“On reçoit des pierres et on nous traite de sales juifs” : Manuel Valls se souvient

Publié par

La montée de l’antisémitisme dès 2001

L’ancien Premier ministre a porté à la connaissance de ses interlocuteurs des témoignages remontant à 20 ans, et rappelé son combat contre l’antisémitisme.Par valeursactuelles.com

Publié le 8 avril 2021 à 8h37

Manuel Valls. Photo © Alain ROBERT/SIPAPartager cet article surFacebookTwitterLinkedIn

Invité sur le plateau de Paris Première, dans l’émission Z&N (Zemmour et Naulleau), Manuel Valls a ressorti de vieilles histoires. Et pour cause, Eric Zemmour a dénoncé l’antisémitisme probant qui règne dans certaines cités et quartiers en lançant : « Je ne vous demanderais pas combien de Juifs il reste à Evry, parce que si c’est comme en banlieue ». A ce moment-là, l’ancien Premier ministre a témoigné de propos que des personnes de confession juive lui auraient confié à Evry en 2001 : « Il y a avait une toute petite communauté (…) ils sont venus me voir en disant ‘tous les samedis matin quand on va à la synagogue, on reçoit des pierres et on nous traite de sales juifs’ », s’est-il rappelé. Son ex-femme, à l’époque institutrice, lui aurait même rapporté qu’en posant la question « Qui est l’ennemi ? », des enfants auraient répondu sans détour « le Juif ».

A LIRE AUSSI >> Dieudonné condamné en appel pour sa chanson sur la Shoah

Zemmour le renvoie à ses responsabilités 

S’appuyant sur ces exemples datant de 20 ans, Manuel Valls a interpellé Eric Zemmour : « Vous pensez que je n’ai pas compris ça avant beaucoup de monde, ce que ça voulait dire la montée de l’antisémitisme ? J’ai été au premier rang », a-t-il assuré. Brandissant son livre paru en mars dernier intitulé « Pas une goutte de sang français », l’homme politique a expliqué y détailler son combat contre l’antisémitisme et contre Dieudonné, dans lequel il s’est senti « bien seul (…) en première ligne ». Il a aussi appuyé sur l’influence néfaste de l’humoriste controversé pour certains mais adulé par d’autres : « Dieudonné ça n’était pas seulement les petits gars de quartier qui le suivaient, c’était bien au-delà, il remplissait des Zéniths », s’est désolé Manuel Valls. Pour conclure, il a rappelé la « campagne antisémite (qu’il avait) reçue pendant la campagne législative de 2017 » comme ultime argument pour convaincre ses interlocuteurs de sa connaissance et de son expérience face à ce fléau. Mais Eric Zemmour a rétorqué, lui reprochant d’avoir « alimenté le phénomène » par ses actes et ses mesures politiques : « Quand vous dites que vous facilitez la naturalisation et la venue, vous facilitez la montée de tous ces phénomènes », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire