Ghost : l’Unité-fantôme est entrée dans Gaza pour mener des actions spéciales derrière les lignes

Publié par

Rappel de notre article du 18 mars dernier.

Être une unité d’élite en temps de guerre et servir de «laboratoire d’état-major»

Drones et systèmes de navigation: l’Unité «  Ghost  » fait passer Tsahal au niveau supérieur

L’unité Multi-Dimensionnelle est « une unité avec l’effectif d’un bataillon, mais la puissance de feu d’une brigade »

Par UDI SHAHAM   18 MARS 2021 22:25

https://www.jpost.com/israel-news/drones-and-navigation-systems-ghost-is-moving-the-idf-to-the-next-level-662450?fbclid=IwAR0GF4Ok-avbj6NAWmXMxtF1B2JTwwCXS5KtvHEImQqKJoiu7QeEFNtOhD4

Un «pack de drones» dans chaque compagnie d’infanterie, des armes sophistiquées de tir percutantes et un nouvel ensemble de compétences que chaque soldat de combat apprendra, ne sont que quelques éléments sur lesquels la nouvelle unité multidimensionnelle innovante «Ghost» de Tsahal a travaillé au cours de la l’année dernière. L’unité a été créée dans le cadre du plan pluriannuel «Tnufa» (« Elan ») de l’armée, lancé par le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général. Aviv Kohavi, en ligne avec une nouvelle compréhension de la multidimensionnalité du champ de bataille moderne.

Selon cette perception, le champ de bataille n’est pas unidimensionnel et la bataille ne peut pas être menée sur une scène à la fois. Le champ de bataille comprend un terrain souterrain, où les agents ennemis utiliseront des tunnels; terrain au-dessus du sol, où l’armée combattra les soldats ennemis; près du sol, où l’ennemi utilisera des drones à des fins d’attaque et de collecte de renseignements; et dans les airs et en mer, où l’armée rencontrera des avions ennemis, des navires de la marine et des commandos d’élite.

Sur la base de ce scénario de champ de bataille, l’armée israélienne comprend qu’elle doit être en mesure d’attaquer rapidement des cibles. Cela signifie faire en sorte que les forces sachent comment communiquer entre elles, parler la même langue et mettre à leur disposition des renseignements en temps réel en cas de besoin. 

À cette fin, Tsahal a créé le «Ghost», qui comprend des soldats d’élite, des chars, des batteries de missiles et des pilotes de l’armée de l’air. L’unité a deux objectifs principaux: être une unité d’élite en temps de guerre et servir de «laboratoire d’état-major» tout en développant des concepts, des doctrines de combat et de nouvelles compétences qui seront ensuite adoptées dans d’autres unités de combat.

Cette semaine, l’unité a terminé sa quatrième formation sur cinq jalons. La dernière partie de sa formation est prévue pour l’été, lorsque Tsahal organisera son «exercice de guerre» d’un mois. Une fois cette formation terminée, il devrait devenir pleinement opérationnel.

L’unité est composée de soldats et d’officiers expérimentés qui apportent leurs connaissances opérationnelles sur le terrain. Ils travaillent en étroite collaboration avec la direction du renseignement de Tsahal et des entrepreneurs de la défense israéliens tels que Rafael et Elbit, et ils ont leurs propres soldats qui développent des applications et d’autres technologies qui seront ensuite utilisées par les soldats de combat.

L’un des principaux outils utilisés pour promouvoir la perception multidimensionnelle est le système de l’Armée Numérique 750 (Digital Army 750) d’Elbit, une plate-forme de communication, de commande et de contrôle qui peut être utilisée par toutes les ailes militaires et qui montre l’emplacement des forces amies et ennemies sur le terrain, sur la base du renseignement.

Depuis la Seconde Guerre du Liban à l’été 2006, Tsahal a compris que rendre les renseignements disponibles aux commandants sur le terrain – au niveau de la compagnie et du bataillon – était essentiel pour atteindre les objectifs et gagner la bataille. Un officier supérieur de Tsahal a récemment abordé la question en disant que dans le cadre de ces efforts, l’armée «a créé un système dans lequel toutes les informations pertinentes étaient rassemblées dans un« seau », prêt à être remis aux commandants sur le terrain. Lorsque le moment viendra et qu’ils auront besoin de renseignements, nous retirerons le couvercle du «seau» et fournirons les informations nécessaires à quiconque en a besoin. »L’Armée numérique 750 est déjà opérationnelle dans certaines unités, notamment la brigade Golani, la 7e brigade blindée, la brigade commando «Oz», la 36e division et l’unité multi-domaines (multidimensionnelle).

 Une autre compétence qui a déjà été copiée de l’unité dans l’armée israélienne est la force «Sufa – assistance et attaque».Cette force est composée d’un officier d’artillerie au sol, d’un officier d’attaque aérienne (un pilote de l’armée de l’air) et de soldats d’infanterie. La force utilise des outils d’observation avancés, y compris des drones, et leur objectif est de repérer les cibles ennemies, de diriger les forces d’attaque sur elles – un avion ou une batterie de missiles – et de «fermer les cercles de tir le plus rapidement possible», a expliqué un officier.

Les nouveaux développements technologiques permettent aux forces au sol de «convoquer» une attaque de l’armée de l’air en quelques minutes et de réduire les délais du processus qui était beaucoup plus long.

Ce modèle de «Sufa» a été récemment mis en œuvre dans le bataillon de reconnaissance Golani et devrait être adopté par des dizaines de leurs unités au cours des années 2021 et 2022. Une source de haut rang des forces terrestres de Tsahal a déclaré que cette transition majeure de Tsahal est intervenue après que le commandement supérieur de l’armée s’est rendu compte que les nouvelles recrues de Tsahal appartenaient à la «génération numérique». Ce sont des multi-tâches, a-t-il dit, qui peuvent facilement apprendre à faire fonctionner les machines et les nouvelles technologies.

Dans ce laboratoire d’expérimentation, les soldats de l’unité multi-domaines sont formés pour faire plus d’un métier à la fois ; certains d’entre eux sont formés pour faire partie d’une force d’observation, d’une force d’attaque et pour neutraliser les bombes. « C’est une unité avec l’effectif d’un bataillon, mais la puissance de feu d’une brigade », a déclaré la source. «Nous voulons qu’ils aient toujours une longueur d’avance sur le reste de l’armée. Ils devraient être la version 3.0 lorsque les unités d’élite sont 2.0 et les autres sont 1.0. La prochaine étape devrait être d’enseigner à l’armée les nouvelles compétences, et en même temps de rester innovante et de conserver notre supériorité. Nous sommes donc toujours en mouvement. »

jpost.com

Un commentaire

Laisser un commentaire