Un drone-tueur explosif cible l’aéroport d’Erbil au Kurdistan d’Irak

Posted by

Des explosions ont été entendues dans la région et une sirène d’avertissement a retenti au consulat américain à Erbil, selon les médias arabes.

Par TZVI JOFFRE   14 AVRIL 2021 23:50

   

Des véhicules roulent sous des affiches de campagne avant les élections législatives, à Erbil, en Irak (crédit photo: AZAD LASHKARI / REUTERS)

Des véhicules roulent sous des affiches de campagne avant les élections législatives, à Erbil, en Irak(crédit photo: AZAD LASHKARI / REUTERS)

Un drone transportant des explosifs a visé l’aéroport international d’Erbil, causant des dégâts à un bâtiment, mais n’a fait aucun blessé, a annoncé mercredi soir le ministère de l’Intérieur du Kurdistan, selon les médias arabes. Des explosions ont été entendues dans la région et une sirène d’avertissement a retenti au consulat américain à Erbil, selon les médias arabes.

Un incendie s’est déclaré à l’aéroport après l’attaque, avec une vidéo partagée apparemment de la scène montrant des flammes et de la fumée s’élevant de la zone.

Le gouverneur d’Erbil a confirmé au Kurdistan 24 qu’un incendie s’était déclaré à l’intérieur de l’enceinte de l’aéroport, dont une partie abrite des troupes de la coalition dirigée par les États-Unis.

Le gouverneur d’Erbil a annoncé qu’une enquête sur l’attaque avait été ouverte et qu’aucun blessé ni dommage n’avait été signalé. Les frappes de roquettes en Irak sont souvent lancées par des milices soutenues par l’Iran contre des sites hébergeant les forces américaines, l’administration Biden lançant des frappes aériennes sur des sites appartenant aux milices en réponse à de telles frappes de roquettes en février.Peu de temps avant les frappes américaines en février, un entrepreneur non américain a été tué sur une base militaire américaine à l’aéroport international d’Erbil dans le nord de l’ Irak géré par les Kurdes le 15 février et, dans les jours qui ont suivi, des roquettes ont été tirées sur une base hébergeant les États-Unis. forces armées, et près de l’ambassade des États-Unis à Bagdad.

Reuters a contribué à ce reportage.


Le Premier ministre Barzani appelle à l’expulsion des groupes armés (chiites) des frontières de la région du Kurdistan après l’attaque d’Erbil

 Halgurd Sherwani   2 heures

La fumée monte après l'attaque d'un drone chargé d'explosifs sur une base internationale des forces de la coalition, le 15 avril 2021 (Photo: capture d'écran)
La fumée monte après l’attaque d’un drone chargé d’explosifs sur une base internationale des forces de la coalition, le 15 avril 2021 (Photo: capture d’écran)

KurdistanPMFMasrour BarzaniAéroport international d’ErbilIrak

ERBIL (Kurdistan 24) – Le Premier ministre de la région du Kurdistan, Masrour Barzani, a appelé à l’expulsion des groupes armés «anarchiques» autour de la frontière de la région, à la suite d’une autre attaque nocturne contre la capitale de la région autonome. 

«Tous les groupes armés qui n’opèrent pas au sein des forces de sécurité officielles irakiennes doivent être retirés de la frontière de la région du Kurdistan», a déclaré Barzani mercredi soir après qu’un drone chargé d’explosifs ait ciblé la base militaire adjacente à l’aéroport international de la capitale. 

L’attaque n’a causé que des dommages matériels au complexe, qui abrite les troupes étrangères de la coalition contre l’État islamique, selon des responsables kurdes et de la coalition.

Barzani a déclaré qu’il serait en contact avec le gouvernement irakien et les partenaires internationaux du Kurdistan pour trouver des «moyens pratiques» d’évincer les groupes de la périphérie de la région.

Le colonel Wayne Marotto, porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis, a déclaré mercredi au Kurdistan 24 qu’un «système de surveillance aérienne sans pilote avait atterri sur un hangar de stockage» sur la base aérienne militaire à côté de l’aéroport international d’Erbil. L’utilisation d’un soi-disant drone suicide est la première attaque du genre contre la capitale de la région du Kurdistan; des attaques antérieures visant la base ont été menées avec des roquettes de type Katyusha.

Une source de sécurité dans la province de Ninive a confirmé qu’une base de l’armée turque à Bashiqa avait également été frappée, bien que cette attaque semble avoir été menée avec des roquettes. Le ministère turc de la Défense a déclaré qu’un de ses soldats avait été tué dans l’enceinte et qu’un enfant avait été blessé dans un village voisin.

Un entrepreneur travaillant pour la coalition a été tué dans une attaque similaire à la base d’Erbil le 15 février, qui a également blessé un soldat américain et sept autres personnes. Deux hommes ont été tués dans cet incident par des roquettes qui ont atterri dans des zones civiles surpeuplées de la capitale. Un groupe se faisant appeler Saraya Awliya al-Dam (les Vengeurs des compagnies de sang) et ayant des liens avec des milices soutenues par l’Iran a revendiqué la responsabilité.

À la suite de l’annulation du référendum sur l’indépendance du Kurdistan de 2017 et de l’éviction par Bagdad des forces kurdes des territoires contestés, des groupes de milices armées ayant des liens avec l’Iran ont exploité le vide sécuritaire et utilisé la zone comme terrain de rassemblement pour tirer des roquettes sur la région du Kurdistan et les capitales irakiennes. 

Moins d’une semaine après l’attaque du 15 février contre Erbil, quatre roquettes ont été tirées sur la base aérienne de Balad en Irak où sont stationnés des entrepreneurs d’une société américaine, blessant une personne. Deux jours plus tard, le 22 février, une milice a tiré deux roquettes sur l’ambassade américaine à Bagdad , mais n’a fait aucun blessé. En septembre dernier, six roquettes ont été tirées vers l’aéroport d’Erbil par un groupe de miliciens à l’intérieur de l’Iraq, bien qu’il n’y ait pas eu de victimes civiles ou militaires. 

Montage par Joanne Stocker-Kelly

kurdistan24.net

One comment

Laisser un commentaire