Les Russes fouillent le cimetière de Yarmouk, en quête de la dépouille d’un soldat israélien

Publié par
In this photo provided by the Russian Defense Ministry Press Service, guards walk past a lineup of troops during a welcome ceremony for Russian military personnel who returned from Syria at an airbase near the Russian city Voronezh, Tuesday, March 15, 2016.(Russian Defense Ministry Press Service via AP)


La Russie travaille ces derniers jours pour localiser la dépouille d’un soldat israélien dans un cimetière de Damas

 Nziv Israël , Syrie , Russie

Les forces russes en Syrie ont récemment lancé une nouvelle perquisition au cimetière du camp de réfugiés de Yarmouk, au sud de la capitale Damas, à la recherche des restes d’un soldat israélien enterré là-bas, alors que les restes de deux autres soldats ont été remis par le passé (2018).

Le site d’information syrien « Alep Today » a rapporté que les forces russes ont ouvert de nouvelles fouilles dans le cimetière du camp de Yarmouk il y a deux jours, notant que les Russes utilisaient une ambulance équipée d’un laboratoire médical mobile pour prélever des échantillons à des fins d’identification sur les cadavres et d’autres zones à l’intérieur du camp de Yarmouk.

Le site a ajouté que les forces russes ont retiré de nombreux corps des tombes et ont effectué une analyse génétique sur eux, avant de les replacer dans les tombes, soulignant que les forces russes ont imposé un blocus de sécurité autour du cimetière et ont empêché tout civil d’entrer, pour une raison quelconque, notant que la recherche est toujours en cours.

Sergent Zachary (ah) Baumel z’l, commandant de Tank, 22 ans, mort lors de la bataille de Sultan Yaacoub

Il est à noter que les forces russes ont rapporté plus tôt, deux corps de deux soldats israéliens enterrés dans le cimetière du camp de Yarmouk, dont l’un appartenait à Zachariah Baumel qui a été tué lors de la bataille de Sultan Yacoub (Yaakov) au Liban, en 1982, et qui a été transféré en Israël en mars 2018.

L’état réel du cimetière de Yarmouk, à l’image du reste de la Syrie :

WhatsApp

Laisser un commentaire