impliqué dans l’AJC avant d’entrer au Congrès.

Sherman, qui a également des antécédents pro-israéliens, a posté : « Ce n’est pas une nouvelle qu’Ilhan Omar ferait des déclarations scandaleuses et clairement mensongères sur l’Amérique et Israël. Ce qui est digne d’intérêt, c’est qu’elle admette que le Hamas est coupable d' »atrocités indicibles ». Il est temps que tous les détracteurs d’Israël condamnent le Hamas. Et il est temps que tous ceux de bonne volonté rejettent toute équivalence morale entre les États-Unis et Israël d’un côté, et le Hamas et les talibans de l’autre.

Et ce tweet de Gilad Erdan, l’ambassadeur d’Israël à Washington et aux Nations Unies a été publié sur les réseaux sociaux : « Comment un membre du Congrès peut-il comparer Israël et les États-Unis – deux démocraties dynamiques dotées de systèmes juridiques et militaires solides qui s’efforcent d’éviter les pertes civiles – avec des terroristes djihadistes qui assassiner délibérément des civils ? »

jpost.com

Un commentaire

  1. Il était temps que ces élus démocrates juifs réagissent mais qu’en est-il des autres élus démocrates non-juifs, des médias , de Facebook, Twitter, Instagram, …
    Tant que l’antisémitisme ne sera pas puni de peines de prison fermes , ce ne sera pas efficace. Ilan Omar, par exemple, en prison pendant quelques mois et sachant qu’en cas de récidive , cela sera quelques années, risque de ne pas récidiver.
    De plus , après s’ être attaquée à la seule démocratie du Moyen-Orient, elle s’attaque maintenant à la grande démocratie américaine.
    Et Biden et les médias mainstream qui semblent devenus sourds et aveugles.

Laisser un commentaire