Israël fait face à un conflit à 4 fronts : Jordanie, la violence à la frontière syro-libanaise

Publié par

Avec la Jordanie, la violence à la frontière libanaise Israël fait face à un conflit à 4 fronts

L’Iran, le Hezbollah et le Hamas ont coordonné des messages lors de la journée de Qods le 8 mai, affirmant qu’Israël pourrait être vaincu dans une grande opération tactique; une semaine plus tard, ce même plan semblait fonctionner. Mais avec quels « résultats »?

Par SETH J. FRANTZMAN   15 MAI 2021 10h31

Des membres du Hamas brûlent un cercueil drapé d'un drapeau israélien, rassemblement marquant le 13e anniversaire de la deuxième Intifada, 2013 (crédit photo: ABED RAHIM KHATIB / FLASH90)

Des membres du Hamas brûlent un cercueil drapé d’un drapeau israélien, rassemblement marquant le 13e anniversaire de la deuxième Intifada, 2013 (crédit photo: ABED RAHIM KHATIB / FLASH90)

Des manifestants libanais, probablement exhortés par le Hezbollah, ont tenté de franchir la zone d’une barrière frontalière dans le nord d’Israël vendredi près de Metulla. À Lod, Israël a maintenu un couvre-feu après des nuits de violence qui donnaient l’impression que la ville souffrait d’une guerre civile. À Gaza, les Forces aériennes de Tsahal ont frappé une autre escouade antichar du Hamas, l’une des demi-douzaines de ces unités ciblées ces derniers jours. À la frontière jordanienne, des manifestants soutenant les Palestiniens ont tenté de percer pour atteindre Israël et la Cisjordanie. Israël est maintenant confronté à un conflit à quatre fronts – ses conflits internes, Gaza, au Liban et en Jordanie – et peut-être avec le risque patent de plus de violence à Jérusalem et en Cisjordanie (8 morts arabes hier).  

Tout a commencé en avril avec le début du Ramadan et les attaques contre les Juifs ont été filmées sur TikTok. Ensuite, des rassemblements nationalistes à Jérusalem et des affrontements et des fermetures par la police de la porte de Damas ont conduit à de nouvelles tensions. Début mai, les tensions se sont intensifiées. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dû rendre son mandat pour former un gouvernement et le président Reuven Rivlin a remis le mandat à Yair Lapid de Yesh Atid le 4 mai. Quatre jours plus tard,  la  police israélienne s’est battue avec les Palestiniens dans la mosquée Al-Aqsa. Bahreïn, les Émirats arabes unis, la Jordanie et d’autres États se sont déclarés préoccupés par les affrontements d’Al-Aqsa et les actions de la police israélienne ont été condamnées.  L’Iran, le Hezbollah et le Hamas ont coordonné un message lors de la journée Qods le samedi 8 mai, affirmant qu’Israël pourrait être vaincu dans le cadre d’une grande opération tactique. Les fusillades en Cisjordanie se sont multipliées et un Israélien est décédé des suites de ses blessures. Israël a renforcé ses forces en Cisjordanie. Le lundi 10 mai, des affrontements à Jérusalem ont eu lieu au cours de la Journée de Jérusalem, anniversaire de la reprise par Israël de la capitale à la Jordanie en 1967, et le Hamas a décidé de lancer des roquettes sur Jérusalem en solidarité avec Cheikh Jarrah et Al-Aqsa. 

C’était le début de la guerre des roquettes du Hamas où on a assisté à plus de 2 000 roquettes tirées en 72 heures. Vendredi, un conflit majeur se développait à la frontière de Gaza. Israël a mené des frappes aériennes massives. Jérusalem a déclaré que «tout au long de la nuit [du 13 au 14 mai], environ 160 avions de Tsahal de 12 escadrons ont frappé plus de 150 cibles souterraines dans le nord de la bande de Gaza». 

Parallèlement aux frappes de l’armée de l’air, les forces terrestres, l’artillerie et les troupes blindées se sont déployées le long de la frontière et ont tiré des centaines d’obus d’artillerie et des dizaines d’obus de chars contre des cibles dans la bande de Gaza. 


À LOD, le maire a déclaré que les Juifs faisaient face à un pogrom, que cinq synagogues avaient été attaquées et que la police des frontières avait été appelée et redéployée vers la ville depuis la Cisjordanie. Soudain, la guerre s’est déplacée dans les rues d’Israël. Des lynchages ont eu lieu, la route 65 et d’autres routes principales ont été fermées car les émeutiers de Rahat à Umm al-Fahm ont ciblé le trafic et les Juifs ont attaqué un chauffeur arabe à Bat Yam. Dans d’autres villes de Haïfa à Nazareth, Nahariya, Ramla et Jaffa, il y a eu des affrontements. Des foules parcouraient les rues; la police était incapable de contrôler le chaos. 

Les médias israéliens ont déclaré que l’anarchie était survenue dans de nombreuses villes d’Israël.  Puis, le 14 mai, à la fin du ramadan, le conflit s’est déplacé vers la Jordanie et le Liban. 

Au Liban, le 13 mai, un groupe palestinien a tiré plusieurs roquettes, apparemment en mer, mais en avertissant Israël. 

En Jordanie, des manifestants sont venus à la frontière pour tenter de percer. Les relations froides d’Israël avec la Jordanie et les terribles relations de Netanyahu avec son roi ont probablement conduit la Jordanie à permettre aux manifestants. 

Le Hezbollah gère la moitié du Liban et a encouragé les manifestants à viser la zone frontalière. Le groupe terroriste a depuis longtemps prévu d’attaquer les communautés israéliennes et de les prendre en otages en temps de guerre. 

L’Iran a observé de près et a noté que la région a maintenant pivoté et que l’équilibre s’est déplacé contre Israël. Une semaine après que le chef du CGRI, Hossein Salami, eut prédit qu’Israël pourrait être battu en une seule opération, il est apparu que sa stratégie de guerre à plusieurs fronts se réalisait

Les compagnies aériennes ont annulé des vols vers Israël. Les roquettes pleuvaient, la plupart interceptées par Dôme de Fer, mais Netanyahu, les stratèges militaires et le haut commandement d’Israël n’avaient pas de réponse à la menace massive et croissante des roquettes. Enterré dans les dunes de sable et avec une portée plus longue que par le passé, le Hamas ciblait délibérément les infrastructures avec des roquettes, ainsi que les villes protégées par le Dôme de Fer, a-t-il déclaré. 

Pendant ce temps, il a déchaîné des équipes antichar le long de la frontière pour menacer les véhicules israéliens. 

Le 13 mai, le chef de Yamina Naftali Bennett, qui avait affirmé qu’il formerait un gouvernement avec Lapid le 4 mai, avait jeté l’éponge et déclaré qu’aucun changement de gouvernement n’était possible. 

Netanyahu, au pouvoir depuis plus d’une décennie, regardait les frontières brûler avec des manifestants attaquant les clôtures frontalières, des villes israéliennes en flammes alors que des foules attaquaient des gens, la police des frontières devant être appelée depuis la Cisjordanie, malgré des affrontements en Cisjordanie et à Gaza, et des manfiestations aux quatre coins du monde appellent les États-Unis à mettre fin à l’aide militaire à Israël. La guerre sur plusieurs fronts d’Israël a explosé au visage de l’état juif et des communautés en Diaspora sans aucune stratégie pour y faire face – et des années d’ignorance de problèmes, comme celui du Royaume de Jordanie, revenant hanter Jérusalem.   

jpost.com

Un commentaire

  1. Ne pas s’occuper Des emois occidentaux.Donner une raclée mémorable et pousser les irréductibles ainsi que les arabes « israéliens «  qui ne veulent pas prêter allégeance vers la Jordanie, la Syrie ou le Liban. Et virer un maximum d’arabes de Judee et Samarie. On ne fait pas de guerre en dentelle.

Laisser un commentaire